C’était le jour de la rentrée, déjà. Comme chaque année, les vacances étaient passées bien trop vite à ton goût, mais peu importe : aujourd’hui, tu venais de retourner à Ilukaan, ton école mais aussi ce qui était devenu avec le temps, ta deuxième maison. A vrai dire, tu étais presque nostalgique, aujourd’hui : tu débutais ta dernière année d’études. Quel sentiment étrange, de savoir que ce serait la dernière fois que tu assisterais à ce spectacle. Lire la suite
Aly
Admin
Tam
Admin
Sue
Modo
Alex
Modo
Gaumar
Modo
Forum multifandom ▲ Univers inspiré d'Harry Potter ▲ Avatars 200*320 illustrés/mangas ▲RPCB/RP-Post ▲ Tout public avec possibilité de R18 ▲ Forum au contexte évolutif ▲ Pas de minimum de mots



 

Partagez|

[2/11/2018] Escale végétale - ft. Mikasa Ackerman
 :: Ville de Bloombury :: Centre commercial

avatar
ϟ Œuvre : OC
ϟ Parchemins : 41
[2/11/2018] Escale végétale - ft. Mikasa Ackerman Ven 2 Nov 2018 - 15:46


Escale végétale

Faire le trajet jusqu’au centre commercial de Bloombury depuis l’école en agréable compagnie était quelque chose qui ne t’arrivait que très peu Alexander. En effet, tu étais quelqu’un d’assez solitaire et tu préférais sortir sans personne avec toi. Oh, parfois, tu ne dérogeais pas à une sortie avec ta sœur pour les anniversaires et autres faites de fin d’années ou bien pour prendre un verre avec des amis mais tu restais casanier. Et même si la demande de ta jeune camarade Cervirald t’avait surpris, tu n’avais aucune raison de refuser de partager avec elle le lieu où tu achetais de manière régulière tes feuilles séchées et autres plantes en tout genre. C’était pour ton usage personnel car le reste était heureusement fourni par l’établissement. Bon, tu piochais aussi dans tes réserves lorsque tu souhaitais réaliser des baumes ou des cataplasmes aux usages multiples ou bien des infusions mais ça se limitait à ses quelques réalisations.

Tu regardais de temps à autre derrière ton épaule, pour voir si Mikasa te suivait bien. Avec tes grandes jambes et ton pas parfois un peu rapide, tu avais la fâcheuse tendance à perdre les gens qui t’accompagnaient. Bon, après, du haut de ton mètre 87, il n’était pas compliqué de te retrouver dans la foule. C’était l’un des rares avantages que tu trouvais à ta taille. Sinon, il t’arrivait régulièrement de te cogner ici et là contre des étagères ou des encadrements de porte. Et tu n’avais pas encore terminé de grandir.

La boutique ne payait pas de mine et l’on pouvait passer devant sans s’y attarder. En effet, hormis quelques plantes en devanture, rien ne t’indiquait qu’il s’agissait du lieu que tu cherchais. De loin, ce n’était qu’un simple fleuriste. Mais lorsque l’on franchissait les portes, c’était un tout autre univers qui s’offrait aux visiteurs. Et quand bien même tu essayais de te raisonner en t’imposant un budget, tu ressortais souvent les bras chargés de végétaux. Et l’espace disponible sur ton bureau se réduisait d’année en année.

La botanique n’était pas ta spécialité mais tu avais obligation d’avoir des connaissances assez poussées dans le domaine. On vous avait vite expliqué que la magie pouvait guérir mais que bien souvent, elle ne faisait que détruire. Là se trouvait la spécificité de votre cursus : associer tous les éléments à notre disposition pour offrir le meilleur traitement au patient. Celui qui lui permettait d’avoir le plus de chances de guérir lorsque cela était possible. Et cela passait par des mélanges de plantes, des potions parfois et de manière beaucoup plus rare de sortilèges. Tu ne regrettais pas cette approche multidisciplinaire malgré la charge de travail que cela représentait ainsi que tous les travaux transversaux qui te faisaient bien souvent passer des nuits blanches lorsque tu essayais de comprendre les liens parfois ténus qui les liaient les uns aux autres.

« - C’est ici. »

Tu désignas la devanture d'un ample geste, veillant à être à portée de voix de ta camarade. N’attendant pas sa réponse, tu t’avanças vers la porte, l’ouvrant pour permettre à la jeune élève d’entrer. Le tintement d’une petite cloche en laiton annonça votre venue aux propriétaires ou aux employés.

Des fleurs semblaient s’être incrustées dans les murs tandis que d’autres vivaient librement leur vie depuis leur plafond. Toute la pièce était un amoncellement de végétaux des quatre coins du globe. Et même si chaque espace du magasin était séparé en fonction du climat d’origine de la plante, il s’y côtoyait tant des plantes rares d’Amazonie que des espèces poussant uniquement dans les pays où la neige était présente toutes l’année. Des espaces rares à celles que l’on trouve dans les champs, on trouvait de tout ou presque. C’était un voyage à travers l’univers en quelques secondes à peine.

Tu t’y sentais bien Alexander dans cette boutique. Tu pouvais y passer des heures, juste à flâner dans les rayons, à découvrir de nouvelles espèces, à t’émerveiller devant de nouvelles fleurs encore inconnues pour toi. À découvrir des spécimens aux multiples propriétés guérisseuses ou bien à choisir quel végétal rejoindrait ta collection.
Voir le profil de l'utilisateur
— Cervirald
avatar

ϟ Œuvre : Shingeki no Kyojin
ϟ Parchemins : 230
Re: [2/11/2018] Escale végétale - ft. Mikasa Ackerman Sam 3 Nov 2018 - 15:49

Escale végétale

ft. Alexander Stevenson

530 mots

♪ Diagon Alley/ The gringotts Vault – Harry potter Soundtrack



Et ils faisaient leur bout de chemin jusqu’au centre commercial, chose qui semble à première vue pour le moins surprenant. Mais Mikasa avait eu le cran de demander à Alexander de l’accompagner jusqu’à la boutique de botanique de Bloomsbury. Le jeune homme était certes la plupart du temps grognon et n’attisait pas la sympathie des autres par son caractère, mais il possédait des connaissances avancées en matière de botanique et de potions qui seraient sûrement utiles à la jeune fille, c’est pourquoi elle lui avait demandé à l’accompagner. Elle avait été agréablement surprise de la réponse du Lupy, s’attendant plutôt à se faire envoyer sur  les roses.

Ainsi, ils déambulaient dans le centre commercial d’un pas rapide. S’il est vrai qu’Alexander avançait rapidement de part sa grande taille, Mikasa n’avait aucun mal à le suivre, possédant une marche plus pressée que l’on pourrait le soupçonner. Elle le suivit donc jusqu’au fameux commerce. L’allemande prêtait attention à chaque boutique devant lesquelles ils passaient, s’efforçant de mémoriser un maximum de noms, au cas où elle aurait besoin de s’y rendre un jour prochain. Plongée dans son travail de mémorisation, elle manqua de rentrer dans son camarade lorsque sa voix la sortit de ses pensées.

« C’est ici. »

Elle releva alors la tête vers la dite boutique. Elle s’attarda d’abord sur l’enseigne, totalement délabrée puis la devanture, peu fournie. Elle se demanda un instant s’il ne s’était pas trompé d’endroit. Elle n’eut le temps de lui poser la question qu’il s’était déjà engouffré à l’intérieur du commerce. Elle chercha encore quelqueconque trace d’un véritable commerce de botanique avant de se rendre à l’évidence et suivre son camarade dans la boutique, se disant que la devanture devait être magique pour ne pas attirer trop de curieux.

Quelle ne fut sa surprise lorsqu’elle rentra à l’intérieur. Bien sûr, elle n’en montrait rien, comme à son habitude, abhorrant son éternelle face blasée. De nombreuses plantes aux propriétés diverses et variées s’étalaient devant ses yeux. Une vraie caverne d’Ali baba pour elle. Rien à voir avec les serres de l’école en comparaison. Fascinée, elle déambula dans les rayons, s’attardant sur la moindre plante quelque peu exotique. Elle prenait toujours soin de lire les indications sur les étiquettes, la prudence étant toujours de mise avec les plantes, même celles qui semblent les plus inoffensives.  

«  Il y a vraiment une variété considérable de plantes dans cette boutique. C’est très appréciable. Tu as une idée de quelle plante tu vas te procurer  ? Ou tu flânes comme moi ? »

Il est vrai que, bien qu’elle lui ait proposé de faire un tour dans un commerce de botanique, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle allait acheter. Peut-être n’achèterait-t-elle rien. Après tout, elle ne roule pas sur l’or, et n’a pas particulièrement besoin de plantes, la salle commune de sa maison en étant déjà infestée. Elle était juste curieuse.




Merci Mads ❤:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Œuvre : OC
ϟ Parchemins : 41
Re: [2/11/2018] Escale végétale - ft. Mikasa Ackerman Sam 3 Nov 2018 - 18:08


Escale végétale

Tes prunelles sont accrochées par une plante que tu n’avais pas vue lors de ta dernière visite. De loin, tu l’avais pris pour un cerisier japonais avec ses fleurs d’un magnifique rose pâle mais en t’approchant, tu observes quelques différences. Le bois était plus sombre, les fleurs d’un diamètre et d’une forme plus en bouquet. Avisant en t’approchant l’étiquette associée, c’était un lapacho, un arbre d’Amazonie. Son bois était réputé depuis des siècles pour ses vertus guérisseuses lorsqu’il était infusé : visée antalgique et anti-oxydante et efficace contre les virus et les bactéries. Autant dire que tu lui trouvais déjà de nombreuses applications. Mais le végétal en question mesurait déjà plus de deux mètres. Autant dire que le mettre dans la chambre que tu partageais avec tes camarades était une mauvaise idée. Et puis, le prix était assez élevé. Il t’arrivait bien de faire des baby-sittings ici et là pour arrondir tes fins de mois et ta famille se situait dans la classe moyenne supérieure, mais tu préférais garder ton argent pour des choses réellement nécessaires. Ou des choses dont tu servirais par la suite.

« - Il y a vraiment une variété considérable de plantes dans cette boutique. C’est très appréciable. Tu as une idée de quelle plante tu vas te procurer  ? Ou tu flânes comme moi ? »

La voix de la jeune femme te remmena à la réalité. Autant dire que tu l’avais complètement oublié au profit d'arbustes et fleurs qui t’entouraient. Tu savais qu’ils étaient réapprovisionnés le jeudi et ce n’était pas totalement innocent que tu lui proposes d’y aller un vendredi. Au moins, tu étais certain de pouvoir demander les feuilles séchées ou plantes fraiches dont tu avais besoin. Étant sensible aux douleurs articulaires, notamment au niveau des genoux, tu étais un grand consommateur de cataplasme à base d’argile verte, de feuilles de cassis mélangés à de la sève de bouleau. Tu optais pour ce mélange pour son imbattable rapport qualité/prix mais aussi sa capacité à se conserver plusieurs semaines. Même si en général, ton pot se terminait au bout d’une semaine ou deux.

Pour autant, le but de ta visite n’était pas de racheter ses végétaux là. Tu avais besoin de préparer des réserves pour l’hiver. Certaines plantes étaient plus difficiles à trouver et beaucoup plus cher aussi une fois leur saison passée. Et bien que le magasin permettre un grand choix grâce aux différents écosystèmes reproduits magiquement, c’était parfois compliqué pour toi d’obtenir précisément ce que tu étais venu chercher.

« - Je viens rarement ici pour rien. J’ai besoin d’eucalyptus mais surtout de fleurs d’arnica dans un premier temps. Je m’en sors énormément. Cela étant, ils ont aussi des plantes d’ornement un peu plus loin. Tant des fleurs coupées que d’autres en pots. »

Tu te doutais bien que tes connaissances semblassent impressionnantes pour n’importe quel élève hors cursus de médicomagie, botanique ou potion mais c’était malheureusement une nécessité. Tu détestais la botanique mais tu trouvais cette matière étrangement intéressante. Et tu avais goût de tester différentes associations avec plus ou moins de succès. Tu étais ton propre cobaye la plupart du temps et malgré quelques mauvaises surprises à titre de maux de ventre, maux de tête et vertiges qui t’avaient cloué au lit ici et là, tu n’avais pas trop à te plaindre. En somme, tu n’avais aucun mérite et certains de tes camarades en savaient tout autant que toi si jamais on prenait le temps de les questionner. Les décoctions et mélanges étaient étudiés en cours mais aussi grâce à des ouvrages que tu dénichais dans les rayons de la bibliothèque. C’était une mine d’or pour peu que l’on accepte d’y perdre un peu de temps. Ou que l’on se trouve un élan soudain de motivation.

Après, ce que tu ne lui disais pas, c’est que tu flânais malgré tout dans les rayons et que tu ne ressortais jamais les mains vide. Qu’il s’agisse de plantes aux vertus médicinales, comme décoration pour ton dortoir ou présent pour sœurs. Et aussi surprenant que cela pouvait paraître, tu avais un certain sens du détail et tu étais plutôt attentionné avec toute cette verdure. Tu en prenais soin, tu les arrosais régulièrement et tu essayais de les exposer le plus possible au soleil lorsque le temps te le permettait.

Attrapant deux petits godets contenant de petites fleurs jaunes, tu hésitas qu’un bref instant avant d’en prendre deux autres. Nassie venait souvent te demander de la crème à base d’arnica quand elle revenait fourbue de ses séances de sport. Et avec les matchs à venir, tu pouvais t’avancer en te disant qu’elle en aurait très vite besoin. Et pour conserver les vertus optimales des remèdes, tu choisissais de les préparer au fur et à mesure. Toujours avec la même recette, soigneusement notée dans un petit carnet dédié.

« - Par contre, n’essaie pas de réaliser des mélanges par toi-même si tu ne veux pas y rester. Tout ce que tu voies là ou presque peux te tuer. Je me permets de le faire car j’ai appris à les travailler et à les associer. »

Avertissement non-superflu quand on savait le chiffre de sorciers qui étaient victimes de leurs mélanges aussi hasardeux que maladroit. Et c’était valable pour les potions, pour la botanique et pour quasiment n’importe quelle discipline magique en fait. Les sortilèges et la magie avaient une part de danger que les élèves finissaient vite par oublier avec les années. On leur apprenait à leur en servir pendant sept longues années. Ce n’était pas pour rien. Même si certains, aujourd’hui encore n’avait qu’une science aléatoire de l’utilisation de leur baguette. Des dangers publics en somme à tes yeux. Mais bon, tu ne pouvais pas y faire grand chose. Juste essayer de les éviter.
Voir le profil de l'utilisateur
— Cervirald
avatar

ϟ Œuvre : Shingeki no Kyojin
ϟ Parchemins : 230
Re: [2/11/2018] Escale végétale - ft. Mikasa Ackerman Sam 3 Nov 2018 - 22:35

Escale végétale

ft. Alexander Stevenson

530 mots

♪ Diagon Alley/ The gringotts Vault – Harry potter Soundtrack



Il semblait que la jeune fille est arraché le brun à sa contemplation. Ce qu’elle comprenait tout à fait, étant tout aussi intriguée que lui. Elle s’arrêta devant une fleur qu’elle  trouvait sublime en attendant la réponse de son camarade. Cette fleur était une gastaroff, aux pétales noirs aux reflets irisés, dont la forme pouvait être apparenté à celle d’une rose commune. Il faut cependant ne pas trop s’en approcher, sinon elle essayera de vous croquer. Du moins, c’est ce qu’indiquait l’étiquette. Mikasa envisagea alors de la prendre, le prix étant tout à fait abordable et la plante plutôt simple à ramener au dortoir.

« Je viens rarement ici pour rien. J’ai besoin d’eucalyptus mais surtout de fleurs d’arnica dans un premier temps. Je m’en sers énormément. Cela étant, ils ont aussi des plantes d’ornement un peu plus loin. Tant des fleurs coupées que d’autres en pot. »

« De l’arnica donc. Tu as des membres de ta famille qui jouent au Quidditch ? Ou du moins casse-cou. »

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle n’avait jamais aperçu le Lupy sur un terrain de Quidditch, terrain sur lequel elle passe beaucoup de temps, étant batteuse de  l’équipe de sa maison. Elle avait également du mal à l’imaginer sur un balai, il lui semblait quelqu’un de terre-à-terre dans le sens littéral du terme.

« Et l’eucalyptus c’est pour les voies respiratoires ? »

Bien qu’elle ne soit pas en cursus de médicomagie, encore moins en cursus universitaire, l’allemande avait cependant quelques notions en matière de phytothérapie. Lorsqu’elle vivait chez ses parents à la campagne, ils leur arrivaient d’avoir recours aux pouvoirs thérapeutiques du monde végétal. Elle a beaucoup appris sur les pouvoirs des plantes grâce à ses parents. Bien sûr, ses connaissances n’égalaient pas celles de ceux suivant des cours de médicomagie, mais elles étaient cependant plus approfondies que celles d’un élève standard.

Elle s’avança alors dans le rayon dédié aux plantes d’ornement que lui avait indiqué son camarade. Elle recherchait une plante pour une amie, à la fois simple à entretenir et mais aussi assez colorée, afin qu’elle mette un peu de couleur dans sa chambre assez terne.

«  Par contre, n’essaies pas de réaliser des mélanges par toi-même si tu ne veux pas y rester. Tout ce que tu voies là ou presque peut te tuer. Je me permets de le faire car j’ai appris à les travailler et à les associer. »

« Ce n’est pas mon intention, je ne me destine pas au cursus de médicomagie de toute façon. Je me contente de ce que j’apprends en cours ou bien de mes parents. J’ai d’ailleurs un peu d’expérience grâce à eux. J’ai déjà été bien avisé. »

Il est vrai qu’elle avait bien tenté quelques expériences chez elle, par curiosité, mais elle ne s’était jamais vraiment éloigné des sentiers  battus.



Merci Mads ❤:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Œuvre : OC
ϟ Parchemins : 41
Re: [2/11/2018] Escale végétale - ft. Mikasa Ackerman Ven 9 Nov 2018 - 17:13


Escale végétale

Rangeant méticuleusement tes futurs achats dans un panier prévu à cet effet, tu écoutes ta camarade cervirald. La plante devant laquelle elle s’était stoppée était très jolie mais n’était pas exempt de tout danger. Après, Mikasa ne semblait pas le genre d’élève inconsciente à faire n’importe quoi avec. Du moins c’est ce qu’elle te renvoyait lorsque tu l’observais ou lors de vos échanges. Une élève sérieuse et investie, avec une maîtrise parfaite de la langue anglaise et sûrement une vie sans trop de vagues. Tu pouvais être un fin observateur Alexander quand tu faisais l’effort d’accorder de l’attention à l’autre. Ce qui n’était pas forcement toujours le cas. Tu avais construit des barrières pour te protéger de ceux qui t’entouraient. Rien que ta mauvaise humeur en était en exemple. C’était ta manière à toi de protéger ton jardin secret.

« - De l’arnica donc. Tu as des membres de ta famille qui jouent au Quidditch ? Ou du moins casse-cou.
- Ma soeur oui.
»

Ta réponse était brève. Tu n’aimais pas le Quidditch. Ni même le sport de manière général mais tu avais une dent contre ce sport purement réservé aux sorciers. La raison première était ton vertige plus que prononcé. Enfin ton acrophobie pour être exacte mais les rares personnes avec qui tu avais utilisé ce mot-là t’avaient regardé avec des yeux ronds d’incompréhension. Au quotidien, tu avais appris à prendre sur toi et tu réussissais à regarder par la fenêtre, à l’ouvrir et à monter -difficilement quoi que tu en dises- sur un tabouret ou une chaise. Mais dès qu’il était question d’une table ou d’un balcon, tu trouvais habillement une excuse pour rester à l’intérieur ou t’aider de la magie. Alors monter sur un balai et t’élever dans les airs ? Il n’en était absolument pas question. Ce n’était pas envisageable quand bien même tu avais fait l’effort de suivre les cours de vols de première année. En gardant les pieds sur terre jusqu’à la dernière leçon de l’année. Et puis, tu ne comprenais pas qui pouvait tant plaire aux autres enfants, adolescents et jeunes adultes scolarisés ici. Il y avait des risques assez importants de chutes et de blessures. C’était un sport populaire, mais tu ne le supportais de moins en moins au fil des années passées ici. Et puis, l’autre, plus silencieuse était que tu t’inquiétais pour Nessa. Tu n’aimais pas la voir là-haut. Cette dernière l’ayant compris, t’envoyait à la fin de chaque match et entraînement un « Je vais bien » pour te rassurer. Un message sans réponse mais tu lui en étais reconnaissant. Plus que tu ne lui montrais.

« - Et l’eucalyptus c’est pour les voies respiratoires ?
- C’est ça. D’autant plus utile en hiver. Même si parfois, il peut être utilisé pour ses propriétés antiseptiques et cicatrisantes. Mais c’est plus rare. Et d’autres sont plus efficaces qui plus est.
»

Tu t’approches de ces arbustes au feuillage argenté reconnaissable pour lui désigner sa forme originale. Tu ne vas pas acheter un arbre, juste te fournir en feuilles et en faible quantité car il pouvait être toxique trop infusé ou en trop grande quantité. Avec quelques feuilles, tu en avais quasiment pour tout l’hiver si celui-ci n’était pas trop rude. Bien que celui canadien était réputé pour sa dureté et sa longueur. Et ce n’étaient pas les hivers passés à Ilukaan qui allaient te prouver le contraire. Dans la province où tu avais grandi, le Nouveau-Brunswick, l’air de l’océan l’adoucissait un peu le froid. Mais juste un peu. Les doudounes et les gros pulls étaient de sortie dès que les températures étaient négatives et encore plus quand la neige pointait le bout de son nez et colorait de paysage de son manteau blanc. De manière globale, tu aimais bien l’hiver. D’autant plus que c’était en cette saison que les fêtes de fin d’année avaient lieu, que toute ta famille se retrouvait. C’était aussi ton anniversaire en décembre mais tu y accordais peu d’importance. Qu’on ne te le souhaite pas ou qu’on l’oublie ne te dérangeait pas. Quand bien même tu avais droit au traditionnel gâteau aux pommes dont la recette était transmise de génération en génération dans ta famille et les bougies allumées dessus quand tu rentrais chez toi.

« - Ce n’est pas mon intention, je ne me destine pas au cursus de médicomagie de toute façon. Je me contente de ce que j’apprends en cours ou bien de mes parents. J’ai d’ailleurs un peu d’expérience grâce à eux. J’ai déjà été bien avisé. »

Tu laisses ta camarade s’éloigner vers le côté décoration de la boutique, laissant en suspend sa dernière remarque. Il y a quelques couronnes de sapin et des restes de décorations d’halloween. Tu remarques même ici et là les tâches orangées des citrouilles qui dénotes avec le vert ambiant. Que le temps passe vite. Tu es en dixième année. Plus que deux ans avant d’être médicomage. Deux années avant de soigner les gens pour de vrai. En ton âme et conscience. Avec tes valeurs si surprenantes et ton envie de repousser les limites de ta profession. Ton envie d’explorer les sentiers maudits de la magie. Peut-être que tu te spécialiseras, tu ne le sais pas encore. Peut-être que tu choisiras de quitter le Canada et voir ce que tu peux apprendre du soin à travers le globe, dans les contrées reculées où les interdits ne sont pas les mêmes.

« - Même si ce sont par des expérimentations que les choses évoluent » lances-tu, mine de rien.

C’était en acceptant l’inconnu que l’on pouvait faire de nouvelles découvertes. Tu en es convaincu Alexander. Et même si tu avances sur des chemins inexplorés, sans lanterne pour éclairer ta route, tu continueras. Tu n’es pas prêt à y renoncer. À renoncer à ton envie de faire le bien en comprenant le mal. En comprenant ce que chacun préfère éviter ou oublier. Est-ce que c’est inconscient et dangereux ? Surement. Mais tu en assumeras le prix et les conséquences.
Voir le profil de l'utilisateur
— Cervirald
avatar

ϟ Œuvre : Shingeki no Kyojin
ϟ Parchemins : 230
Re: [2/11/2018] Escale végétale - ft. Mikasa Ackerman Sam 10 Nov 2018 - 22:20

Escale végétale

ft. Alexander Stevenson

612 mots

♪ Diagon Alley/ The gringotts Vault – Harry potter Soundtrack



Parcourant les différents étalages dédiés aux plantes et ornements d’intérieur, elle se plaît à imaginer sa maison imaginaire remplie de tant de verdure. Même si, elle ne s’était pas dirigée dans ce rayon dans ce but. Il n’empêche que cela reste une chimère agréable à visualiser. C’est au tour de l’ainé de tirer la jeune fille de ses pensées.

« Ma sœur oui. »

Une réponse simple et efficace, qui retransmet bien les pensées du jeune homme sur la pratique du sport sorcier. La cadette avait raison, ce n’était donc pas lui qui s’exerçait au Quidditch. Elle cherche alors dans sa mémoire une fille qui serait susceptible d’être l’élue. Malheureusement, elle a une bien trop mauvaise mémoire des visages pour se rappeler d’une telle personne, sans compter le fait qu’elle ne connaît ni sa maison ni son âge. Elle ne pose cependant pas plus de questions à ce sujet, qui irrite vraisemblablement son camarade, ce qu’elle peut comprendre. Elle aurait sûrement la même opinion à sa place, toujours à s’inquiéter si son frère va bien (d’ailleurs vu le comportement de ce dernier, ses raisons seraient fondées).

« C’est ça. D’autant plus utile en hiver. Même si parfois, il peut être utilisé pour ses propriétés antiseptiques et cicatrisantes. Mais c’est plus rare. Et d’autres sont plus efficaces qui plus est. »

La curiosité de Mikasa vient alors d’être piquée. Cela semble faire un parfait résumé de leurs conversations. Les propriétés des plantes, encore et toujours, inlassablement.

 « Quels sont ces autres ? »

Alors qu’elle pose sa question, ses yeux s’arrêtent sur la candidate idéale pour ses achats. Une plante verte à l’apparence tout à fait normale à première vue. Mais si on se penche d’un peu plus près, on peut apercevoir des tâches cuivrées le long de la tige, formant comme un fil qui se prolonge sur les feuilles et les ramures en de jolis motifs circulaires. Par ailleurs, il semble être noté sur l’étiquette  que de jolies petites fleurs ambrées montreront le bout de leur nez au début du printemps. C’est typiquement le type de plante que l’allemande recherchait pour son amie, un minimum esthétique et très peu d’entretien nécessaire. Elle ajoute prudemment à son panier, s’assurant qu’elle n’ait aucun contact avec la plante déjà présente.

« Même si ce sont par des expérimentations que les choses évoluent. »

Au fond d’elle, Mikasa savait qu’il y a une part de vérité dans les dires de l’ainé. Toutefois, elle n’est pas prête à prendre autant de risques pour faire avancer la science. Il y a déjà des gens comme Alexander qui s’en chargent et continueront de s’en charger. Pour sa part, elle préfère utiliser à bon escient les résultats de leurs expériences, sans prendre le risque de faire du mal à un proche (que le proche ou elle soit le cobaye), voire pire, de le sacrifier. Cependant, elle connait  le Lupy et sait qu’il est difficile de le faire changer d’avis, c’est pourquoi elle ne répond pas à sa remarque, rien ne sert de provoquer une discorde au milieu d’un commerce. De plus, même si il fait des choses dangereuses, il en était conscient et possédait un grand savoir. C’est quelqu’un de responsable et ingénieux, il sait quelque part ce qu’il fait. Du moins, c’est ce qu’elle essaye de se convaincre.




Merci Mads ❤:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Œuvre : OC
ϟ Parchemins : 41
Re: [2/11/2018] Escale végétale - ft. Mikasa Ackerman Hier à 21:01


Escale végétale

En faisant quelques pas, tu remarques une promotion sur un rayonnage de plantes. Il y a des ficus, des azalées, mais tu retiens surtout le chlorophytum comosum. Pourquoi un nom si compliqué pour une si petite plante ? Elle ne paye pas mine avec ses longues feuilles bicolores qui retombent autour du pot de manière plus ou moins ordonnée. Ta grand-mère te vantait toujours le mérite de cette plante-là pour « dépolluer l’atmosphère et purifier l’intérieur de la maison ». Ce qui te faisait beaucoup rire étant enfant. Et puis, quand tu avais appris que son autre nom était la plante araignée, tu n’avais plus voulu t’en approcher. Qu’est-ce que tu étais impressionnable du haut de tes sept ou huit ans. Aujourd’hui tu aimais bien en glisser une sur ton armoire pour apporter une touche de verdure à ta décoration. Et vu que la précédente avait terminée chez ta sœur aînée car « c’était juste trop bien pour la petite » tu étais obligé d’en racheter une. Tu l’ajoutas donc aux autres végétaux déjà présents dans ton panier. Mine de rien, il se remplissait petit à petit.

« - Quels sont ces autres ?
- Les autres plantes ?
»

Tu restes silencieux, perdu dans tes pensées. Il y en a sûrement d’autres qui échappent à tes connaissances mais celles sur lesquels tu t’attardes sont celles qui sont majoritairement utilisées aujourd’hui et qui vous sont principalement enseignées à Ilukaan. Autant lui enseigner des choses utiles et ne pas te perdre en détails ou en explications alambiquées. Tu sais déjà que les plantes d’Europe et celles d’Amérique du Sud sont des valeurs sûres. Il y a aussi quelques végétaux en particulier issus de la culture asiatique. Tu réalises alors qu’il te reste pourtant de nombreuses choses à découvrir et à apprendre.

Après un rapide coup d’œil dans la pièce, tu gagnes la partie ouest de la boutique. C’est la zone dédiée aux sorciers et soigneurs, qu’ils soient médicomages ou ayant simplement des connaissances dans le domaine. En effet, les vendeurs ont tout simplement choisi de rassembler les plantes es plus fréquemment demandées. Tu fais signe à la jeune femme de s’approcher, tu ne comptes pas hurler pour te faire entendre et il y a d’autres clients qui sont entrés dans la boutique entre temps. Et pour identifier les différences des végétaux, ce n’était pas plus mal. Tout n’était pas intéressant mais ils t’avaient facilité la tâche.

« - Tout d’abord, tu nettoies la plaie au savon et à l’eau. Que tu utilises une plante pure, directement sur la blessure, une décoction ou bien un cataplasme, c’est indispensable. On va surement te dire que ça pique et même si c’est chiant, tu n’as pas trop le choix. »

Tu hausses les épaules, tu as l’habitude. C’est comme les breuvages, les gens se plaignent souvent du goût. Tu peux garantir leur efficacité mais la saveur non. Ce n’est plus dans tes compétences et ajouter du sirop ou du sucre signifie prendre le risque d’avoir quelque chose d’impossible à avaler par la suite. Derrière vous, deux vendeurs se sont arrêtés pour t’écouter. De ton poste d’observation, tu ne les remarques pas. Tu choisis de lui épargner les noms scientifiques à rallonge car c’est déjà assez agaçant de devoir retenir l’appellation canadienne et celle scientifique en latin. Tu es même étonné qu’ils n’aient pas proposé cette option aux étudiants de ton cursus.

« - Tout d’abord, pour rester dans les plantes communes, il y a le souci des jardins. C’est une plante toute mignonne que tu trouves aussi en décoration. Tu peux les reconnaître sans aucun problème à la couleur orangée des pétales. » Tu attrapes un pot pour qu’elle puisse la manipuler de plus près. Elle est en hauteur mais tu profites de ta grande taille pour la récupérer. Pour une fois qu’elle t’est utile. « Elle est facile à cultiver même si elle préfère un climat de bord de mer. Après, avec un peu d’engrais c’est parfait. Le souci est pratique pour les coupures et autres blessures superficielles. Ce qui est plus embêtant, c’est que tu n’utilises que les fleurs. Le reste es inutile. »

Tu ne t’en rends pas compte mais lorsque le sujet te plaît, tu es plus à même de l’aborder. Pour le coup, tu te fais même volubile. Et tu avais beau dire que tu détestais la botanique, au final, bien malgré toi, tu avais acquis des connaissances certaines dans le domaine. Des connaissances que tu n’avais aucun mal à partager. Et même si Mikasa ne retenait qu’un cinquième de tes propos, ce n’était pas grave. Tu avais progressé, Alexander.

« - Après, j’aime tout particulièrement la bardane. Pour le coup, tu peux utiliser la plante en entier. Les racines en décoctions et les feuilles broyées. »

Tu marques un temps d’arrêt, essayant de la repérer dans la masse de verdure. Elle est plus complexe à visualiser pour le coup. Rien ne la différencie des autres. Elle est verte avec une touche de violet. Tu ne la trouves même pas particulièrement attrayante. Mais pour l’avoir utilisé, tu préfères à titre personnel ses vertus à celles de l’ail ou du thym. Moins odorantes surtout. Pourtant, tu admets que ses deux végétaux ont leur utilité et ont le mérite de ne pas être forcément très cher et peu ou pas toxiques à haute dose. Et puis, cuisiné c’est bon aussi, que ce soit dans des viandes en sauce, des farces ou des légumes aussi. Mais là n’est pas la question.

« - Ah, la voilà ! » Elle est devant ton nez depuis le début... « C’est ce truc la bardane. Elle est multitâche car elle peut agir sur les bactéries et aussi les champignons. Tu la trouves peut-être dans des crèmes pour le visage si tu en utilises et elle est efficace pour les problèmes rénaux. Enfin, je m’éloigne sûrement du sujet de base. »

Il y a pleins d’autres plantes que tu connais devant toi. Le bleuet des champs originaire d’Asie, la camomille romaine et tu en passes. Et d’autres dont tu n’as jamais entendu parler. Mais pour le coup, tu as peur de l’assommer d’informations. Elle a terminé sa journée de cours et tu n’as pas envie de lui faire une nouvelle leçon malgré ton enthousiasme. Tu pouvais continuer un moment, preuve que tu avais acquis toutes ses informations et que tu avais appris à faire les liens. Tu pouvais être fier de toi. Ses heures à travailler tes cours n’étaient pas vaines. Quand bien même tu ne râlais ni peu ni assez sur tes enseignements quotidiens.

« - Et n’oublie jamais que chaque personne est différente. Je te raconte tout ça, tu peux essayer demain et ça sera totalement inefficace pour toi. C’est aussi ce qui est intéressant dans mon cursus. On ne sait jamais si ça va fonctionner. Bon, ça fonctionne quand même dans 95% du temps. Heureusement. Sinon on passerait pour des charlatans. »

C’était surtout les cinq pourcent restant qui te captivaient pour le moment. Si ce qui est connu ne fonctionne pas ou même que rien ne fonctionne, qu’est ce que vous pouvez faire ? Quelles pistes explorer ? Quelles alternatives utiliser ? Que faire ? Se résigner ? Non. Tu estimais qu’il fallait continuer car à tes yeux, tout problème à une solution. Et même si les miracles n’existaient pas encore, la magie et des gens ayant envie de repousser les limites du connu oui.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: [2/11/2018] Escale végétale - ft. Mikasa Ackerman

[2/11/2018] Escale végétale - ft. Mikasa Ackerman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» My Fairy Tale || RPG City/fantastique
» 28-09-2018
» L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité. [PM] & Dorian
» 2018-2019 : Qualif Euro 2019
» 18-04-2018

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ville de Bloombury :: Centre commercial-
Sauter vers: