Derniers sujets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[04/02/19] C'est con, mais t'as pas le choix – Arthur & Shôta
 :: Hors jeu :: Archives :: Anciens RP
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: [04/02/19] C'est con, mais t'as pas le choix – Arthur & Shôta
Lun 4 Fév - 12:37
                    
Des fois on est sympa et on rend service à autrui
A map to a one man maze that never sees the sun
Ce qui a tendance à surprendre les gens, c’est ta gentillesse dissimulée sous d’épaisses couches d’indifférence et d’exigence, ainsi que bien d’autres choses. C’est pourquoi, quand tu te montres plutôt sympathique de manière inattendue, ça peut être sujet à blague ; tu n'y prêtes généralement pas attention, parce que tu t’en fous à vrai dire. Tu leur feras payer autrement si jamais tu as ouïe dire de ces remarques. Ceci dit, d’autres abusent. Pourquoi ? Parce que d’un petit service que tu peux rendre, tu te fais finalement avoir sur le contrat et tu te retrouves finalement avec plus de boulot que tu n’en as déjà. C’est assez ennuyeux comme constat.

Tu pousses un très long soupir. Tu es de ceux qui économisent leurs gestes au maximum, qui limitent leurs actions, bref qui ne laissent jamais rien au hasard, qui ont une routine répétitive. Tes propres actions ont toute une utilité, et aucun mouvement n’est gâché.

Alors pourquoi tu as dit « oui » quand on t’a demandé d’aider à ranger une salle qui n’est même pas la tienne ? L’amphi où tu enseignes est largement suffisant à tes yeux, il ne t’en faut pas plus. Pourtant, pour dépanner un collègue, tu as dit « oui ». Ce oui qui te condamne littéralement à la potence, et tu n’as malheureusement pas d’excuse pour y échapper.

En y repensant bien, tu n'as même pas approuvé. On t’as demandé puisque tu passais dans le coin, tu n'as même pas eu le temps de dire oui ou non, seulement un début de réponse qui s'apprêtait à être négative et l'autre professeur s'est littéralement barré en te laissant tout ça sur le dos. Tu pensais presque naïvement que l'autre allait t’aider. Ça t’apprendra à te dire que certaines personnes ne profitent pas de vous. Sans doute parce que tu as la réputation de rester enfermé la plupart du temps, donc tu as carrément du temps à perdre entre chaque cours. Du moins, c'est l’impression que tu donnes. Pas spécialement sociable, tu préfères la solitude au contact (même si tu ne dis parfois pas non à la compagnie d'un collègue ou d'un élève pour parler de tout et de rien).

Donc forcément, toi Shôta, tu n'as pas grand chose d’autre à faire hormis ranger une salle qui n’est pas la tienne. Bien évidemment.

C’est en maugréant dans ta barbe de quelques jours mal rasée que tu traînes les pieds vers cette salle. Tu as passé la matinée à te demander pourquoi tu as accepté sans réellement accepter au final. Mais surtout, pourquoi tu y vas quand même malgré le fait que tu n'aies vraiment, vraiment pas envie. Ta tête semble encore plus blasée que d’habitude, tu fais presque la gueule en fait. En réalité, c'est difficile de savoir si tu es blasé ou si tu fais effectivement la gueule. Seules les personnes qui te connaissent bien peuvent faire la différence, sinon c’est pareil.

Tu as aussi songé à envoyer des élèves ranger à ta place, mais ce n’est pas dans ton intérêt, ni dans le leur. Quoique, si l’autre prof t'a demandé de ranger, c’est parce que tous ces minots ne l'ont pas fait. Ou alors… Bref, trop de théories sur le prétendu bazar laissé. C’est pour rendre service, donc une bonne action, donc quelque chose de positif, donc tu seras bien perçu, comme celui qui rend service. Cependant, il ne faudrait pas que ça devienne une habitude. Ce serait ennuyeux, terriblement ennuyeux, que tu sois aussi perçu comme le gentil pirol.

Saluant les élèves que tu croises, silencieux, ton épaisse écharpe cachant, comme à l’accoutumée, la moitié de ton visage, ne laissant ressortir que ton épaisse tignasse ébouriffée, et tes yeux fatigués, pensant sans doute au moment où ils se fermeront avant d’être accueilli dans les bras de Morphée. Douce pensée si lointaine, ce n’est pas maintenant que tu vas aller te coucher, être tranquille, te faire piétiner par ton adorable chatte noire, affalé en travers de ton lit, accentuant certainement ton futur mal de dos par des positions qui le torturent.

Tu te rends compte que tu fixes la porte d'un air absent depuis quelques secondes. Quelques secondes ? Peut-être quelques minutes en fait. Tu n'en sais trop rien depuis combien de temps tu as cessé d’avancer. Peut-être fixes-tu cette porte depuis un peu trop longtemps que prévu. Alors tu retiens un soupir, en ouvrant ladite porte et examiner un peu la salle.


« Hmpf. »

Tu ressors rapidement, refusant d'affronter ça tout seul. C'est injuste. Ce prof est inconscient des efforts que ça demande de ranger ? Oui, tu pourrais faire ça d'un seul coup de baguette, mais si c'était aussi simple, pourquoi on t'aurait refilé ce foutu rangement ?

Tu es bien conscient que cette pensée occupe ton esprit depuis le matin-même, mais le fait est que tu vas te fatiguer à faire quelque chose pour rien. Ta seule consolation est que ce prof te devra un service quelconque pour l’avoir aidé et ça, c’est plaisant. Parce que perdre du temps pour les autres, c’est insupportable à tes yeux. C’est quelque chose que tu supportes très peu, même si, comme le reste, tu n’en montres rien.


« Kirkland, viens par-là. »

Intercepter un élève de ta maison n’est pas une si mauvaise idée que ça. Retenant plutôt bien les noms et les visages, il ne s’agirait pas de confondre avec d’autres élèves. Parfois tu es un prof en carton, mais il y a quelques limites.

« Si tu n’as rien à faire de mieux, viens donc m’aider. »

C’est plutôt rare que tu demandes de l’aide à tes élèves mais c’est tout aussi rare ce genre de situation. De toute façon, ce n’est pas comme si tu lui laissais le choix.
            
Lupy
Image du profil : [04/02/19] C'est con, mais t'as pas le choix – Arthur & Shôta Unknown
[04/02/19] C'est con, mais t'as pas le choix – Arthur & Shôta 01b0b4d6c056793661de7911b6394e34
ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 381
Arthur Kirkland
Image du profil : [04/02/19] C'est con, mais t'as pas le choix – Arthur & Shôta Unknown
[04/02/19] C'est con, mais t'as pas le choix – Arthur & Shôta 01b0b4d6c056793661de7911b6394e34
ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 381
Sujet: Re: [04/02/19] C'est con, mais t'as pas le choix – Arthur & Shôta
Sam 9 Fév - 12:36
                    

arthur & aizawa

being a gentleman sucks

[04/02/19] C'est con, mais t'as pas le choix – Arthur & Shôta Md8s
La Métamorphose était un de ces cours qui rendaient Arthur... « meh ». Juste ça, juste... « meh ».
Il n'était ni mauvais, ni excellent en la matière. Il était bon élève, de base (voir « très bon élève » quand on compare ses efforts à d'autres sur le plan des notes en général), mais comme avec tout le monde, il y avait simplement des sujets qui ne l'intéressaient pas plus que cela.
Arthur adorait l'option des Créatures magiques.
Il était en revanche ultra nul en Potions.
Et la Métamorphose, bah... c'était pas juste entre les deux : c'était une matière qui le laissait assez indifférent. Alors, oui : c'était rigolo, en troisième année, de transformer sa chouette en verre à pied (il avait d'ailleurs espéré à l'époque que Mint n'en gardait aucune séquelle), surtout qu'entre treize et quatorze ans, Arthur avait l'esprit un peu rebelle et prenait un peu tout le monde de haut (plus qu'aujourd'hui) avec ses grosses pompes de punk et ses oreilles percées.
Mais « oh oh oh, comme il a changé, le petit Kirkland » n'affectait en rien son intérêt « meh » pour la Métamorphose.

Et pourtant, ça restait une matière dans laquelle il jugeait bon de conserver une moyenne bonne. Parce que le prof' qui l'enseignait était le directeur de sa maison. Oh, par Merlin : la première fois qu'il l'avait vu, il se demandait s'il n'était pas tombé dans la maison de l'élite. Et par « élite », il entendait par-là « la pire ». Celle où on te sonne à 5h du mat' avec de la trompette dans les oreilles et qui ne fournit que les douches à l'eau froide (pour une durée de 2 minutes 30 par élève, et le premier en retard n'aurait pas son petit-déjeuner).

Non, en fait, M.Aizawa était un original bien à lui qui se gardait de trop se dévoiler. De toutes façons, Arthur n'était pas le genre d'élèves à fouiner dans les affaires des profs. Il voulait bien être curieux avec tout le monde et parfois se mêler de choses qui ne le regardaient pas, mais il s'était imposé une règle : le personnel, c'est celui qu'il faut le mieux se mettre dans la poche. Il avait déjà mal digéré à son entrée en cinquième année qu'il ne pouvait pas être Préfet (alors qu'il avait abandonné son look de loubard exprès !), mais il avait peut-être évité de justesse quelque chose en restant juste élève lambda vis-à-vis de ce professeur...

Lorsque sonna la fin du cours, Arthur fut parmi ceux qui ne se pressaient pas : c'était le dernier cours de la journée, et la plupart des jeunes à ce moment-là se hâtaient de déguerpir pour goûter un peu à la liberté du soir – on est que lundi, vous précipitez pas, les gars. Si on était en milieu de journée, il se serait au contraire pressé pour ne pas louper le cours suivant – alors que là, à l'inverse, les autres auraient plus tendance à prendre leur temps.
Mais là, pourquoi courir ? La journée était terminée, et Arthur pensait déjà à tout ce qu'il allait devoir réviser et même terminer dans ses travaux.

« Kirkland, viens par-là. »

Mais à peine debout avec son sac sur l'épaule que le professeur l'interpella. Sans avoir vraiment le temps de lui balancer un poli et répétitif « oui, Monsieur ? », le concerné poursuivit en voyant le Lupy approcher :

« Si tu n’as rien à faire de mieux, viens donc m’aider. »

Bah, disons que, « de mieux à faire », c'est les révisions, les devoirs... bosser, quoi. Il pensait quoi, qu'Arthur était parti pour fuir ses responsabilités et se la couler douce jusqu'à minuit ? Légitimement, il a le droit de refuser et de lui dire « non Monsieur, j'ai en effet mieux à faire, genre travailler mon avenir et penser un peu à mon métier futur. Allez, je vous laisse, j'ai rendez-vous avec le Ministre britannique, ho ho ho », mais non : tu es élève, tu prends tout ce que dit un prof' comme rhétorique. Il était donc parti pour aider son directeur de maison dans une tâche quelconque. Mais en même temps... est ce que ça ne signifierait pas la confiance ? Parmi tout les autres, Arthur a été désigné, lui ! C'est qu'il a remarqué ses efforts et sa bonne foi d'assidu en cours, non ?

Ou alors, c'est juste parce que tout les autres sont déjà partis.

- Oui, Monsieur ? répondit-t-il en sentant son ego doucement gonfler de fierté. En quoi donc ?

Au moins, il pouvait être naïf sur un point dans sa vie : il adorait croire qu'il avait des chances d'être un chouchou de prof'.




Résumé du RP Duel, merci Dave ♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur            
Sauter vers: