Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones
 :: Campus d'Ilukaan :: Maisons :: Lupy
Lupy
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Unknown
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 93
Alexander Stevenson
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Unknown
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 93
Sujet: [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones
Ven 26 Oct - 18:36
                    

[7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Sara

Tableau sentimental

Réhaussant tes lunettes, tu regardes à travers la fenêtre embuée. L’automne était là, avec son brouillard matinal, ses paysages teintés de brun et d’orange et aussi sa fraîcheur. Avec à peine quelques degrés au-dessus de zéro, tu avais choisi de rester bien au chaud dans ton dortoir. Devant toi, dans un équilibre savamment calculé, s’empilaient des ouvrages et des notes de cours. En effet, depuis le début de la journée, tu étais plongé dans un projet transversal. De la botanique associée à des notions propres aux potions. Tu avais presque envie de dire que c’était de saison. Halloween venait de passer, les sucreries et les mélanges détonants de petits farceurs dont les compétences étaient très aléatoires avaient fait des dommages. L’infirmerie allait avoir du travail.

Tes mains allaient et venaient sur les touches de ton ordinateur portable à un bon rythme. Ce travail avait eu le mérite de t’interpeller tout en te laissant une certaine liberté d’expression. Tu ne te sentais pas obligé de suivre un fil conducteur préétablit. Et tu aimais ça. Bien que ce n’était point ton activité favorite, encore plus pendant les vacances, tu t’y étais plongé avec un certain plaisir. Parler de passion serait exagéré mais tu travaillais de manière un peu plus appliquée que par le passé. Après plusieurs de travail, tu pouvais être satisfait de ce que tu avais produit. Il ne manquait plus qu’à ajouter quelques illustrations pour compléter le tout et entamer la relecture. En l’état actuel des choses, le travail était bon. Les choses que tu pouvais améliorer, tu les connaissais. Tu savais quels étaient tes atouts mais tu ne voulais pas leur donner la satisfaction de rendre un devoir parfait puisque les enseignants trouveraient toujours à y redire.

Les épaules douloureuses d’une position peu ergonomique maintenue trop longtemps, tu t’étires longuement. Votre dortoir est calme. Vous êtes chacun dans l’espace qui vous est attribué. Tu t’estimes chanceux car tu as écho que ce n’est pas le cas partout. Et quand bien même vous passez la majeure partie de votre journée à travailler, personne n’est contre une grasse matinée de temps en temps ou bien une soirée sous la couette à regarder la dernière série à la mode. Tu as ton espace vital, tu n’as pas à lancer des menaces de Silencio toutes les cinq minutes. Non. Alfred et Dave ont cette qualité-là. Et quand bien même tu es toujours aussi prompt à râler pour tout et rien, le début d’année a été plutôt paisible pour toi. Il n’y a eu que la Coupe du Monde de Quidditch et l’accouchement de ta sœur pour rompre la monotonie de tes journées mais aussi ton misonéisme.

De toute manière, tu en avais assez fait pour la journée, n’étant pas le genre d’élève à te tuer à la tâche. Tu avais même longtemps été réfractaire à la réalisation de tes devoirs. Mais bon, tu avais fini par t’assagir et respecter les règles imposées. Au moins en apparence. Tu n’étais pas un mauvais élève ou un fauteur de troubles, juste que la sensation de toute-puissance des enseignantes t’énervait. Mais étrangement, faute d’être un exemple pour les plus jeunes, tu étais quelqu’un de bienveillant avec eux Alexander. Tu les aidais si jamais ils te demandaient de l’aide ou tu les guidaient jusqu’à leurs salles de cours lorsqu'ils se perdaient.

En parlant d’aider quelqu’un, même si c’était plus une confrontation de point de vue et une approche un peu novatrice et personnel de la chose, tu attendais Lovino. Il devait te rejoindre dans votre chambre. Et jamais cela gênait Alfred, il y a pleins d’autres endroits où vous pouviez vous installer. Simplement, c’était plus pratique et tu n’avais pas besoin de mettre le nez dehors en cette journée qui devait être consacrée, selon ton emploi du temps, aux révisions de vos prochains examens. Tu as choisi d’avoir confiance en tes capacités et à suivre le même schéma que les années précédant. T’investir dans tes études, réussir tes examens. Et devenir un médicomage.

Ta discussion avec l’autre Lupy t’avait permis d’envisager certains éléments sous un autre regard. Que la magie offrait des possibilités parfois inexplorées. Qu’elle pouvait offrir une source d’adaptation. Qu’elle pouvait s’adapter. Apprendre. Reproduire. Sans pour le moment avoir de conscience propre. Tu as entendu parler dans l’univers moldu de l’intelligence artificielle ? Est ici le cas avec le tableau ? Est-ce de l’intelligence magique ? Et la magie noire ? Peut-elle impacter ses représentations d’êtres vivants ? Y-a-t’il des risques à le concevoir ainsi ? Est-ce que le sorcier peut impacter le futur de son tableau ? Et tellement encore.

« Hm ? »

Entendant du bruit dans le couloir, tu portes ton regard vers la porte d'entrée. Tu ne sais si ce sont tes bruyants camarades de maisons ou ton invité qui arrive.
Voir le profil de l'utilisateur            
Lupy
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Unknown
ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 367
Lovino Vargas
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Unknown
ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 367
Sujet: Re: [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones
Lun 29 Oct - 19:42
                    
Tableau sentimental
Invité ! Lui ! Dans la chambre de quelqu’un d’autre ! Il était légèrement surexcité à cette idée. Certes il avait des amis contrairement à ce que les gens pouvaient penser. Des amis autres que Sara. Mais personne d’assez proche pour être invité à passer une soirée ensemble ou autre. Oh il ne connaissait pas Alexander depuis très longtemps. La première fois qu’il avait eu l’occasion de parler avec lui il l’avait trouvé un peu froid et puis le fait qu’il soit en cursus médical ça n’aidait pas. Mais quand l’italien s’était dirigé vers lui pour lui poser cette fameuse question, il avait découvert un esprit beaucoup plus ouvert que la moyenne. Il avait hâte d’ouvrir de nouveaux horizons et peut-être commencer des recherches plus poussées sur le sujet en lui rendant visite.
Il avait parfois l’impression que le monde magique était en pleine stagnation. Il la voyait bien l’avancée des moldus sur le plan technologique mais du coté magique il avait l’impression que rien de nouveau ne voyait le jour. Il était assez doué en histoire de la magie pour remarquer que l’époque dans laquelle il évoluait, était loin de l’âge d’or de la sorcellerie. C’était maintenant rare que des gens sortent des sentiers déjà tout tracés pour essayer de nouvelles choses.

Il avait patienté le temps que Sara soit prête. Il ne pouvait pas se pointer là bas sans elle, après tout elle était le point de départ de toute cette histoire. Elle avait ce besoin de faire comme si elle était vraiment humaine. Elle savait copier parfaitement le stéréotype de la femme qui se fait attendre. Elle copiait d’ailleurs pas mal de chose et pas toujours les meilleurs comportements. Pour le moment elle avait réclamé de rester dans le grand tableau format A1, posé dans la salle commune, qui lui servait de chambre. Donc il avait fallu trouver une solution pour que le jeune homme n’ait pas à parcourir  toute la salle commune puis les dortoirs avec un cadre aussi lourd… Mais qu’il était bête, n’était-il pas sorcier après tout.


« Bon Sara, il va nous attendre ! *Wingardium leviosa* Ton ruban est très beau raclure ! Change rien t’es parfaite »


Il vérifia le papier sur lequel Alexander lui avait donné le numéro de sa chambre : la 5. Continuant à discuter avec Sara qui lévitait doucement devant lui, il s’avança vers la porte et toqua. Semblant entendre une réponse venant de l’intérieur, il poussa le battant et pénétra dans la pièce. Il repéra immédiatement Alexander près de son bureau qui croulait sous une pile de livres.


« Salut ! J’ai amené Sara. »


C’etait un peu une évidence vu le grand cadre qui l’accompagnait. A moins qu’il n’ait été pris d’une terrible envie de re-décorder la chambre de son camarade avec une peinture du XVIème siècle. La jeune femme qui occupait le centre de ce dernier vint à son tour saluer le lupy -en italien-.


« Tu travaillais sur quelque chose ? »


Tout en posant sa question, le jeune garçon promena son regard dans la pièce. C’est bien organiser et propre. Un peu comme ce qu’imposait plus ou moins Arthur dans leur chambre. Mais l’ambiance générale avait l’air plus chaleureuse.



Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur            
Lupy
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Iconal10
[7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Giphy
ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 562
Alfred F. Jones
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Iconal10
[7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Giphy
ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 562
Sujet: Re: [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones
Lun 17 Déc - 6:28
                    
Tableau sentimentalLes cours venaient à peine de reprendre, et déjà Alfred regrettait les vacances. Sa main s'abattit lourdement sur son réveil, avant qu'il ne réalise qu'il ne s'agissait pas du sien. Il lança un coussin vers Dave, espérant qu'il se lèverait pour arrêter l'alarme stridente qui résonnait. Il se redressa convenablement dans son lit, bailla et s'étira. La journée ne serait pas longue ; le mercredi n'était pas du tout sa journée la plus chargée. Quelques cours de bon matin, quelques-uns en début d'après-midi, mais il serait vite libre. Cette perspective l'aidait à tenir le coup terrible qu'était la reprise des cours.

Il finit par se lever, faisant face à la fenêtre quelques instants. L'hiver était déjà arrivé, semblait-il, et avec lui ses grandes vagues de froid. L'herbe ne tarderait pas à geler chaque matin. Il lâcha l'horizon du regard, et repartit pour se préparer pour la journée qui allait commencer. Il s'habilla, tenta vainement de se coiffer, fit son sac en vitesse en vérifiant qu'il n'avait oublié aucun devoir, et était parti retrouver Luciano pour aller prendre le petit-déjeuner. Il se demanda un instant comment il arrivait à se réveiller le matin maintenant qu'ils n'étaient plus dans le même dortoir.

*

Après les cours, Alfred avait pris le temps d'aller faire un peu de sport. Un peu de course, un peu de musculation, il s'entretenait. Après cela, il avait pris une douche longue, qui l'avait reposé et requinqué. Mais son après-midi ne s'arrêtait pas là. Il était ensuite parti aux cuisines. Au bout de six ans à Ilukaan, il finissait par connaître les cuisines par cœur, et il n'avait pas eu de mal à trouver les ingrédients qu'il n'avait pas dans les placards. Il avait fait quelques gâteaux, quelques biscuits, qu'il comptait ramener avec lui aux dortoirs par la suite. Une fois cuits, il avait coupé les gâteaux, puis avait tout rangé dans différentes petites boîtes qu'il fit léviter jusqu'à sa chambre.

Il ouvrit la porte sans attendre davantage. Il n'avait pas toqué, et se demanda un instant s'il aurait dû en voyant que Lovino et Alexander étaient visiblement en grande conversation. Il les regarda sans rien dire un moment : après tout, c'était sa chambre aussi. Mais il décida d'être poli – au pire, il pouvait toujours aller dans la salle commune s'il gênait, il n'était pas vraiment du genre à s'imposer.

- Salut vous deux. Je dérange pas ?

Il prit un peu en considération la situation. Alexander, Lovino et… le tableau de Lovino. Comment s'appelait-elle déjà ? Sara, quelque chose comme ça. Il s'approcha de son lit. S'il dérangeait, il allait juste récupérer ses livres de cours, son ordinateur et son casque – et s'il ne dérangeait pas, ce serait sans doute la même chose, sauf qu'il pourrait s'installer dans son lit plutôt que dans les canapés de la salle commune. Les boîtes vinrent se poser sur le bureau d'Alfred et il regarda les deux autres Lupy en souriant.

- Si vous voulez j'ai préparé des gâteaux, aussi. J'en ai largement assez pour partager.

Il ouvrit les boîtes : l'une contenait des parts de gâteau au chocolat, l'autre des parts de gâteau à la noix de coco, et la dernière contenait des biscuits, avec un joli glaçage coloré. Au moins, s'il les avait interrompus, il avait de quoi se faire pardonner.
©️ 2981 12289 0


.: Alfred parle de super-héros et de Quidditch en darkred. :.

Quand Alfred entend quelqu'un critiquer Captain America:
 

Aes !!:
 

Merci Luciano et Aly pour vos merveilleux avatars ♥️

[7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Alfred


Merci Isaac ♥️
Voir le profil de l'utilisateur            
Lupy
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Unknown
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 93
Alexander Stevenson
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Unknown
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 93
Sujet: Re: [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones
Dim 27 Jan - 20:29
                    

[7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Sara

Tableau sentimental

D’un commun accord, néanmoins tacite, vous aviez décidé avec les deux autres lupys de ne pas frapper car cet espace était autant le leur que le tiens. L’italien était donc enfin là. Même si tu ne lui avais pas donné d’horaire, tu espérais qu’il passe avant la fin de l’après-midi. Votre discussion risquait de durer un moment et tu ne voulais pas que l’adolescent se couche à point d’heure par ta faute.

D’un ample mouvement de la main, tu lui fis signe de s’approcher après un bref salut de ta part. L’espace qui t’tétait accordé et globalement bien agencé et on pouvait y circuler sans problème. Les plantes adoucissaient l’ensemble plutôt simple et au final impersonnel. En effet, il n’y avait que peu de photographies, animées ou non aux murs et encore moins de tableaux. Tu avais peur qu’il se décroche et t’assomme dans ton sommeil.

« Tu travaillais sur quelque chose ?
- Oh non, j’ai terminé depuis un moment
» et ce malgré la pile de livres qui se trouvait sur ta table et celui que tu avais entre les mains, tu étais loin d’être un étudiant assidu. C’était une fausse image que renvoyait ton bureau à l’autre étudiant.

« Poses Sara sur la chaise, on va s'asseoir sur le lit nous » leur intimes-tu en avisant l’espace et les sièges disponible. Les chambres étaient spacieuses mais dès qu’ils recevaient quelqu’un, la place devenait plus restreint.

La peinture semblait étrangement vivante lorsque ton regard vert se perdit sur le tableau. Ainsi, voici Sara. La fameuse Sara. Et plus qu’à des coups de pinceau, tu voyais un être fait de chair et de sang. Un être doué de sentiment. Et là était la clef du mystère. Dans cet univers où les fantômes avaient leur place et pouvaient interagir avec les vivants, pourquoi les tableaux ne pourraient pas eux aussi ? Quelle était la différence mais surtout, quel sortilège permettaient d’enfermer une âme dans un objet inanimé ? Ou bien était-ce seulement de la magie qui permettait de renvoyer au propriétaire ce qu’il attendait du dessin ? Quoi qu’il en soit, c’était passionnant.

« Est-ce que je peux vous poser quelques questions ? Sachant que si tu n’as pas envie d’y répondre Sara, il suffit de me le dire. On ne voulait pas parler de toi dans ton dos. »

Tu avais eu écho que la jeune fille avait un caractère bien trempé et pouvait vite être désagréable. Donc si vous vouliez avoir des réponses, tu étais convaincu qu’il fallait te la mettre dans la poche. Au moins un moment puisque les idées qui te traversaient l’esprit risquaient de faire un peu de bruit. Et quand bien même tu la vexais, tu ne voulais pas blesser Lovino qui semblait s’être attaché pour ne pas dire amouraché de cette œuvre vivante. Tu ne connais pas les tenant et les aboutissants de cette histoire mais pour le coup, il y avait de quoi ne plus rien comprendre avant que cette dernière puisse te répondre.

La porte du dortoir n°5 se réouvrit pour la deuxième fois de l’après-midi. Quelle foule aujourd’hui. Détournant ton attention de votre conversation animée, tu le saluas d’un hochement de tête. Sincèrement, l’Américain était quelqu’un de sympa. Tu ne pensais pas t’entendre avec lui cependant la cohabitation se passait bien. Pas de plaintes ou de récriminations particulières à son égard. Tu n’irais pas à dire que c’était quelqu’un d’agréable avec qui partager ta chambre mais presque.

« Salut vous deux. Je dérange pas ?
- Non. Tu ne déranges pas
» reprends-tu après un bref silence.

Et la commissure de tes lèvres s’étira de manière imperceptible quand tu remarques les différentes boites. Tu savais que ce dernier se rendait parfois dans la cuisine pour pâtisser. Et il semblait que ce fût le cas aujourd’hui à l’odeur et les boîtes qu’il avait dans les mains. LA confirmation ne tarda pas à arriver.

« Si vous voulez, j'ai préparé des gâteaux, aussi. J'en ai largement assez pour partager.
- Merci.
»

Tu pouvais en prendre un les yeux fermés. La sixième année n’était pas quelqu’un à faire des blagues de mauvais goût avec la nourriture. Tu le trouvais parfois un peu enfantin mais ce n’était que tu propres ressentis. Et puis, à son âge tu étais beaucoup plus agaçant et niveau maturité, ce n’était pas vraiment ça. Cette période correspondait avec tes années sombre comme tu te plaisais à les nommer aujourd’hui. Des années où tu te cherchais, où tu essayais de trouver une raison à ta présence ici, à ces cours qui t’ennuyaient plus qui te passionnaient. En fait, tu étais juste en pleine crise d’adolescence et avec le recul tu plaignais sincèrement les gens qui avaient dû te supporter à cette époque là où tu parlais avant de réfléchir ou le tact n’existait pas chez toi. Grand bien pour eux, tu avais grandi et l’on pouvait tenir une conversation sans que tu râles ou t’énerve. Et ses derniers temps, quand ton humeur était au beau fixe, on pouvait même se permettre un peu d’humour.

« L’eau est encore chaude dans la bouilloire et j’ai du thé, du chocolat ou du café pour accompagner si jamais. »

Tu lances la remarque en l’air, à eux de choisir ce qu’ils vont en faire. Tu ne vas pas les materner non plus et ils sont assez grands pour aller se servir sur le meuble où tout est regroupé. Quand bien même cela ne s’accordait pas du tout à tes petits agissements dans l’ombre pour leur faciliter la vie et veiller sur eux.
Voir le profil de l'utilisateur            
Lupy
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Unknown
ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 367
Lovino Vargas
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Unknown
ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 367
Sujet: Re: [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones
Dim 10 Mar - 18:44
                    
Tableau sentimental
C’était quoi ce dortoir !? Pourquoi il n’avait pas le droit à des colocataires aussi adorables lui aussi ? L’italien savait bien qu’il n’était pas facile à vivre mais il fallait dire qu’il n’était pas non plus tombé sur les camarades les plus compatibles avec sa personne. La cohabitation n’avait jamais était son fort. Il y avait toujours ce temps d’adaptation qui le fatiguait plus qu’autre chose. Certes le changement de dortoir chaque année avec un coté pochette surpris. On voyait du nouveau monde, on ne risquait pas de restait bloqué plus d’une année avec les mêmes personnes. Mais l’italien n’avait jamais était très chanceux à la loterie et pour le moment il lui semblait bien que son dortoir reflétait la pire combinaison possible.

A la demande d’Alexander, il avait posé Sara sur la chaise et avec pris place sur le lit. Le grand l’impressionnait toujours un peu, malgré leur rapprochement somme toute assez récent. Sara semblait de son côté tout à fait à l’aise. Lovino l’avait briffé avant et la place importante qu’on lui octroyait au sein de cette affaire l’avait gonflé d’un tout nouvel orgueil. Enfin les humains avaient compris qu’elle avait un rôle sur cette terre. Enfin, les projecteurs étaient braqués sur sa personne ! Si le monde entier pouvait adopter l’italien comme langue courante par contre, ça l’arrangerait. Elle n’avait pas saisi un traitre mot de ce que le 10ème année avait dit. Ah ! Devoir compter sur les autres pour profiter du moment, ce n’était vraiment pas sa tasse de thé. En parlant de boisson, elle trouvait indécent d’exposer ainsi un goûté à ses yeux sans qu’elle puisse y toucher. Ils manquaient vraiment de manière dans le coin.
Lovino n’avait pas eu le temps de traduit la question du lupy quand la porte s’ouvrir. La vision d’Alfred lui plaqua un large sourire sur le visage. Le peu de temps qu’il avait passé avec lui avait suffit à le rendre sympathique. Et il était venu avec des gâteaux. Cette situation ressemblait de plus en plus à une sorte de rêve. Une après-midi simple, des gâteaux maison, du thé et des amis.

« Quelqu’un d’autre en veux ? »

Avant de préciser l’objet de leur étude, l’italien se leva pour se servir du thé. Ce n’était pas sa boisson préférer mais elle accompagnait bien les gâteaux contrairement au chocolat chaud.

« Salut Alfred,  non tu déranges pas raclure. C’est trop gentil d’avoir apporter des gâteaux. Tu veux te joindre à nous ? Un troisième regard sur la question ne peut être qu’un plus sale fanfaron. »

Tant qu’il était à coté autant proposer, ça leur éviterait un déplacement inutile. Une toux suffisante provenant du tableau rapporta son attention sur Sara. Il lui sourit pour l’apaiser. Ca fonctionne toujours ! C’est vrai qu’il ne lui avait toujours rien traduit, elle devait être perdue la pauvre. Le brun transmis donc la question d’Alexander. La demoiselle donna son accord. Après tout, n’est-ce pas pour cela qu’elle était ici. Elle s’autorisera évidemment à ne répondre qu’à ce qui lui plaira. Ils seront tributaires de son humeur. Et de la traduction approximative de l’italien plus qu’ancien qui constituait son langage. Le monde magique recelait surement d’un nombre plus que suffisant de solution pour ce petit désagrément mais Lovino n’en avait aucune sous la main. Il lui manquait soit les outils soit les compétences.


Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur            
Lupy
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Iconal10
[7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Giphy
ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 562
Alfred F. Jones
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Iconal10
[7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Giphy
ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 562
Sujet: Re: [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones
Lun 27 Mai - 4:36
                    
Tableau sentimentalIl était entré dans sa chambre, sans penser que quelqu'un puisse déjà s'y trouver. Aussi, en apercevant Lovino et Alexander, son premier réflexe fut de demander s'il ne dérangeait pas. Bien qu'il préfère travailler au calme dans sa chambre, installé dans son lit, aller réviser dans la salle commune ne le dérangeait pas non plus. Néanmoins, Alfred aperçut les regards des deux autres sur les boîtes lévitant toujours devant lui, et il sut qu'il tenait là son passe, s'il pouvait appeler ses pâtisseries ainsi. Il fendit d'abord son large sourire à Lovino – bien qu'ils se côtoient finalement assez peu, il l'appréciait beaucoup – puis déposa les boîtes sur sa table de chevet, avant de les ouvrir et de les tendre vers ses camarades Lupy. Alexander annonça qu'il avait des boissons pour accompagner le tout s'il le désirait, et il se contenta de sourire. Lovino se leva directement pour servir du thé, mais Alfred secoua simplement la tête.

- Non merci, mais je prendrai peut-être un chocolat plus tard.

Il allait demander pourquoi Sara était là, et pourquoi se faisait cette petite réunion, mais Lovino le prit de court, en disant qu'un autre regard sur l'affaire serait intéressant. Cependant, cette assertion ne fit que renforcer sa confusion. Il voulut demander de quoi il en retournait à nouveau, mais une toux attira son regard. C'était la jeune fille du tableau et un instant plus tard, le plus jeune lui parlait en… italien, devina-t-il. Lui qui, en terme de langue romane, parlait l'espagnol, ne comprenait pourtant pas un traître mot de ce qui était dit. Il lança un regard à Alexander, n'osant pas interrompre le dialogue qui avait pris place. Mais lorsqu'un silence temporaire apparut, il se permit enfin de demander.

- Qu'est-ce qui se passe ici en fait ? Je veux bien aider mais si on pouvait m'expliquer la situation ce serait bien.

Malgré ses mots, il n'y avait pas la moindre trace de dureté dans ses mots, seulement une légère trace de curiosité mêlée à un soupçon de perplexité. En allant une explication, il alla s'installer au bout de son lit ; de là, il gardait une vision assez optimale de la pièce, ce n'était pas comme s'il partait dans son coin, mais cela permettait de laisser un peu de place et d'espace personnel à chacun. Il se versa un chocolat chaud grâce à un « Wingardium Leviosa » parfaitement exécuté, puis lança un « Accio » sur le gobelet et l'une des boîtes, contenant les biscuits. Sa seule hâte était de réussir à utiliser tous ses sorts sans sa baguette, mais c'était encore un long travail qu'il avait devant lui.

Il écouta attentivement lorsqu'on lui expliqua ce dont il était question, et il hocha la tête.

- D'accord, je vais essayer de vous aider dans ce cas. Bonjour Sara !

Il ne savait pas vraiment comment il était censé agir, pour le moment, mais dire « Bonjour » lui semblait être de la politesse élémentaire, d'autant plus que ce n'était pas qu'une simple peinture. Lovino lui avait déjà expliqué que Sara pouvait exprimer des sentiments et qu'elle avait son caractère. Il décida d'écouter calmement, et de n'intervenir que s'il pensait que ce pouvait être utile. Alexander devait avoir déjà préparé quelques questions, s'il avait invité Lovino pour parler de la jeune fille du tableau.
:copyright:️ 2981 12289 0


.: Alfred parle de super-héros et de Quidditch en darkred. :.

Quand Alfred entend quelqu'un critiquer Captain America:
 

Aes !!:
 

Merci Luciano et Aly pour vos merveilleux avatars ♥️

[7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Alfred


Merci Isaac ♥️
Voir le profil de l'utilisateur            
Lupy
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Unknown
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 93
Alexander Stevenson
Image du profil : [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Unknown
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 93
Sujet: Re: [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones
Mer 3 Juil - 14:29
                    

[7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones Sara

Tableau sentimental

Cette conversation avait le mérite d’être intéressante et bien que tu ne conçoives pas ton ami et sa « meilleure amie » comme des sujets d’expérience, une part de toi était satisfaite de pouvoir poser toutes ses questions là sans personne pour te rabattre le claquet avec la morale bien-pensante. Bon, avec Alfred cela était moins sûr mais tu espérais que l’Américain ne serait pas trop tatillon et tu ne voulais pas non plus te mettre l’italien et sa précieuse amie à dos.

Il fallait donc que tu choisisses tes questions avec soin puisque la jeune femme peinte y semblait sensible. Elle aimait être le centre de l’attention. Et elle aimait plaire à l’italien. Après, tu ne la connaissais guère et les filles et femmes de t’on entourage n’étaient que d’un piètre support. D’autant plus que la période à laquelle elle avait été créée était plutôt lointaine. 17ème siècle ? 18ème ? Plus tôt ? Tu n’en avais aucune idée.

« C’est sympa pour les gâteaux Alfred. Ils sont toujours aussi bons. Et je veux bien une tasse de thé s'il te plaît. Il y a des tasses propres sur le meuble là-bas »

C’est vrai que l’autre élève était un camarade de chambre agréable et tu n’avais jamais eu à se plaindre de lui et de son comportement. Il était parfois un peu trop enthousiaste pour toi mais il savait se faire discret. C’était une chance car d’autres années avaient été plus compliquées. Là, vous pouviez travailler dans une ambiance calme et partager des boissons chaudes et autres sucreries ou biscuits.

Tu les laisses discuter entre eux, retournant sur ta liste. Tu fais une petite croix devant certaines d’entre elles. Tu ne les poseras pas. Il vaut mieux éviter car ta mémoire t’informe qu’elle est assez susceptible. Et si l’objet de ton étude, pardon, du partage d’expérience, refusait de coopérer, tout tomberait à l’eau et vous auriez perdu les uns et les autres votre après-midi.

« On a besoin d’en savoir plus sur toi avant Sara. Est-ce que tu ne veux bien nous parler de ce que tu aimes ? De ta naissance aussi ? »

Et aussi de ton créateur. C’était surtout ça que tu voulais savoir. Quel était son point de vue sur celui-ci, en quoi il l’avait influencé ? Tu pouvais être très méthodique quand tu cherchais à en savoir plus et dans ses cas-là, ton regard était plus tranchant. Ton attitude à la fois plus sérieuse, plus ouverte et surtout plus tranchante. Aucun détail n’était superflu. Tu étais juste déçu de voir que la traduction risquait de te faire perdre certains éléments. Mais utiliser la magie risquait de provoquer d’autres contresens tout aussi désagréable.

« Est-ce que cela vous convient à tous… les trois ? »

Ne pas oublier de la considérer comme une personne et non pas comme une vulgaire peinture. Ne l’oublie pas Alexander. Et ce n’est pas simple pour toi. Tu dois soigner des humains, qui n’en ont parfois plus que le nom au vu de leur histoire. De leurs actes surtout. Et il faudrait que tu acceptes qu’un tableau soit considéré comme tel par certains. C’est un peu dur. Tu es trop terre-à-terre et tu en sais peut-être un peu trop sur certains sujets pour être objectif. Et accepter la naïveté du plus jeune. Ou son réalisme peut-être. Tu ignores ce qu’il a vécu pour juger ses actes et son attitude. Mais tu trouves tout de même cela toujours aussi troublant… Et intéressant surtout.

Tu étires tes jambes, prenant appuie sur un porte-document simplement posé sur tes genoux pour noter ses dires. Pas de plume à papote car dès lors que l’on quittait l’anglais, tu avais remarqué des erreurs. À croire qu’elle était enchantée que pour comprendre une seule et même langue et aucun autre de ses dériver. Pas moyen de tricher. Du moins, c’était les souvenirs de tes discussions avec tes cousins et cousines irlandais et vos matériels respectifs. En parlant d’eux, ça faisait combien de temps que tu ne leur avais pas parlé ? Un an ? Deux ? Peut-être que Nassie en avait plus. Après tout, c’était elle la plus sociable de vous trois. Tu lui demanderas la prochaine fois que tu la croises dans l’école. Si jamais elle ne vient pas t’en parler d’elle-même pour une raison aussi futile que te forcer à articuler deux mots.

Mais ce n'est pas la priorité. Tu remontes tes lunettes, attendant leur réponse. Attendant que Sara parle. Qu’elle vous offre des réponses.
Voir le profil de l'utilisateur            
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [7/11/2018] Tableau sentimental - Ft Lovino Vargas & Alfred F. Jones
                    
            
Sauter vers: