-42%
Le deal à ne pas rater :
PANDA Lit enfant cabane brut – Bois pin massif naturel – ...
129.99 € 225 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Un dragon peut en cacher un autre [Norvège] || ft. Harold Haddock
 :: Hors jeu :: Archives :: Anciens RP
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Un dragon peut en cacher un autre [Norvège] || ft. Harold Haddock
Dim 14 Juil - 15:41
                    
Le soleil faisait doucement taper ses fins rayons sur la fenêtre de chambre d’Agathe, elle était entrain de récupérer de son voyage de retour : c’était enfin les vacances d’été.
Elle était rentrée de la veille, un peu déstabilisée par le soleil de minuit elle se coucha à dix-neuf heures pour se réveiller à cinq heures du matin, son père l’avait autorisée à l’accompagner à la réserve de Norvégiens à crête, enfin elle allait pouvoir appliquer ce qu’elle avait appris à Ilukaan et prouver à son père qu’elle avait l’étoffe et la carrure pour suivre ses traces.

Il est un peu perturbant de s’endormir et de se réveiller avec le soleil, Agathe n’avait plus l’habitude de ces fameuses périodes où le soleil ne se couche pas et n’y pensant pas, elle avait oubliée de fermer ses rideaux. Râlant et se retournant, elle remonta sa couette jusqu’en haut de ses oreilles, elle ne pensait pas que son père l’enverrait au travail du lendemain de son retour, quelle idée, elle qui voulait profiter de la bonne cuisine de sa mère …

« - Le petit-déj’ ! »

Juste avec cette pensée elle était déjà redressé sur son lit, s’essuyant les yeux encore embrumés par le sommeil, il fallait qu’elle se prépare pour enfin déguster la cuisine qui lui avait tant manquer au Canada, rien n’était comparable à ce que sa mère préparait, même pas la nourriture préparée comme par magie.

Elle poussa doucement son rat Fenrir du doigt qui était endormi dans un tas de peluches, il avait pris l’habitude de dormir avec elle, se mettant en haut du matelas pour éviter de finir écraser par une Agathe un peu trop remuante. Au contact de son doigt il ouvrit doucement les yeux et se mit à bailler, le retour avait été un peu difficile pour lui aussi, Agathe sourit et le laissa monter sur elle pour avoir son câlin du matin.

Sa malle était éventrée en plein milieu de sa chambre, des vêtements, des livres, des potions, étaient étalés dans ce somptueux désordre, Agathe attrapa son nécessaire de toilette et fila sur le palier séparant sa chambre de la salle de bain, Fenrir sur son épaule. L’atmosphère chaleureuse de sa maison lui manquait tous les ans : le bois fort présent dans sa maison éblouissait l’espace de son rayonnement doré par le soleil, une douce effluve sucrée venait du rez-de-chaussée et elle entendait ses parents s’atteler à leurs tâches quotidiennes, elle sourit et entra dans la salle de bain pour se préparer, son père lui avait préparé quelques affaires pour la journée : des gants en peau de dragon ainsi que des lunettes de protection, en effet il n’est jamais bon d’avoir une poussière dans l’œil au moment de devoir maîtriser un dragon.

Enfin prête, elle descendit les marches avec Fenrir dans les mains, il avait eu le droit aussi à sa toilette matinale, gentiment effectuée sur le lavabo, comme à son habitude. Agathe se lança sur une des chaises de la cuisine, le soleil illuminait déjà toute la pièce ce qui lui conférait une véritable aura de bienfaisance, il faisait bon vivre dans cette maison !

Sa mère était entrain de préparer du saumon qu’elle avait fumée pour le retour d’Agathe, celui-ci étant accompagné de knekkebrød ainsi que de brunost et de confiture aux fruits rouges maison. Le ventre d’Agathe hurlait littéralement de famine, tout cela lui avait manqué, en ramenant son assiette sa mère lui déposa un tendre baiser sur le front accompagné d’un sourire radieux, elle lui ramena aussi un pichet de jus d’orange frais.

« - Ne boit pas tout ! Ton père est sortit pour le bois, il ne va pas tarder à arriver. »

Effectivement, alors qu’Agathe dégustait le saumon, son père entra les mains chargées de bois coupé, il les rangea dans une boîte à côté de la cheminée et vint s’asseoir à table après avoir pris sa fille dans les bras, recevant la même assiette.

Tout trois mangeaient joyeusement tout en parlant de la journée à venir, Fenrir était assis entrain de déguster le même petit-déjeuner en plus petite quantité et sans saumon, il avait l’air de tout comprendre et on pouvait même croire qu’il opinait du chef à certains moments, c’était vraiment un rat intelligent.

Après avoir mangé il fallait partir pour le travail, la mère d’Agathe était chargée de garder Fenrir pour la journée, après tout il ne pouvait pas risquer de se faire griller par un dragon un peu trop furieux, il a fallut un peu de temps à Agathe pour s’en séparer et enfin elle et son père purent partir jusqu’au portoloin, qui était à l’abri des regards dans l’atelier situé derrière la maison, il s’agissait d’un arrosoir.

Au moment de partir Agathe serra la main de son père, ayant un peu d’appréhension quant à la sensation que pouvait laisser ce genre de voyage, son père la rassura avec un sourire, après tout ils pouvaient partir en se tenant la main, cela ne posait aucun problème, ni une ni deux il empoigna l’arrosoir et ils partirent dans un décollage circulaire qui ne manqua pas de faire crier Agathe.

Quand elle ouvrit les yeux ils étaient arrivés dans les montagnes encore enneigées, ils étaient dans un cirque glaciaire caché de tous, autour d’eux s’affairaient d’autres sorciers, il y avait beaucoup d’espace et malgré le froid constant il y avait des zones d’herbe et d’arbre feuillu, sa nausée du voyage fût rapidement effacée par l’excitation qui l’envahissait, elle frissonnait de hâte et de joie, le sourire jusqu’aux oreilles.

Son père la présenta aux membres de son équipe et il lui expliqua son planning : elle allait nettoyer les enclos lors des sorties des dragons toute la matinée et l’après-midi elle allait faire de la paperasse administrative pour mieux comprendre le fonctionnement de la réserve. Bien que très frustrée, elle pouvait comprendre les tâches qu’on lui avait attribuée : elle ne pouvait pas directement être confrontée à un Norvégien à crête dès son arrivée, elle devait d’abord faire d’autres tâches et observer les autres sorciers, elle devait apprendre les soins basiques des dragons ainsi que leur comportement, c’est pour cela qu’après elle serait en contact avec les bébés qui n’étaient pas aussi agressifs que leurs aînés.

Après tout, on ne s’occupe pas d’un dragon comme d’un chien, on ne le sort pas à la laisse et on ne lui apprend pas à donner la patte.
            
Lupy
Image du profil : Un dragon peut en cacher un autre [Norvège] || ft. Harold Haddock Unknown
Un dragon peut en cacher un autre [Norvège] || ft. Harold Haddock Giphy
ϟ Œuvre : Dragons
ϟ Parchemins : 577
Harold Haddock
Image du profil : Un dragon peut en cacher un autre [Norvège] || ft. Harold Haddock Unknown
Un dragon peut en cacher un autre [Norvège] || ft. Harold Haddock Giphy
ϟ Œuvre : Dragons
ϟ Parchemins : 577
Sujet: Re: Un dragon peut en cacher un autre [Norvège] || ft. Harold Haddock
Jeu 3 Oct - 16:41
                    

Nous on a ... des dragons
click
Agathe Edda
ft. les dragons
I'm just excited about dragonsEn juillet sur l'archipel du Svalbard il n'y avait plus de nuit, et cela durait de la mi-avril à la mi-août. Les « jours sans fin » comme on disait. Harold avait seize années d'habitude et parvenait à dormir quand même malgré ce soleil, même en passant la moitié de son année au Canada il ne la perdait pas. Quatre mois complet sans une seule nuit ça ne s'oubliait pas aussi facilement, un peu comme vélo. De plus son sommeil léger n'était concerné que par les bruits, pas les rayons de l'astre jaune, il serait plus facilement réveillé par Krokmou qui marchait tranquillement sur son lit que par le soleil haut dans le ciel. Une chance que tout le monde ne possédait pas. Pourtant durant ces mois il lui arrivait de passer plusieurs à ne pas dormir, à s’occuper des animaux qui eux ne comprenaient pas forcément ce qui se passait, n’en avait pas l’habitude. Les calmer pour les endormir ne fut jamais chose aisée, pourtant il n’abandonna jamais.

Rentré depuis quelques jours déjà le jeune homme aidait à la maison comme au refuge, autant qu'il pouvait comme il avait toujours fait depuis qu'il était en âge d'avoir le droit. Sa mère montrait une confiance en lui quand il s'agissait des créatures, peut-être grâce à son affinité avec le dragon qui vivait chez eux, il l'avait presque plus élevé que sa mère, cela jouait énormément. D'autant plus que cette affinité il la possédait avec tous les animaux, magiques ou moldus, sa patience l'avait transformé en sorte de don. Et depuis son accident son père ne s'opposait plus réellement à ce qu'il y passe son temps, un changement bénéfique pour le jeune adolescent.

Deux heures sonnait dans la ville sorcière, Harold fut réveillé par son chat, qui lui sauta dessus, et le dragon passant la tête à sa fenêtre ouverte. Aujourd'hui il avait reçu l'autorisation d'accompagner sa mère à la réserve des norvégiens à crête, et ils allaient voyager jusque sur le continent justement. Valka n'y travaillait pas à plein temps, trop occupée à parcourir le monde pour les aider et les étudier mais de temps en temps elle se rendait dans les sanctuaires pour faire des évaluations, vérifier comment ils s'en sortaient, s'ils nécessitaient son aide ou comment évoluaient les espèces menacées. Sa spécialité était les dragons tout de même. Quelque chose qu’aspirait secrètement Harold.

Le jeune Lupy aimait la voir à l’œuvre, la découvrir sur le terrain. Chaque fois étaient différentes. Contrairement à d'autres Harold n'apprenait pas plus facilement sur le terrain que dans ses cours ou les livres, les deux lui étaient bénéfiques à leurs manières. La théorie et la pratique ne se ressemblaient pas forcément mais avaient toutes deux leur utilité. De plus qu’il possédait toujours un carnet à porté de main pour y inscrite ses notes, quelles qu’elles soient. En se levant il prévoyait ce dont il aurait besoin aujourd’hui, machinalement il mit en place sa prothèse avant de se lever pour récupérer ses affaires qu’il enfila tout en ramenant dans son sac ce qui lui servirait dans la journée. Son carnet tout d’abord, celui qui faisait notes et croquis.

Krokmou miaula pour rappeler son existence à son maître qui partait dans le monde des rêveries. Ce serait une première pour lui le sanctuaire de dragon, et bien qu’il vivait avec un, il trouvait toujours aussi impressionnant d’en rencontrer d’autres, des différents, avec un caractère peut-être opposé, des façons d’agir qu’il n’avait pas vu dans les livres. Son excitation monta doucement du creux de ses entrailles. Le chat, agile, sauta sur son épaule pour ensuite bondir sur l’étagère qui lui était réservé. Durant sa convalescence Harold avait passé son temps à lui construire un parcourt dans sa chambre, pourvu de petites cachettes, d’échelles et autres endroits hauts perchés que les félins appréciaient. Cela avait fait mouche et Krokmou y passait paresseusement ses journées.

- A ce soir mon grand, lui lança-t-il avec une caresse sur le museau. Je vais te mettre de quoi manger dans ton bol et de l’eau.

Aussitôt dit, aussitôt il s’y affairait. Les chats étant des animaux carnivores, Harold ne donnait pas des croquettes à son chat, elles ne contenaient pas assez de viande en raison de la déshydratation. Une alternative avait dû être trouvé car son père refusait de lui donner la viande acheté tous les jours. De ce fait il arrivait à Harold de lui cuisiner un repas pleins de vitamine et de viande ou de poisson dont le matou raffolait. Aujourd’hui était un de ces jours, préparé la veille, il se saisi d’une boîte dont il versa le contenu dans la gamelle, et se chargea d’en faire de même avec l’eau.

Voilà. Son chat ne mourrait pas de faim et lui pouvait partir le cœur léger, même si en général Krokmou trouvait bien un moyen de manger, il chassait encore beaucoup. Souvent même il venait déposer ses victuailles devant Harold, ce qui était une preuve qu’il ne le pensait pas capable de se nourrir tout seul. Le félin protégeait d’une certaine manière l’adolescent, comme se dernier veillait sur lui également. Au fil du temps ils avaient tissé un lien indestructible qui survivrait jusqu’à la fin.

Dans la cuisine, vide des membres de sa famille, il déjeuna plutôt rapidement pour rejoindre sa génitrice qui devait l’attendre au refuge. Ils avaient deux dragons à ramener au sanctuaire après tout. Un couple dont la femelle avait été blessé quelques temps plus tôt par des braconniers, sauvée de justesse par la Norvégienne et ses collègues. Gagner sa confiance fut chose très ardue, tout comme celle du mâle. Bien heureusement pour les deux Haddock il n’y avait pas eu d’œuf ou de petit, cela aurait rendu leur tâche bien plus laborieuse qu’elle ne l’avait été. Maintenant la femelle allait mieux et pouvait entreprendre un voyage depuis leur île jusqu’au continent, soutenu par le mâle.

Sans plus de mot Harold vint prendre place sur le dragon qui fut sa nounou durant toute son enfance, juste derrière sa mère et leur voyage commença. En portoloin cela aurait pris uniquement quelques secondes, à dos de dragon ce fut plus long. A vol d’oiseau il y avait un peu plus de deux milles kilomètres, presque trois heures de vol en avion. A dos de dragon ce serait un peu plus rapide, seulement avec une ancienne blessée ils prendraient leur temps. Valka lui expliqua une énième fois les règles de sécurité concernant le sanctuaire, les dragons. Contrairement à ce qu’il avait l’habitude il serait plus en retrait, n’ayant d’autre chose que de regarder plutôt que d’assister. S’il pouvait approcher deux dragons pour gagner leur confiance, toute une réserve serait bien plus compliqué.

Six heures était presque là et ils atterrissaient. Les dragonniers déjà prêt pour ramener les deux nouveaux dans des boxes prévus pour leur venue. Une fois fait, non sans difficultés, Harold fut présenté à l’équipe de dragonnier, et appris qu’il ne serait pas le seul jeune en observation. Ce qui l’intrigua, il se demanda bien qui était cette autre personne, il suivit son mère et un autre adulte qui le conduisit jusqu’à celle qui serait sa collègue pour la journée. Le travaille d’équipe ne rebutait pas le Norvégien, même si quand il était question de cela à l’école il se retrouvait généralement à tout faire. Ici il n’aurait pas ce problème, bien qu’il n’aurait pas réellement été dérangé par cela.
:copyright:️ 2981 12289 0


Harold est sarcastique en #31B404
Merci à DiNozzo et Aly pour les avatars ♡
Voir le profil de l'utilisateur            
Sauter vers: