Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[24 octobre 2018] Sharing is caring | Ft. Lena Oxton
 :: Hors jeu :: Archives :: Anciens RP
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: [24 octobre 2018] Sharing is caring | Ft. Lena Oxton
Jeu 25 Oct - 12:41
                    

Sharing is caring.

Feat. Lena Oxton

Ses iris limpides dévalaient avec une patience toute mesurée les étagères qui s'ouvraient devant elle - quoique ses regards paraissaient plus comme des vagues ravageuses, promptes à couvrir les étalages littéraires qui s'étaient improvisées maîtresses des lieux. Et quels lieux; si la bibliothèque d'Ilukaan accueillait à portes ouvertes les étudiants les plus studieux de l'académie, Angelina n'en restait pas moins une fervente visiteuse bien - trop - souvent encline à accorder ne serait-ce que quelques minutes de son temps libre à ce paradis dédié aux âmes érudites. Si bien que ceux qui s'osaient à s'interroger sur les hobbies de la britannique en venaient presque exclusivement à déduire qu'il s'agissait là de son second endroit préféré de l'école - outre la salle commune des Cervidés, receleuse de feuillages thérapeutiques et de loisirs dédiés aux chats les plus alpinistes; Winston en faisait partie.

En six années d'études, l'on aurait pu croire que ses bonnes heures passées dans cette pièce auraient peut-être suffit à lui donner l'occasion de détenir le savoir absolu sur l'entièreté des volumes que renfermaient ces murs - hélas, chaque nouvelle visite dans les parages était une raison de prendre régulièrement connaissance de nouveaux documents qui n'attendaient que d'être découverts. La blondine devait ainsi se soumettre à l'évidence qu'avoir la science infuse dans le domaine bibliographique relevait d'une tâche particulièrement complexe - sans compter le nombre de récits explicatifs dédiés à la botanique qu'elle pouvait trouver au sein du recoin dédié aux porteurs d'émeraude.

"... Mh."

Elle se perdit un bref moment durant la contemplation des meubles qu'occupaient les manuscrits - et pourtant elle n'était pas là pour la plaisir, cette fois-ci. Un lever de mirettes vers une horloge avoisinante lui céda l'opportunité de prendre note de l'horaire. Un commentaire ne se fit pas attendre, et elle murmura pour elle-même, insatisfaite du petit retard qu'osait prendre son élève de septième année. Et ce n'était pas là une incohérence - la secrétaire du Conseil, bien qu'âgée d'un an de moins qu'une certaine Strixyst électrique, Lena Oxton, avait soumis elle-même l'éventuelle proposition d'une séance de révisions - et ce dans le but de mener à bien le parcours scolaire de son aînée. N'avait-elle pas ses ASPICs, à la fin de l'année ? Il ne fallait pas une information de plus à la demoiselle pour avoir l'idée de venir en aide à la brune. Si en premier lieu elle était en permanence nimbée de ces élans désagréables de froideur, pour autant elle avait cet aspect ... étonnamment altruiste. Comme quoi, était-elle vraiment digne de cette réputation d'arrogante condescendante, austère quant à l'idée d'échange amical avec autrui ?

Un nouveau soupir prit la peine de se libérer du joug de ses lèvres - et saisissant ce qui l'intéressait dans les rayons, elle leva à nouveau le nez vers la pendule. Quatorze heures dix. N'avait-elle pas précisé de façon concise "quatorze heures précises" ? Quoi qu’avec du recul, cela lui donnait matière à faire avec les recherches - et comme elle avait intimé à son homologue anglaise son désir de rendre les révisions ludiques (un concept difficilement croyable - surtout en Histoire de la Magie), elle se démena à mettre la main sur des illustrations artistiques, animés grâce aux prouesses sorcières. Le duo se trouvait être amateur d'Arts et Musiques magiques - et Angelina avait pensé qu'accompagner ses explications d'images animées entraîneraient un dynamisme susceptible de faire retenir les événements historiques du monde magique. Et tandis qu'elle se dirigea vers une table disponible, une idée lui vint.

Et si se servir des notions sportives relatées par le cours du temps aidait l'amatrice de peintures murales à voir un peu plus clair dans cet enchaînement de dates ? Sa comparse se comptant justement parmi l'équipe de Quidditch de la Chouette, la blafarde trouva l'idée intéressante - et même si elle se risquait à épuiser la myope avec des notions supplémentaires.. l'expérience était à tester, et le résultat à contempler. Hors de question de se presser cependant - elles avaient tout leur temps.

Il ne lui fallut pas une seconde de plus pour se décider à user de la borne la plus proche et libre d'accès; aussi sélectionna-t-elle quelques documents sur le sport sorcier, peu certaine de les trouver rapidement car ils ne suscitaient d'habitude aucunement son intérêt. Les écrits se frayèrent un chemin jusqu'au plan de travail où elle attendait avec (im)patience la retardataire. Quelques minutes s'étaient au passage écoulées - et elle entama la rédaction de faits chronologiques sur son parchemin, préparant les prémices de leur séance d'études.
@lena.oxtonJe lui propose des révisions et elle arrive en retard ? Non mais allô quoi.
            
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Re: [24 octobre 2018] Sharing is caring | Ft. Lena Oxton
Jeu 25 Oct - 15:17
                    

Lena se savait loin d'être ponctuelle, mais quand même !

Depuis le temps qu'elle et Angelina parlent de cette séance de révisions, elle aurait pu prévoir d'être au moins à l'heure ! Mais que faisait la Stryxist pour ne pas se rendre compte que l'heure tournait ? Elle était à table, dans le réfectoire... puis, on lui proposa une partie de cartes après le repas. Il a dû se passer quelque chose pour qu'elle soit suffisamment dedans au point d'en oublier (un bref instant) son rendez-vous ludique avec la Cervirald.

Une victoire, peut-être. Ou au contraire, une défaite, et donc une envie de revanche. Dans tout les cas, Lena était joueuse, alors n'importe quoi aurait pu la distraire ! Heureusement qu'une petite curiosité vers son portable ramena ses yeux vers l'heure, qui indiquait un « 14:13 » alarmant. Sa qualité de vitesse allait au moins lui servir : si on n'allait pas la remercier pour débarrasser un peu trop à la va vite son plateau, le destin allait au moins lui permettre de rattraper le temps perdu (même si elle était déjà bien en retard) en deux petites minutes.

Elle n'était pas spécialement grande, mais quelles enjambées !

Lena bouscula sans le vouloir quelques personnes, à qui elle lança seulement des « pardon ! » et autres « désolée ! » avec toutefois ce petit rictus habituel qui la caractérisait : elle ne voulait pas paraître antipathique lorsqu'elle faisait une gaffe. Même si c'était pas toujours excusable que de rentrer dans les gens...

La bibliothèque était là, elle se rappela à temps qu'il valait mieux éviter de foncer aussi vite une fois dedans. Un peu essoufflée, et les cheveux encore un peu secoués de sa course (mais saurait-on seulement faire la différence ?), elle poussa la porte, lâchant un soupir qui exprima son soulagement en refermant derrière.

Elle passa devant la bibliothécaire qui lui connaissait une certaine réputation à ne pas être trop discrète. Mais promis juré sans cracher, cette fois, elle est sage ! Elle lui adressa alors un simple coup d'oeil en coin lorsqu'elle la suivit du regard avec suspicion... avant de trouver où Angelina s'est posé.

Malgré cette tentative de discrétion, Lena s'avéra un peu plus « remarquable » dès qu'elle prit une place en face de la blonde.

- Salut ! Désolée, j'ai pas vu le temps passer... Il file, hein ! Hé hé...

Avant de regarder brièvement autour d'elle, espérant toutefois ne déranger personne (quand même). Elle regarda le téléphone d'Angelina, imaginant déjà cette dernière s'impatienter au point de traîner sur l'appareil... mince, alors.

- Vraiment désolée, je voulais pas te faire attendre...

Lena
Angelina
            
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Re: [24 octobre 2018] Sharing is caring | Ft. Lena Oxton
Sam 27 Oct - 13:27
                    

Sharing is caring.

Feat. Lena Oxton

Celle qui fut jadis joueuse fugace de cartes fit enfin son apparition dans le recoin prisé des plus savants - à coup sûr la londonienne lui aurait accordé une œillade terrible si elle avait levé le nez de ses plans; mais heureusement pour la porteuse de verres, ledit jugement prit également un peu de retard avant de tomber tant son auteure offrait toute son attention à sa rédaction - aussi Lena était-elle sauve en franchissant le seuil de la bibliothèque. Du moins ... pour le moment.

"Salut !"

Ce fut, pour l'interpellée, l'opportunité d'élever le nez de ses feuilles afin de croiser le regard de la nouvelle venue. Sa réaction ne se fit pas attendre cependant; car aussitôt elle laissa ses sourcils se soumettre à un froncement léger.

"-Désolée, j'ai pas vu le temps passer... Il file, hein ! Hé hé...
-A qui le dis-tu", prit-elle la peine de souffler.

Tandis que la sprinteuse s'installait en face de la Cervirald, celle-ci fit volontairement preuve de son mécontentement en levant, avec toute la lenteur du monde, les yeux vers l'horloge la plus proche du duo qui venait de se former. Par le biais de ce coup d’œil appuyé, elle espérait ... d'une manière ou d'une autre remuer le couteau dans la plaie. Comment était-ce possible de manquer autant de ponctualité ? Et si la Strixyst se risquait à expliquer les raisons de son délai médiocre d'arrivée.. on ne donnerait pas cher de sa peau.

"-Vraiment désolée, je voulais pas te faire attendre...
-Mais les faits sont là. Tu m'as fait attendre. Estime-toi heureuse de ma patience; j'ignore ce qui t'a pris tant de temps ou sur quoi tu t'es arrêtée en chemin. Le fait est que tu es arrivée avec un quart d'heure de retard alors que tu me confirmais ta venue à quatorze heures pile. Te rends-tu compte que nous aurions pu entamer les révisions depuis quinze minutes, déjà ... ?!"

L'air qu'arborait son minois ne laissait planer aucun doute possible sur le potentiel d'agacement naissant du côté de l'amatrice de plantes. Et finalement, la réflexion vint troubler un tantinet son esprit.

Oxton avait beau être retardataire, peut-être avait-elle eu un contretemps critique. Une affaire de famille qu'elle aurait sans doute été forcée de régler en moins de vingt minutes. Et, pour être sincère, Angelina peinait réellement à la couvrir de plus de reproches tant elle trouvait ses efforts appréciables. Le sérieux que prouvait Lena en venant la rejoindre aujourd'hui pour réviser son Histoire de la Magie plaisait d'une façon certaine à son enseignante temporaire - et.. en dépit l'apparence et les piques cinglantes que la plus pâle était capable de renvoyer la quasi-totalité de ses journée, Lena était l'une des seules de son entourage à ne pas se laisser submerger par la vexation et l'irritation. L'une des seules à voir, peut-être, au-delà de ce blindage de givre.

C'est avec une facilité perturbante que les marques de sa contrariété délestèrent son visage, l'abandonnant à la neutralité. Ainsi rendue de marbre, la sixième année abaissa les paupières sur la table, où résidaient les divers documents.

"... Enfin. Tu es arrivée, et c'est le principal, supposons. Nous allons commencer."

Si sa vocalise s'éperdait autrefois dans des nuances accusatrices, ce n'était plus le cas désormais; et elle réceptionna dans le creux de ses paumes un ouvrage dédié au sport le plus réputé chez les manieurs de baguette. Ceci fait, elle éleva les prunelles vers la silhouette qui lui était opposée. S'en suivit un silence bien peu léger - aussi l'anglaise peinait-elle sûrement quant aux choix des palabres adéquats pour s'exprimer. Finalement, elle annonça, le ton loin d'être joueur.

"Je te parlais l'autre fois d'une façon ... dynamique de t'adonner à l'apprentissage, n'est-ce pas ? J'ai trouvé cela intéressant de varier les étapes de la séance. Tu me parlais de tes difficultés à retenir certains passages du programme.. peut-être qu'en te repérant grâce à des dessins ou des reproductions de peinture, cela devrait mieux fonctionner; la mémoire visuelle est peut-être celle qui te correspond plus que les autres."

Tout en lui montrant la couverture tannée du manuel sportif qu'elle détenait entre ses mains, elle poursuivit.

"N'es-tu pas une joueuse de Quidditch, en plus d'en être une admiratrice ? J'avais pour projet de te fournir quelques dates notoires à ce propos. Peut-être qu'en comparant un événement en rapport avec le Quidditch, tu arriveras à te souvenir de l'année de l'ajout d'une quelconque loi dans la constitution magique, par exemple."

Cela faisait sans doute beaucoup à retenir en un seul après-midi - mais, comme dit précédemment, il n'y avait pas résultat sans expérience. Il s'agissait là d'un essai comme un autre - et si cette façon d'apprendre ne convenait finalement pas à Lena, Angelina opterait pour quelque chose de plus classique. Reposant le livre sur la surface du meuble, elle vint soutenir son menton grâce au dos de sa main après s'être délicatement accoudée.

"Mais avant cela, nous allons rapidement procéder à un petit rappel, je te prie. Tu as sans aucun doute déjà vu ces notions par le passé, mais que peux-tu me dire de la situation des gobelins au cours du XVIème siècle ? Et en 1912, qu'ont-ils fait - et pourquoi ? Quel sorcier est venu soutenir leur cause ?"

Ce fut une façon claire et nette d'entamer l'amorce du cours, assurément. Il était question ici de vérifier les facultés mémorielles de sa collègue; quoique ce point-là de l'Histoire n'était pas anodin, et la brodeuse était presque certaine que la Violette tombe au moins une fois sur ce sujet lors de ses examens. Et puis ... tout le monde savait ce qu'il s'était passé en 1912, n'est-ce pas ? ...
@lena.oxtonJe lui propose des révisions et elle arrive en retard ? Non mais allô quoi.
            
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Re: [24 octobre 2018] Sharing is caring | Ft. Lena Oxton
Dim 11 Nov - 12:59
                    

Comme elle s'y attendait, Angelina lui en voulait. Se sachant pertinemment dans le tort, Lena ne put que courber l'échine et la laisser la gronder. C'était aussi bien dans le caractère de Cervirald de faire la leçon, mais en même temps, c'était pour son bien ! La Stryxist n'était pas du genre à nier ses erreurs, et acceptait la sentence comme elle le méritait.
Surtout que, c'était Angie. Elle n'allait pas se disputer avec elle sur un retard de quinze minutes alors que c'était elle, qui devait l'aider à bosser.

Voir la blonde s'énerver comme ça, c'était aussi une occasion pour Lena de découvrir de nouveaux traits sur le visage habituellement froid de son interlocutrice. De manière assez générale, Lena aimait être là pour le voir, mais ça n'était certainement pas une raison pour la vexer de temps en temps et ainsi en découvrir toujours plus. C'était débile, comme raisonnement. Elle préférait essayer de la faire rire, plutôt. Et, euh, pas pleurer, si possible. Quoique Angelina était le genre de personnes dont on soupçonnait l'absence de larmes.

L'air coupable d'une petite fille, Lena hocha quelques fois la tête pour appuyer les reproches de sa professeure particulière du jour. Lorsque les sermons s'affinèrent un peu, elle joignit les mains pour prier son pardon.

- Je sais, pardon, pardon ! Je le ferai plus, c'est promis juré !

C'était bien beau, de voir les traits d'Angelina changer de forme, mais c'était toujours mieux de les voir détendus.

- J'suis vraiment désolée, pardon !

« ... Enfin. Tu es arrivée, et c'est le principal, supposons. Nous allons commencer. »

Une étape de franchie, elle lui adressa un sourire tout aussi désolé qu'amical. Pourquoi démarrer sur de mauvaises bases, après tout ? Enfin, bref, Lena était là, plus de raisons de se faire la tête ou bien de se fâcher.

Lorsque la Cervirald bougea pour attraper un livre, Lena entreprit de croiser les bras sur la table, sac posé sur un coin de celle-ci et là où l'autre n'avait pas étalé ses bouquins. Elle était désormais attentive – en espérant pouvoir le rester, après une telle entrée ; et une partie de cartes improvisée ! C'était souvent ça, le souci des élèves : la concentration.

En écoutant sans rien dire Angelina, Lena comprit qu'elle semblait avoir vraiment bossé pour trouver la méthode idéale afin de palier à ce problème. Elle ne comprenait pas pourquoi elle reconnaissait là un livre parlant de Quidditch et de sport magiques, mais en écoutant ses explications, l'idée lui semblait aussi limpide que claire. Touchée par cette recherche qu'avait entreprit la blonde, Lena commenta après ses réflexions sur le sport de balais :

- Ça m'paraît bien, on peut essayer !

Mieux valait ne pas s'emballer et la complimenter tout de suite. « Oh, Angie, t'es tellement intelligente, ça va forcément marcher ! ». Lena aussi voulait garder un peu de sérieux et s'assurer avant tout que son idée fonctionne. En espérant que ça soit le cas, car si la Stryxist repart de cette journée durement préparée par l'élève pourtant cadette sans rien avoir appris, elle s'en sentirait très coupable – et Angelina, sûrement vexée ou fatiguée.

« Mais avant cela, nous allons rapidement procéder à un petit rappel, je te prie. Tu as sans aucun doute déjà vu ces notions par le passé, mais que peux-tu me dire de la situation des gobelins au cours du XVIème siècle ? Et en 1912, qu'ont-ils fait - et pourquoi ? Quel sorcier est venu soutenir leur cause ? »

Ah.

Mais on est pas sensées commencer par essayer sa méthode ? Elle avait vraiment besoin de la tester, avant ?
Bien sûr, Lena ne se plaignait pas. Ni même intérieurement. Angie avait accepté de l'aider, et en plus elle avait préparé un cours pour elle. Forcément, si elle avait déniché cette méthode, c'est qu'elle a sûrement ensuite fait des fiches, préparé des parties, mit tout ça en place afin de le rendre simple et au niveau un peu retardataire de l'autre Londonienne. Ce serait vraiment injuste pour elle de se plaindre en plus de recevoir une question sortie comme ça de nulle part. Alors, 1912... 1912...

- Alors, 1912, euh... chercha-t-elle en se triturant les mains. Ça me parle, je connais ! C'est, euh...

Le but n'était pas de déjà tout connaître et de répondre juste à tout les coups, sinon, pourquoi organiser ce cours ? Mais elle ne voulait pas non plus paraître trop bête face à une Angelina qui devait mesurer à quel point le retard était grave (?) dans les révisions (peu existantes dans le temps libre de Lena, on va pas se le cacher) de l'Attrapeuse. Son regard ambré se promena de droite à gauche sur la table, parfois des yeux d'Angelina jusqu'à son téléphone... mais elle connaît, ça ! La date, elle connaît !

- C'était, euh... laaa... loi contre-pour ! Pour leees... elfes de maison, égale à celles des gobelins... avec, euh, Georges, euh- William Dusk... … ?

L'attente de deux secondes lui semblait déjà longue. Aïe.

- Oui ? Non ? Je sais plus...

Lena
Angelina
            
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Re: [24 octobre 2018] Sharing is caring | Ft. Lena Oxton
Sam 22 Déc - 9:08
                    

Sharing is caring.

Feat. Lena Oxton

"-Alors, 1912, euh... Ça me parle, je connais ! C'est, euh...
-... Mh ? Eh bien, je suis toute ouïe."

Non sans prendre le soin d'apposer avec tout le sérieux du monde ses coudes sur le bureau, et laissant par la suite l'occasion à ses doigts de s'entremêler afin d'y poser son menton dans un geste observateur, Angelina ne paraissait aucunement décidée à décrocher ses yeux de la jeune étudiante qui lui faisait face. Cette dernière, visiblement en plein doute, et peu certaine dans le choix de ses réponses un peu bancales, n'avait apparemment de cesse d'accorder à ses yeux ocres la liberté d'entamer un chemin répétitif entre les recoins du plan de travail, les mirettes de son professeur privé, puis finalement l'écran de son cellulaire.

Il n'y avait pas à dire; elle arborait là toute l'attitude de l'écolier typique en proie à une certaine panique dès lors que l'enseignant le soumettait à une question hasardeuse en rapport avec le cours récemment donné - et ce, alors que le petit apprenti n'écoutait pas.

"C'était, euh... laaa... loi contre-pour ! Pour leees... elfes de maison, égale à celles des gobelins... avec, euh, Georges, euh- William Dusk... … ?"

... Que Lena lui concède un tel temps de réflexion pour une réponse aussi basique (elle l'était, du point de vue de la blondine du moins), pourquoi pas. Mais exprimer pareille solution à une telle question ... le faisait-elle seulement exprès ?

"Pardon ?" n'avait-elle pu s'empêcher de questionner, tandis que l'un de ses sourcils prenait la peine de s'ériger. Le geste eut au moins le mérite de souligner son incompréhension soudaine vis-à-vis de la si énergique athlète, et, finalement, prouvait certainement la vaguelette de déception caractéristique des personnalités doctes. Ses phalanges mirent un terme au lien qui les réunissait, et la lectrice entreprit de ramener l'une de ses mèches de cheveux derrière son oreille, ne sachant quoi lui répondre. C'est qu'il ne manquait plus que la paire de lunettes de vue pour lui offrir l'image stéréotypée de la première de la classe; or, Angelina avait beau être dotée d'une vue quasiment impeccable, elle n'était pas connue pour son sens de l'humour  - et si elle faisait dans le second degré de temps à autres par le biais d'interventions sarcastiques, elle ignorait, à l'heure actuelle, si Oxton exagérait et taquinait l'amour qu'entretenait la Cervirald pour le savoir en donnant une réponse inadéquate.

La Strixyst avait apparemment un certain don pour exposer la pâlotte au doute. Aussi rassemblait-elle ses efforts pour ne pas que sa langue se délie contre son gré, et ainsi éviter de lui laisser le loisir de rétorquer quoi que ce soit de méprisant dans une intonation vipérine.

"... Mh, pas vraiment.", entama-t-elle. "C'est au cours du XVIème siècle qu'a eu lieu la première révolte des gobelins, de par leur sentiment d'infériorité envers les sorciers, qui leur accordaient le genre de regard que l'on adresse à ceux qui se trouvent, mh .. en bas de l'échelle, si je puis m'exprimer de la sorte. Par ailleurs ..."

Elle prit soin de fouiller dans son sac. Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'elle n'en sorte un carnet - que l'on devinait de collection, à la vue de la surface du petit ouvrage. Elle l'ouvrit.

Une myriade de rangées de cartes de chocogrenouilles s'offrit à la vue de l'amatrice de graffitis. L'appréhension invita la brodeuse à élever un regard ennuyé à sa potentielle observatrice, craignant sans aucun doute la venue d'une remarque dans le même registre que "Oh, Angie ! Tu collectionnes les cartes de chocogrenouilles depuis tout ce temps ? Mais c'est adorable, ma choute !".

Premièrement, elle conservait ces objets dans une simple volonté égoïste. Deuxièmement, cela n'avait rien d'adorable, beaucoup faisait cette démarche. Troisièmement, elle était une ancienne collectionneuse, et pas une fanatique des rassemblements de ces images magiques. Et quatrièmement, elle n'était pas sa "choute" !  

... Enfin. Il ne lui fallut que peu de temps avant de mettre la main sur la carte - non pas d'un prétendu William Dusk, mais d'Oswald Beamish. Disposant cette dernière sous le nez de sa camarade, elle jugea utile de lui fournir des informations supplémentaires.

"Oswald Beamish est venu soutenir la cause des gobelins lors de l'année 1912. Suite à son intervention, le Ministère de la magie révisa leur condition. Au départ vus comme de simples outils de métallurgie, on leur reconnaît aujourd'hui officiellement le rang d'être à part entière."

La demoiselle marqua une petite pause, avant de délaisser l'image, la laissant non-loin de la monteuse de balai.

"Tu peux la garder pour tes révisions", avait-elle dit avec réserve. S'activant à parcourir les cartes prochaines, elle extirpa du carnet le portrait d'Elladora Ketteridge.

"J'imagine que l'identité de cette femme ne te saute pas aux yeux - ou alors, ce n'est clairement pas ta première priorité", une façon polie de dire qu'elle se doutait de l'ignorance de Lena à son sujet. "Il s'agit d'Elladora Ketteridge, la botaniste sorcière ayant découvert les propriétés de la branchiflore. Je te la confie également, je n'en ai pas besoin. Elle pourrait t'être utile, qui sait ?"

Il ne lui avait suffit que d'une simple seconde pour aviser une dernière fois les portraits confiés à sa collègue. Le plissement songeur de ses paupières indiqua sans aucun doute sa réticente quant à ce partage d'éléments de sa galerie personnelle. Quoiqu'elle se retint de soupirer lorsque la pensée que ce geste était bénéfique pour la novice en matière de révisions lui traversa l'esprit. Elle se devait de se ressaisir. C'est pour cette raison qu'elle arbora à nouveau sa perpétuelle droiture, accrochant son regard à celui de la fille d'aviateur. Angelina reprit, le ton un peu plus doux qu'autrefois.

"Pour te donner quelques indications en plus, nous allons changer d'un siècle. Au XVIIème siècle, passionnée de sport sur balai comme tu es, je suis parfaitement sûre que tu es au courant que la coupe d'Europe de Quidditch a été créée en 1652, n'est-ce pas ?"

Et, comme un membre du personnel d'une académie le fait lorsqu'il veut offrir un exemple à ses élèves, la porteuse d'émeraude saisit l'initiative de s'emparer de l'un des documents récupérés précédemment au sein de la bibliothèque; délicate dans sa manœuvre, elle soumit une illustration animée d'une représentation picturale des premiers affronts sportifs de l'époque tout juste citée. Au sein du tableau, des joueurs complètement pris dans cette compétition tournoyaient courageusement autour de piliers anciens disposés sur ce qui leur servait de terrain. Ils ne semblaient pas prompts à effectuer les mêmes acrobaties stratégiques que les sportifs sorciers de l'ère actuelle, mais elle n'avait rien trouvé de plus satisfaisant au niveau représentatif.

Toujours est-il que ce n'était pas le spectacle qu'elle contemplait, mais bien la brune, à qui elle finit par confier un nouvel élément plus ou moins clé de l'Histoire de la magie. Qu'importe si l'information était capitale ou non; sur le coup, il s'agissait de savoir si cette méthode d'apprentissage convenait à la Violette ou non.

".. Eh bien, quarante ans plus tard - soit en 1692, le ministère de la magie a vu naître le Code international du secret magique. Avant sa mise en application, les Moldus opprimaient les sorciers. Tu le sais sans doute, mais c'est grâce à cela que les mesures de discrétion concernant le monde magique ont été établies. Un autre exemple ?"

Elle abandonna l'oeuvre qui trônait entre ses dextres, mais n'ignora cependant pas le souci de détail; car la secrétaire ayant fait le choix de la placer auprès des cartes de chocogrenouilles, le dessin continuait de se mouvoir sous les yeux de Lena. De sa senestre, elle désignait ce dernier.

"En 1750, notamment, le département des jeux et sports magiques a été ouvert au Ministère de la magie, mh ?" Encore un rapport avec le Quidditch. "Or, la même année, celui-ci a compté l'article numéro 73 au code international dont je te parlais juste avant. Il incitait les sorciers à dissimuler davantage l'existence des créatures magiques dans chaque pays pour que les cultures soient encore plus séparées."

Un silence l'interrompit quelques instants, et elle reprit, le ton inquisiteur.

"... Est-ce que tu visualises ce que je suis en train de te dire ? Cette méthode te facilite-t-elle la tâche, ou non ?"
@lena.oxtonJe lui propose des révisions et elle arrive en retard ? Non mais allô quoi.
            
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Re: [24 octobre 2018] Sharing is caring | Ft. Lena Oxton
Dim 20 Jan - 10:50
                    

Plus Lena cherchait les mots, plus le poids de l'attente d'Angelina était lourd. Il n'y avait aucun contact physique, mais franchement, c'était tout comme. Il y avait certes un monde entre « être stupide » et « ne pas tout savoir », mais elle avait l'impression de faire face à un examinateur d'oral de fin d'année plutôt qu'à une élève (d'un an sa cadette, en plus) qui l'aidait simplement.

« Pardon ? »

Elle aspira ses propres lèvres. Elle savait à l'avance qu'elle venait de dire une bêtise. Mais elle n'allait pas faire traîner sa réponse tout l'après-midi, non plus ! Sous la table, les mains de Lena se frottaient aussi distraitement que nerveusement.

La mine d'Angie la stressa doucement, mais sûrement, et le silence qui s'en suivit lui parut plus long que son propre temps de réflexion. Devait-elle se répéter, ou simplement se corriger au plus vite avant qu'elle ne perde patience ?
Ce fut quasiment un soulagement lorsque la Cervirald ajouta elle-même la réponse exacte. Elle dût néanmoins retenir son soupir, de peur de passer pour une cancre qui n'attend que la solution ne lui tombe du ciel à chaque fois. C'était pour elle, qu'elle révisait ici avec une élève aussi douée, pas pour Angelina.

- Je retiens, je retiens... annonça-t-elle dans un murmure afin de mieux l'imprimer dans son esprit ; mais qui sait si cette vieille technique marcherait ?

Lena pensait avoir affaire à un carnet de notes à première vue classique lorsque la blonde ouvrit celui-ci – et donc à se sentir assommée par une nouvelle ribambelles d'informations à digérer en un après-midi – mais à sa surprise, la première page renfermait autre chose.

- Oh, Angie ! Tu collectionnes les cartes de chocogrenouilles depuis tout ce temps ?

Elle ne peut s'empêcher de commenter, ça pouvait peut-être réchauffer un peu cette froide conséquence que c'était de dire n'importe quoi ?

- C'est trop cool !

Lena n'était pas collectionneuse comme on garde des choses dans un carnet ou une boîte. Toutefois, elle aimait le concept. Ses œuvres de rue, qu'on trouve un peu partout dans les ruelles de Bloombury, peuvent s'apparenter à cette idée-là. Et le fruit de cette collection se trouvait sur son Pentagram. Ça revenait un peu au même, quelque part, non ?

Mais revenons au sujet principal qui les a réunit ici en ce jour. Mieux valait écouter Angie et ses leçons. Lena leva alors pour la première fois les yeux vers elle dans un but tout à fait sérieux : celui de réviser. C'était comme écouter le prof', sauf que la sienne en face d'elle était juste beaucoup plus jeunes que la plupart dans cette école. Mais il ne fallait pas gâcher les efforts de sa camarade en se laissant distraire par ceci ou cela.
Comme la carte qu'elle lui céda. L'Attrapeuse haussa un sourcil, surprise.
Elle comptait bien lui faire remarquer que cette carte lui appartenait définitivement (après tout, elle la tirait de sa collection !), mais pas le temps, puisque Angie lui en montra une nouvelle ; le geste assaisonné d'une petite pique qui fit tout de même sourire Lena de gêne :

« J'imagine que l'identité de cette femme ne te saute pas aux yeux - ou alors, ce n'est clairement pas ta première priorité. »

Ouch. Ne pas lui dire qu'en effet, elle n'avait aucune idée de qui c'était, lui semblait être une option subjectivement intelligente.

Et hop, une nouvelle carte d'amassée.

Lena prit chacune d'elles dans une main, et fronça légèrement les sourcils en les observant patiemment.
Elle... n'était pas vraiment d'accord avec ça. Elle les lui avait certes donné volontairement, mais rien à faire, Lena n'en recevait que ni plus ni moins cette impression de lui voler quelque chose. Même pour elle, c'était un petit plaisir arraché que de voir Angelina réduire soudainement la collection de cartes qu'elle venait d'admirer une seconde après sa découverte ! Devait-elle les lui rendre ? Même si ça partait d'une bonne intention, hein... Après tout, Lena n'a qu'à faire comme tout le monde et réviser avec des livres. Si le fruit de sa procrastination est de priver Angelina de certaines de ses possessions pour son compte, ça ne va vraiment pas.

« Au XVIIème siècle, passionnée de sport sur balai comme tu es, je suis parfaitement sûre que tu es au courant que la coupe d'Europe de Quidditch a été créée en 1652, n'est-ce pas ? »

- Euh, oui ? répondit-elle, craignant qu'elle ne lui en donne une troisième.

De la paperasse supplémentaire s'ajouta alors. C'était à en avoir le vertige.

« .. Eh bien, quarante ans plus tard - soit en 1692, le ministère de la magie a vu naître le Code international du secret magique. »

Angelina s'emporta alors dans un nouveau petit speech des connaissances. À partir de là, Lena fit un effort pour l'écouter tout en fixant les papiers, et sans l'interrompre. Ce n'était pas grand-chose de demandé, après tout. Sa cadette avait fait bien plus pour elle en préparant tout cela. Quelle galère ça doit être pour chaque professeur... pour toutes les classes ! Et dire que certains postes sont uniques, dans cette école.
Peut-être la Strixyst devait-elle songer à donner plus de considération à ceux qui enseignent durant plusieurs années au lieu d'une après-midi ?

Pour confirmer régulièrement son écoute des mots d'Angelina, Lena hocha quelques fois copieusement la tête sans rien dire pour ne pas perdre bêtement le fil. Elle resta alors attentive jusqu'à la question qui allait certainement faire avancer ce cours particulier :

« ... Est-ce que tu visualises ce que je suis en train de te dire ? Cette méthode te facilite-t-elle la tâche, ou non ? »

Elle se redressa légèrement, éloignant ses yeux des papiers, et prenant trois secondes pour se rappeler de la dernière phrase de son cours. Comme ça, on est sûr que c'est encré. Ça pouvait paraître barbant, comme ça. Et puis, il est vrai qu'Angie parle beaucoup... Mais le petit sourire fier de l'Attrapeuse se traduisit dans sa réponse :

- Tu sais quoi ? Moi, ça me va super bien. J'veux dire, j'avais jamais pensé à mettre des repères sur le Quidditch pour retenir mes leçons... mais en fait, ça marche ! Attends, tu peux répéter vite fait les premiers trucs que tu as dis ?

Elle accompagna cette petite question d'élève retardataire en fouillant rapidement son sac. Jusqu'ici, Lena n'avait rien sorti : ni cahiers, ni feuilles, ni stylos... Or, ce fut un peu tard, mais ça y est, son attention était captivée. Elle couvrit alors le reste de la table avec sa propre paperasse. Et pour pallier à la fatigue cérébrale éventuelle, elle sortit également de son étui une paire de lunettes de repos... tout à fait classique.
Pas de verres oranges, comme si tout à coup, il fallait mieux se caler sur le sérieux de sa camarade. Lena sortait rarement ces lunettes, et pour cause : elle les trouvait si simples qu'elle n'avait jamais envie de les mettre. Sans doute pour ça d'ailleurs qu'elles avaient encore leur étui, alors que les autres...

Fin prête – et vraiment prête – à travailler sérieusement, Lena se repositionna mieux sur sa chaise et attrapa un stylo. Tout de même, elle ajouta un de ces sourires qu'on lui connaissait, toutefois mêlé à une attention toute nouvelle. Angelina le méritait bien.

- On continue quand tu veux !

Lena
Angelina
            
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [24 octobre 2018] Sharing is caring | Ft. Lena Oxton
                    
            
Sauter vers: