C’était le jour de la rentrée, déjà. Comme chaque année, les vacances étaient passées bien trop vite à ton goût, mais peu importe : aujourd’hui, tu venais de retourner à Ilukaan, ton école mais aussi ce qui était devenu avec le temps, ta deuxième maison. A vrai dire, tu étais presque nostalgique, aujourd’hui : tu débutais ta dernière année d’études. Quel sentiment étrange, de savoir que ce serait la dernière fois que tu assisterais à ce spectacle. Lire la suite
Aly
Admin
Tam
Admin
Sue
Modo
Alex
Modo
Gaumar
Modo
Forum multifandom ▲ Univers inspiré d'Harry Potter ▲ Avatars 200*320 illustrés/mangas ▲RPCB/RP-Post ▲ Tout public avec possibilité de R18 ▲ Forum au contexte évolutif ▲ Pas de minimum de mots



 

Partagez|

Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi."
 :: Administration :: Inscriptions :: Dossiers validés

— Personnel
Geralt z Rivii
ϟ Œuvre : Le Sorceleur
ϟ Parchemins : 37
Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Ven 19 Oct - 22:07

Geralt Z Rivii | Canon
POSTE : Professeur de Défense contre les Forces du Mal.
DIRECTION DE MAISON : Non merci.
ANIMAL DE COMPAGNIE : Une hippogriffe femelle du nom d'Ablette, qui lui sert de monture à l'occasion. Ses familiers de tout poil sont toujours appelés ainsi, sans aucune exception. Il prétend que c'est un hommage, mais d'autres sont d'avis que c'est plutôt qu'il manque cruellement d'idée pour les nommer.
BAGUETTE : 33 centimètres, bois de prunellier et ventricule de dragon, d'une certaine épaisseur, très rigide mais tout aussi loyale. Ce n'est toutefois pas sa première, son train de vie mouvementé l'ayant amené à perdre ou briser celles qui l'ont précédée ; celle-ci est toutefois en sa possession depuis plusieurs années, bien qu'il ait déjà dû demander à Yennefer de la rafistoler.
PATRONUS : Le loup.
ODEUR DE L'AMORTENTIA : Le curieux mélange d'herbes et de plantes de cette mixture qu'on lui faisait boire pour le fortifier étant enfant ; le cuir et le métal qui le rappellent à sa condition, à son devoir ; et juste ce qu'il faut de lilas et de groseille - quoi d'autre.
REFLET DANS LE MIROIR DU RISÉD : Geralt se voit entouré de Ciri et Yennefer dans un foyer qui leur est propre, formant tout trois une famille heureuse - ce qui ne changerait pas tant de la réalité s'il n'était pas vêtu d'habits simples, sans trace de son habituel attirail, suggérant qu'il puisse ne plus en avoir besoin.
ÉPOUVANTARD : De menaçantes silhouettes sans visages, tant humaines que difformes, se rapprochant et encerclant les corps inertes et meurtris de ceux qui lui sont chers au milieu d'une mer de flammes.
FAMILLE : Yennefer z Vengerbergu, sa compagnie, et Cirilla de Cintra, dite Ciri, leur fille.
Geralt z Rivii

— le Sorceleur

49 ansSang-MêléHommePolonaise
« I haven't done only good in my life. But if I'm to choose between one evil and another, then I prefer not to choose at all. »

NOM : z Rivii.
PRÉNOM : Geralt.
SURNOM : Loup Blanc est le seul à retenir.
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Un 4 août en Pologne.
LANGUES PARLÉES: Polonais principalement, anglais et allemand par convenance ; des bribes d'autres langages récoltées de-ci de-là au cours de ses voyages, mais rien de grandiose. Ses bases les plus solides se trouvent toutefois dans les langues scandinaves, dont la plupart étaient parlées par ses condisciples lors de ses études.
DON : Il a les sens extrêmement développés, assez pour que cela prête parfois à douter de son humanité.
YEUX : Ambrés.
CHEVEUX : Blancs.
TAILLE : 185 centimètres.
POIDS : 90 kilogrammes.

Liste des headcanons
Ayant pris l'habitude de se retrouver sans baguette, il est capable de pratiquer la magie sans son aide dans une certaine mesure. | L'une de celles qu'il a perdu contenait du crin de licorne ; Yennefer avait coutume de le charrier en suggérant qu'il appartienne à celle - empaillée - qu'elle possède. | Il est l'une des très rares personnes à disposer d'une dérogation pour posséder des armes au sein de l'académie, ayant tenu à conserver son matériel à portée « au cas où » ; il est cependant tenu de les garder sous haute protection. | Il raconte qu'une de ses missions en tant que chasseur de monstres lui ait valu d'être adoubé chevalier dans le plus grand secret, mais ça n'a jamais été prouvé. | Il est exécrable en cuisine, et même ses meilleurs efforts sont incapables d'y changer quoi que ce soit. | Bien que Yennefer et lui dorment le plus souvent ensemble et que ce ne soit un secret pour personne, il a tenu à garder une chambre à son nom pour pouvoir s'y réfugier en cas de « dispute conjugale ». | Il a une aversion marquée pour tous les moyens de transport magiques, et ne se résoudra à en faire usage qu'en cas d'absolue nécessité. | Il a un penchant pour les rousses et les sorcières. | Il a consommé de trop forte doses d'une potion de renforcement étant enfant, ce serait l'origine de sa stérilité et de la blancheur de ses cheveux.

Côté joueur
PSEUDO : Geralt fera l'affaire, sinon en général c'est Erayn.
COMMENT AS-TU TROUVÉ LE FORUM ? : Par hasard en traînant sur les top-sites.
UN PETIT MOT : Iota ?
CODE DU RÈGLEMENT : (à envoyer par MP)
Physique

Enfin, l'homme arriva au bord de la rivière. La distance qui l'en séparait il y a encore un instant était moindre, mais l'épuisement naissant paraissait l'avoir étirée à n'en plus finir ; il se faisait vieux, même si pas autant que son apparence aurait pu le laisser croire.

Il déposa à côté de lui ses affaires ; un sac de voyage ne contenant que le strict nécessaire - il n'avait jamais aimé s'encombrer - et deux épées, l'une d'argent et l'autre d'acier. Elles étaient, à ce seul détail près, rigoureusement identiques - quand bien même l'une d'entre elles avait présentement la lame au clair, et tachée de sang de surcroît.

Les doigts trempés dans l'eau claire après avoir ôté ses gants, Geralt resta pensif un moment, l'observant du coin de l'oeil - elle et les arabesques vermeilles qu'une vie éteinte avait peint sur son fil acéré ; encore une. Il finit cependant par s'en détourner pour se concentrer sur sa toilette.

La végétation était dense tout autour de lui, mais la pleine lune - juchée dans le ciel comme quelque reine céleste avachie sur son trône - lui offrait toute la luminosité dont il avait besoin pour y voir. Et la première chose qu'il vit fut son reflet - ces yeux qu'on aurait dit d'or venant à la rencontre des siens, soulignés par la fatigue inhérente à toute traque qui durerait plusieurs jours. La barbe dense qui lui rongeait la mâchoire n'aidait en rien.

Avec soin, presque religieusement, il s'attela à nettoyer son visage de toute la crasse qui s'y était déposée - notamment cette cicatrice qui le marquait du front à la joue, surmontant son arcade, et dont il pouvait encore sentir le relief au toucher malgré les années.
Oh, ce n'était pas le seul « souvenir » de cet acabit qu'il ait gardé ; seulement le plus évident. Son corps tout entier était jonché de vieilles blessures plus ou moins effacées, de tailles diverses et variées. Cela faisait longtemps qu'il avait perdu le compte.
Il pouvait s'estimer heureux qu'aucune d'entre elles n'ait causé de tort définitif ; tous n'avaient pas cette chance. Ça fait partie du contrat : quiconque s'engage dans ce « domaine » doit s'attendre à y laisser des plumes tôt ou tard, voire plus.

Rares sont ceux à durer aussi longtemps que lui.
Rares sont ceux à être aussi bons à ce qu'ils font.
Quant à savoir s'il y a une fierté à tirer d'être doué pour donner la mort...

Geralt s'ébroua légèrement ; le contact de l'eau glacée - l'hiver n'était plus très loin - lui avait donné le coup de fouet dont il avait besoin. Pas assez, cependant, pour se sentir la motivation de parcourir des kilomètres jusqu'à la première auberge ; sa nuit se ferait à la belle étoile.

Par chance, il y avait une clairière à proximité du point d'eau où il n'aurait aucune difficulté à établir son bivouac. Enfin, façon de parler : la région étant fortement boisée, y venir à dos d'hippogriffe était hors de question - et sans monture, il n'avait guère le loisir de transporter du matériel de camping. Il ferait donc au plus sommaire.

Après avoir ramené son équipement à l'endroit choisi, il entreprit de se défaire de son armure, pièce par pièce. Malgré l'éternité qu'il avait eu pour se faire à l'avoir sur le dos, elle lui semblait toujours aussi lourde - peut-être parce qu'elle représentait aussi le poids du devoir, d'une certaine manière.

Peu nombreux étaient ceux, même parmi ses homologues, qui prenaient encore la peine d'enfiler un tel attirail avant de partir à l'aventure ; mais Geralt était incapable de s'y résoudre, persuadé que ne compter que sur leurs sorts défensifs leur réserverait de mauvaises surprises. Rien ne protège mieux d'un coup de griffe que quelques centimètres de plate et de maille.

Certes, cela ne le sauverait pas du souffle d'un dragon, mais qu'est-ce qui sauve contre ça ?

Sous l'acier, le chasseur ne portait qu'une tenue simple, pratique avant tout. Il était rare qu'il se vête de manière plus sophistiquée, quand bien même il arrivait à Yennefer de le lui reprocher lorsqu'il était tenu de l'accompagner pour quelque grande occasion.
Ce qui lui faisait d'ailleurs penser qu'elle avait requis sa présence - comme elle savait si bien le faire - dans sa dernière lettre, pour lui rendre visite à cette école où elle venait de se faire embaucher. Quand était-ce, déjà... ?

D'un geste nonchalant, il alluma un feu du bout de sa baguette - laquelle n'avait, fort heureusement, subi aucune avarie lors du combat : Yen devait être lassée de devoir la reconstituer à chaque fois à partir d'échardes. Geralt avait beau tenter de la garder à l'abri, il n'était pas rare que le pauvre objet soit la victime de ses combats acharnée.
Il en avait eu d'autres avant elle, et toutes étaient tombées au champ d'honneur ; et malgré toute la maestria avec laquelle sa compagne remettait celle-ci en état à chaque fois que le besoin s'en faisait sentir, un oeil aussi affûté que le sien pouvait encore discerner quelques marques plus claires sur le bois, comme des éraflures. À ce titre, elle lui ressemblait, en un sens.

Se laissant gagner par la chaleur des flammes, assis sur un rocher, il en profita pour faire craquer quelques articulations. Il n'avait rien d'un gringalet, même sans arme ni armure : ses larges épaules, sa musculature sèche et sa mâchoire carrée auraient suffi à en dissuader beaucoup de lui chercher des crosses. Ce qui marche sur la racaille n'a cependant pas toujours d'effet sur le genre de créatures qu'il côtoie tous les jours ; dommage.

Poussant un soupir, Geralt détacha ses cheveux, laissant ses mèches pâles cascader sur ses épaules - celles-ci lui arrivaient à présent au bas des omoplates, et il n'était pas sans se dire qu'il serait peut-être temps d'y mettre quelques coups de ciseaux.

Avec leur blancheur immaculée, il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'on le prenne pour un vieillard, mais que pouvait-il y faire ? C'était un phénomène naturel : ils avaient adopté cette couleur alors qu'il était encore très jeune, et cela n'avait plus changé depuis.
Enfin, naturel... Une partie de lui entretenait l'idée que ça puisse être dû à ce brouet infâme que Vesemir lui faisait boire étant enfant, soi-disant pour le renforcer. S'il n'avait effectivement pas à se plaindre de la vigueur que cela lui avait conféré, il y aurait sûrement réfléchi à deux fois s'il avait été au fait des effets secondaires.

Mais qu'importe, au fond : ils avaient aidé à faire sa réputation. N'était-ce pas à cause d'eux qu'on l'appelait « loup blanc » dans toutes sortes de langage ? Il en était venu à apprécier le sobriquet, et la reconnaissance qui l'accompagnait.

Se penchant en avant pour se rapprocher des braises, il perçut - sans y prêter réellement d'attention - la chaîne qu'il portait autour du cou. Tant qu'à être loup, il en avait fait son emblème ; c'est donc tout naturellement que son médaillon était à son effigie.
C'était, la plupart du temps, la seule chose un tant soit peu précieuse que l'on pouvait trouver sur sa personne : son seul bijou. Ainsi donc, il s'en séparait rarement, même pour dormir, en dépit du fait qu'il soit passablement imposant.
Pas seulement pour sa valeur, mais aussi et surtout parce qu'il était capable de détecter la magie - et donc d'une grande aide sur le terrain, réduisant considérablement les risques d'être pris au dépourvu par une menace surnaturelle.

Lorsqu'il s'estima suffisamment réchauffé, Geralt ordonna au bois de cesser de brûler d'un simple geste. S'assurant que ses épées soient toutes deux à portée de main, il s'adossa à un arbre aussi confortablement que possible - assez pour lui permettre de fermer les yeux pour au moins quelques heures.

Pour reprendre des forces, oui - avant de se remettre en marche ; de poursuivre sa besogne.

Car qui sait quelles horreurs rôdent encore dans la nuit ?


Caractère

Geralt est un vétéran. Si son âge reste raisonnable comparé à celui que le sorcier moyen peut espérer atteindre, rares sont ceux à avoir vécu des années aussi bien remplies. Très tôt promis à une carrière de chasseur de monstres comme son père avant lui, il a embrassé la fonction dès qu'il l'a pu et ne l'a plus quittée depuis. La tâche qui est la sienne n'a cependant rien de facile, et les horreurs qu'elle lui a fait voir - et lui fera voir encore - ont contribué à le pétrir d'un certain cynisme.

Selon lui, le terme de monstre ne s'applique pas uniquement aux créatures ; pour peu que l'on sache où chercher, il est des hommes qui sont bien plus monstrueux encore. Il applique ainsi son jugement sans complaisance aux uns comme aux autres, dans la limite de ce que lui permettent son rôle et la loi. Assumer cette lourde charge n'est pas sans peser sur ses épaules, et il n'y prend guère de plaisir - mais il faut bien que quelqu'un le fasse. Il estime que cette responsabilité lui revient, et il n'entend pas s'y dérober.

Partout où sa réputation le précède, Geralt est dépeint comme un homme froid et impassible, qui fait son office sans témoigner l'ombre d'une émotion. Cela contribue à lui donner une aura menaçante, qu'il utilise fréquemment à son avantage. Ceux qui le connaissent vraiment ne sont cependant pas sans savoir que ce n'est qu'une façade ; un masque qu'il porte pour se distancer d'un quotidien trop souvent macabre.
Il est vrai en revanche qu'il possède un certain flegme, acquis à force d'expérience ; ayant beaucoup bourlingué, il ne tombe que rarement sur quelque chose qui soit réellement à même de le surprendre - si ce n'est peut-être certaines des idées tordues de Yennefer - et peut donc aborder avec calme et maîtrise la plupart des situations.

Cette indifférence de surface, couplée avec la singularité de son apparence, fait que rares sont ceux à vouloir l'approcher ; il s'en accommode très bien. Ainsi, l'on pourra s'étonner d'apprendre à quel point son carnet d'adresse est considérable, le sorcier comptant des connaissances de plus ou moins longue date dans chaque recoin du monde. Geralt ne se lie peut-être pas facilement, mais lorsqu'il le fait, c'est pour de bon ; profondément loyal, jamais il ne rechignera à venir en aide à un ami dans le besoin... Même si toutes ses fréquentations ne sont pas bonnes et qu'il lui faut parfois en subir les conséquences.

Ce n'est de toute façon pas comme si grand chose pouvait lui faire peur - sans quoi il n'aurait sûrement pas choisi ce métier. Geralt ne se considère peut-être pas comme quelqu'un de particulièrement courageux, mais le fait est qu'il compte à son palmarès plus d'un acte de bravoure devant lequel de moins audacieux que lui auraient eu tôt fait de se rétracter. Pour sa part, il considère simplement avoir une idée précise de ses capacités et savoir à quel point il peut leur faire confiance ; rien de plus, rien de moins. Ça n'a pas forcément toujours été le cas - mais c'est une histoire pour un autre temps.

De par sa profession, le Loup Blanc est souvent sur les routes - et aussi indépendant que l'on soit, il arrive de se sentir seul quand on voyage. C'est en tout cas ainsi qu'il aimerait pouvoir justifier ses très nombreuses conquêtes - trop au goût de certaines -, mais il n'était déjà pas sans avoir une certaine réputation de coureur de jupons lors de ses études.
Le temps n'a rien arrangé, et il n'est ainsi pas rare que l'une ou l'autre belle dame croisant sa route partage sa couche ne serait-ce que le temps d'une nuit. Il n'accorde cependant pas grande signification à ces histoires éphémères, qui ne sont guère que de pâles lueurs, des étincelles passagères comparées à sa flamme véritable - quand bien même il arrive à cette dernière de lui brûler les doigts.

Non, entre eux les choses ne sont pas toujours roses - mais si ça n'a pas suffi à les séparer jusqu'à maintenant, pas plus de quelques instants, ça ne les séparera sûrement jamais. Il faut s'y faire : ils sont condamnés l'un à l'autre, pour le meilleur comme pour le pire.

Bien que prétendument chevalier - personne n'a encore pu prouver le contraire -, Geralt n'a rien de noble, et n'a aucune envie de l'être. Ses origines n'ont peut-être rien de très impressionnant, mais elles lui donnent entière satisfaction. Il ne voit pas ce qu'améliorer son rang social pourrait lui apporter : d'après son vécu, les riches et les pauvres meurent tous de la même manière quand ils passent entre les griffes d'un dragon.
À ce titre, s'il a tout de même quelques notions d'étiquette au cas où il devrait paraître devant quelque haut dignitaire, ses manières peuvent parfois sembler un peu rudes, voire rustres lorsqu'il n'y prend pas garde ; avoir plus de contacts avec des bêtes étranges qu'avec des êtres humains pendant de longues périodes n'étant d'aucun secours. Bah ! Il n'a de toute façon jamais aimé les ronds de jambe.
Pour lui, peu importe le sang ; preuve en est de ce frère qui n'a d'adoptif que le nom, de cette enfant qu'il aime comme la sienne - et même la leur.

Geralt est un Loup, oui - et en tant que tel, il protège sa meute, même si cela doit vouloir dire se mettre lui-même en danger et bafouer tout ce qu'il y a de sacré. C'est un guerrier de renom, une force avec laquelle il faut compter ; et cette force est au service perpétuel de ce qu'il a de plus cher, sans condition.


Histoire

Geralt est né en Pologne, il y a de ça presque cinquante ans.

Son père était un sorcier ; sa mère ne l'était pas.

Si cela est aujourd'hui plus courant que ça a pu l'être à une époque, une telle relation entraîne forcément son lot de complications. Et plus encore quand la moitié surnaturelle du couple côtoie en permanence les pires horreurs que le monde ait porté.
Déjà mise à rude épreuve par l'incertitude de voir son compagnon rentrer chaque soir, la pauvre femme ne supporta pas l'idée d'élever un enfant voué à marcher dans les mêmes traces. Elle l'abandonna donc
à la charge de son père et disparut sans laisser de traces.

Geralt ne lui en tient pas rigueur, mais ne fait pas non plus grand cas de son devenir. Elle est après tout partie avant qu'il ait pu garder d'elle le moindre souvenir. Peu lui importe qu'elle soit morte ou vivante ; il n'a toujours eu qu'un seul parent, et c'est très bien ainsi.

Ses frères, s'ils ont un avis plus mitigé sur la question, s'ils s'en rappellent un peu mieux, n'ont toutefois jamais essayé de la retrouver ; ils savent, comme leur père Vesemir le sait, qu'il ne fait jamais bon d'obliger qui que ce soit à faire partie de la vie d'un chasseur.

Même sans elle dans les parages, ils répondaient à l'appellation de « famille nombreuse ». À ses deux frères ainés - de quelques années à peine ; le genre de chose qui s'oublie vite dans le monde magique -, il en fallut rajouter un troisième, du nom de Lambert, accueilli au sein de leur foyer après la perte de ses propres parents. Geralt et lui ne s'entendaient pas toujours - mais ni plus ni moins que ce à quoi on peut s'attendre sous un même toit ; on ne choisit pas sa famille.

Par chance, Vesemir avait vu grand au moment d'acheter sa demeure. Kaer Morhen était un vestige de l'âge des châteaux, un ancien donjon oublié dans un recoin du pays qui menaçait de tomber en ruines lorsqu'il l'avait racheté pour une bouchée de pain grâce à quelques relations.
Avec un peu d'efforts et beaucoup de magie, il l'avait alors rénové, autant qu'il pouvait le faire sans le dépouiller de son charme féodal.

Enfant, Geralt exagérait parfois en disant que son chez lui pourrait accueillir une petite armée ; adulte, il n'a pas vraiment changé d'avis.

Vesemir était un homme sévère, mais en aucun cas un mauvais père. S'il les éleva à la dure, c'était avant tout pour leur inculquer des valeurs fondamentales. Ainsi qu'il le leur confia lorsqu'ils furent assez mûrs pour comprendre, il ne savait comment s'occuper d'un enfant, ne s'était jamais préparé à en avoir ; toute son expérience en la matière se résumait aux leçons d'escrime qu'il donnait aux jeunes chasseurs, fut un temps.
S'étant retrouvé avec eux sur les bras, il n'avait eu d'autre choix que d'improviser - ce qui ne l'empêcha pas de mieux s'en sortir que beaucoup d'autres dans des conditions plus favorables.

Vesemir ne roulait pas sur l'or, loin de là : malgré ses nombreuses années de métier, celui de chasseur de monstres restait aussi ingrat que l'on pouvait s'y attendre. Lorsque les plus grands de ses fils furent en âge de s'occuper des autres, il repartit donc sur les routes, disparaissant plusieurs semaines - voire plusieurs mois - avant de franchir à nouveau le seuil de leur petite forteresse. Plus tard, commençant à sentir le poids du temps passé, cela lui vaudrait d'accepter un poste d'enseignant - plus stable et mieux payé.

Avant de partir, il veillait à leur laisser des réserves de cette mixture infâme qu'il leur faisait avaler tous les jours. On dit souvent aux enfants de bien manger tout ce qu'on leur donne s'ils veulent devenir grands et forts ; dans le cas présent, c'était vrai - aussi vrai que le goût en était abject, bien que ce soit là encore le propre de tous les médicaments. Et les humains ordinaires croyaient pénible de prendre leurs vitamines...
De toutes les préparations que l'on peut trouver dans les grimoires d'un maître des potions digne de ce nom, celle-ci était, sans aucun doute, parmi les plus indigestes. En particulier pour Geralt, qui, pour des raisons connues de Vesemir seul, avait pour consigne d'en prendre une double-ration. S'il lui arrivait d'y rechigner, il était suffisamment convaincu des bonnes intentions de son père pour ne pas lui désobéir - d'autant qu'ayant déjà décidé à l'époque de marcher dans ses traces, il aurait besoin de toute la vigueur qu'il pourrait trouver.

Vesemir leur donnait la décoction, mais ce n'était pas lui qui la préparait : ça n'avait jamais été son fort. En bonne partie parce qu'il ne s'y retrouvait jamais dans les dosages. Ainsi, si on lui avait bien dit d'en donner « un peu plus » à Geralt, doubler la dose s'avéra quelque peu excessif lorsque les cheveux de celui-ci commencèrent à perdre leur couleur. Malgré l'arrêt du traitement, on estima qu'ils seraient entièrement blancs avant qu'il ait atteint la majorité. L'adolescent - il était alors âgé de onze ans - n'en fut cependant pas mécontent, prenant la chose du bon côté : ce serait sa marque de fabrique.

Et ce fut effectivement le cas lorsque, dès le début de l'année scolaire, il entra à Durmstrang où sa fratrie étudiait déjà pour y faire ses classes. Se distinguant par ses bons résultats - Vesemir avait très tôt fait le nécessaire pour leur inculquer les bases -, il écopa du sobriquet de « Loup Blanc », qui le suivrait tout au long de ses études et même au-delà.

Les méthodes d'enseignement pratiquées à l'école de magie scandinave étaient rudes, d'une rigueur quasi-militaire ; mais là encore, leur enfance leur avait suffisamment forgé le caractère pour qu'ils n'aient aucun mal à se mettre au diapason.
Au fil des années, le nom de Geralt finit par être sur toutes les lèvres à mesure qu'il collectionnait les honneurs dans ses matières de prédilection... Ainsi que les conquêtes, son charme ravageur ne laissant pas indifférentes ses petites camarades.

S'il partagea un moment d'intimité avec nombre d'entre elles, il veillait cependant à ne pas s'attacher, ne sachant que trop bien - sa propre mère en soit témoin - qu'il n'y avait pas de place pour la romance dans l'avenir auquel il se destinait.

Enfin, ça, c'est ce dont il aurait aimé se convaincre - mais c'était sans compter sans cette jolie brune qu'il lui arrivait d'apercevoir de loin, et qui, contrairement aux autres qui le dévoraient des yeux, ne l'observait que du coin de l'oeil.
C'est par un concours de circonstances qu'ils furent amenés à véritablement se parler pour la première fois - et aujourd'hui encore, Geralt se demande s'ils n'attendaient pas qu'un prétexte aussi bien l'un que l'autre, tant tout lui semble avoir été vite après ça.
Mais la suite devra se passer de détails : c'est là une bien trop longue histoire, faite de haut et de bas, de séparations et de retrouvailles, de joies et de peines - et de surcroît, on ne lui connaît pas de fin.

Malgré sa renommée, Geralt ne garda de ses années d'études qu'une poignée de relations - y compris Jaskier, son ami le plus proche, malgré leurs choix de carrière diamétralement opposés. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour se rendre compte qu'en amitié, la qualité était préférable à la quantité - si bien qu'il se fit fort d'entretenir ces quelques liens même une fois au terme de son parcours.

Entre ses résultats exemplaires et sa parenté avec Vesemir, il ne fallut que quelques jours avant qu'il soit reconnu officiellement en tant que chasseur de monstres, comme ses frères peu de temps avant. Il était donc fin prêt pour partir à l'aventure - avec Yennefer à son bras plutôt que de faire cavalier seul comme il l'avait prévu à l'origine, cependant.

Il serait exagéré de dire qu'ils filèrent le parfait amour, mais les concernant, c'était sans doute le plus près qu'ils puissent s'en approcher. Malgré quelques esclandres, le Loup Blanc se fit à la position à laquelle il s'était préparé toute sa vie ; et pendant qu'il occissait qui de droit, sa chère et tendre tâchait de s'occuper à sa manière. Ils n'avaient pas grand chose à leur nom, ni argent ni possession, mais ils étaient ensemble, et ils s'en contentaient.

Hélas, les choses ne sont pas si simples. À peine avaient-ils commencé à caresser l'ambition de fonder une famille qu'ils durent se rendre à l'évidence : ça n'allait pas être possible.
L'un comme l'autre, ils étaient dans l'incapacité de concevoir, Yennefer à cause de ses anciens déboires médicaux et lui... Et bien, même s'il se garda de l'exprimer à voix haute, il n'était pas sans nourrir quelques soupçons envers l'élixir de Vesemir.

Mais qu'importe la cause, le résultat était le même : ils allaient devoir se faire une raison. En dépit de tout ce qu'ils avaient déjà traversé, ce fut un coup dur pour leur relation ; leurs disputes gagnèrent en fréquence et en intensité, jusqu'à ce qu'il apparaisse clair qu'il valait mieux prendre leurs distances. Geralt s'en alla de son côté, la laissant s'acharner dans sa quête de remèdes imaginaires tandis qu'il faisait quant à lui le deuil de ce rêve mort-né. Ils se retrouveraient sans doute, comme tant de fois auparavant ; mais pas sans en avoir fini avec cette pilule bien dure à avaler.

Geralt s'oublia dans son travail, agrandissant son tableau de chasse - aussi bien en terme de monstres que de partenaires, bien qu'aucune d'entre elles ne fut en mesure de lui faire oublier Yennefer. Il fallait laisser le temps guérir leurs blessures, et les sorciers en avaient à revendre ; il perdit de vue le fil des jours, se vouant tout entier à sa mission.
Puis un beau jour, il reçut un message lui annonçant qu'il avait désormais la garde d'une petite fille.

Le Loup Blanc connaissait bien Ciri. Il passait beaucoup de temps avec elle lorsqu'il rendait visite à ses parents, et surtout à sa grand-mère qu'il connaissait de longue date - assez pour être désigné en tant que parrain. La petite semblait avoir envers lui une sorte de fascination, et n'avait de cesse de lui tourner autour lorsqu'il était dans les parages.
Geralt s'en accommodait de bon coeur, et passait volontiers quelques heures à la distraire lorsqu'il le pouvait. C'était bénéfique pour elle autant que pour lui : côtoyer une enfant aussi radieuse restaurait un peu sa foi en l'humanité trop souvent mise à mal.

Et voilà qu'elle se retrouvait sans tuteur légal suite à un accident malencontreux, si bien qu'on n'avait rien trouvé de mieux à faire que de le contacter - lui et personne d'autre.
Lui qui passait ses journées à dos d'hippogriffe, qui pouvait être un jour sur le continent et sur un autre le lendemain. Lui qui n'avait pas de terre à son nom, pas de toit à offrir et donc chaque jour pouvait être le dernier. On n'avait jamais entendu parler d'un chasseur de monstres qui serait mort dans son lit.

Bien que ne sachant que faire de cette situation, il se rendit sur place dans les plus brefs délais, ne serait-ce que pour ne pas la laisser seule plus longtemps que ce n'était strictement nécessaire. Faute de parents proches encore en vie, c'était à lui de tout prendre en charge - de remplir les documents et, surtout, de décider quoi faire d'elle.

Elle était là elle aussi, prostrée dans un coin dans la pièce - et comment ne pas l'être après ce qui venait de lui arriver ? Il aurait aimé pouvoir la réconforter, mais les mots n'étaient pas son fort. C'est ainsi qu'avant même qu'il ait pu prononcer la moindre parole, elle vint à sa rencontre - et demanda qu'il la prenne avec lui.

Alors il accepta, au mépris du bon sens - et advienne que pourrait.

Le chasseur n'avait pas eu beaucoup de temps pour réfléchir, mais il semblait évident que cette enfant allait avoir besoin d'une maison - et d'une mère, dans l'idéal. C'est ainsi qu'il l'emmitoufla soigneusement dans sa cape de voyage pour lui éviter d'attraper froid et s'en retourna auprès de Yennefer, enfin.
En ayant trouvé un moyen de lui donner un enfant, enfin.

Ce n'était peut-être pas ainsi qu'ils voyaient les choses, mais le destin a parfois de drôles de façon de faire connaître son opinion. Malgré la perte des siens et de ses repères, Ciri - leur fille - s'accoutuma rapidement à sa nouvelle situation ; si bien qu'à peine quelques mois plus tard, on aurait pu croire qu'il en avait toujours été ainsi.

Avec son travail, Geralt n'était pas forcément libre de s'occuper d'elle autant qu'il le voulait - mais lorsqu'il quittait les lieux, c'était avec la certitude que Yennefer s'occuperait bien d'elle. Geralt avait grandi avec un frère adoptif : dès lors, il ne voyait aucune raison de traiter l'orpheline autrement que si elle avait été de sa chair et de son sang. Ils étaient une famille, et malheur à celui qui oserait prétendre le contraire.

Le reste de sa lignée ne fut pas davantage hostile à l'idée, bien au contraire : même lorsque ses deux parents étaient retenus ailleurs, elle était aussi bienvenue à Kaer Morhen que si elle y avait toujours vécu - et y comblait les lacunes de ce que Geralt était incapable de lui enseigner aux côtés de ses oncles et de son grand-père, selon qui s'y trouvait lors de son passage.

Avoir une femme et une fille aimante n'empêcha pas Geralt de jouer les casse-cous, s'engageant dans des périples plus dangereux et improbables les uns que les autres - mais en sortit toujours vainqueur, faisant grandir d'autant sa légende.
Quand ses absences duraient trop longtemps, il gardait le contact par lettres ou autres substituts magiques, ne s'étant jamais senti très à l'aise avec les moyens de communication plus modernes.

C'est ainsi que, peu après que Ciri eut fêté ses onze ans, il apprit de la plume de Yennefer qu'elle avait décidé pour elle d'une école de magie - et s'y était elle-même fait enrôler en tant qu'enseignante, tout cela sans bien sûr lui avoir demandé son avis. C'était elle tout craché. Peut-être est-ce alors qu'il saisit que s'il continuait à ce train-là, il manquerait immanquablement quelques moments-clés de la vie de la fillette ; pouvait-il vraiment se le permettre ?

Tout au long de l'année scolaire, l'une et l'autre le tinrent au courant de la manière dont les choses se passaient au sein de l'établissement, le pressant de venir leur y rendre visite. Ce qu'il fit à maintes reprises pendant les premières années qui suivirent l'inscription de Ciri avant d'enfin se décider à lui aussi signer un contrat d'embauche.
Il aurait été excessif de parler de reconversion : c'était tout au plus une pause dans ses activités habituelles. Cela faisait, après tout, plusieurs dizaines d'années déjà que son quotidien consistait à se battre contre des croque-mitaines en tout genre ; peut-être était-il temps de changer un peu d'air avant que cela ne le consume entièrement.
Et puis, cela lui permettrait de garder un oeil sur sa fille, qui grandissait si vite - et qui semblait en avoir d'autant plus besoin maintenant qu'on lui avait mis une baguette entre les mains.

Au moment de choisir sa matière, il opta naturellement pour la Défense contre les Forces du Mal - celle qui lui avait valu ses meilleures notes durant son propre cursus. Ce souhait fut exaucé, et c'est ainsi qu'il en prit la tête à compter de l'année scolaire en cours. Et si lui-même ignore encore combien de temps il passera à ce poste, il paraît peu enclin à se séparer des siens... Du moins jusqu'à nouvel ordre.


Dernière édition par Geralt z Rivii le Mer 28 Nov - 19:35, édité 13 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Yennefer z Vengerbergu

ϟ Œuvre : Le Sorceleur
ϟ Parchemins : 163
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Ven 19 Oct - 22:25

lenny face
Hâte de le voir entrer en œuvre.
Bienvenue encore une fois et bon courage pour ta fiche ! excited


Magic is Chaos, Art and Science. It is a curse, a blessing and progress. It all depends on who uses magic, how they use it, and to what purpose. And magic is everywhere. All around us. Easily accessible.
Code by Joy
Voir le profil de l'utilisateur
— Lupy
Jesse McCree

ϟ Œuvre : Overwatch
ϟ Parchemins : 68
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Ven 19 Oct - 23:25

Bienvenue mon Gégé ♥️




McCree baratine en #CC3333.
Voir le profil de l'utilisateur
— Cervirald
Karkat Vantas

ϟ Œuvre : Homestuck
ϟ Parchemins : 772
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Sam 20 Oct - 0:09

Devrais-je lancer une pétition de protection des licornes ?
Je vais lancer une pétition de protection des licornes.


ATTENTION WORTHLESS HUMAN.
THIS IS YOUR GOD SPEAKING.

carcinoGeneticist vous trolle en #626262

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
— Ursirre
Lance McClain

ϟ Œuvre : Voltron : Legendary Defender
ϟ Parchemins : 151
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Sam 20 Oct - 0:29

Merci d'avoir posté ta fiche ♥️
Bienvenue sur Ilukaan ! Je suis ravi de t'accueillir sous Geralt !!
Je me suis déjà présentée auprès de toi, mais du coup je suis Lance, modo d'Ilu' et je vais m'occuper de ta fiche.
Tu as jusqu'au 20 novembre pour la terminer, bon courage à toi ! N'hésite pas à me contacter pour toute question et aussi à m'envoyer le code de règlement !

Amuse toi bien ♥️


I have two homes, like someone who leaves their hometown and then establishes a life elsewhere. They might say that they're going home when they return, but then they go home as well when they go to where they live now. Varadero is home, Ilukaan is home.@Alyna pour l'image


Spoiler:
 
Merci Gabe pour ce magnifique dessin
Voir le profil de l'utilisateur
— Strixyst
Feliciano Vargas

ϟ Œuvre : Axis Power, Hetalia
ϟ Parchemins : 543
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Sam 20 Oct - 12:58

Bienvenue Gégé ! flamme
Bon courage pour ta fiche !
You were expected wigglebrows


Feliciano ne s'arrête jamais de parler en #006BA9
Fiche || Relations
Voir le profil de l'utilisateur
— Cervirald
Francis Bonnefoy

ϟ Œuvre : Axis Powers Hetalia
ϟ Parchemins : 442
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Sam 20 Oct - 15:02

Bienvenue Geralt :D




De la part des potos:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Stevenson
ϟ Œuvre : OC
ϟ Parchemins : 64
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Sam 20 Oct - 16:02

Bienvenue te bon courage pour ta fiche ! :3
Voir le profil de l'utilisateur
— Cervirald
Mikasa Ackerman

ϟ Œuvre : Shingeki no Kyojin
ϟ Parchemins : 324
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Sam 20 Oct - 16:45

Bienvenue à nouveau et bon courage pour ta fiche ! :D


Mikasa vous juge en #006600



Merci Mads ❤:
 
Voir le profil de l'utilisateur
— Strixyst
Katie Holt

ϟ Œuvre : Voltron : Legendary Defender
ϟ Parchemins : 356
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Sam 20 Oct - 17:00

Heeeey, bienvenue et bon courage tout plein pour ta fiche <3


Pidge vous balance du sel en #00CC66.

Aesthetic by Lance/Keith, merci à toi <3:
 
Voir le profil de l'utilisateur
— Strixyst
Mihael Keehl

ϟ Œuvre : Death Note
ϟ Parchemins : 138
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Sam 20 Oct - 20:48

Bienvenue, et bon courage pour ta fiche ! o/


I'M A NIGHTMARE, A DISASTER.
ANAPHORE

Merci à Lance pour l'avatar <3
Voir le profil de l'utilisateur
— Lupy
Lovino Vargas
ϟ Œuvre : Hetalia
ϟ Parchemins : 300
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mar 23 Oct - 12:51

So your dad is here Ciri
Bienvenu et bonne chance pour ta fiche :)
Voir le profil de l'utilisateur
— Ursirre
Lance McClain

ϟ Œuvre : Voltron : Legendary Defender
ϟ Parchemins : 151
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Lun 19 Nov - 19:14

Coucou ♥️

Deadline demain, il te reste l'histoire à faire ! Qu'en est-il ?


I have two homes, like someone who leaves their hometown and then establishes a life elsewhere. They might say that they're going home when they return, but then they go home as well when they go to where they live now. Varadero is home, Ilukaan is home.@Alyna pour l'image


Spoiler:
 
Merci Gabe pour ce magnifique dessin
Voir le profil de l'utilisateur
— Personnel
Geralt z Rivii
ϟ Œuvre : Le Sorceleur
ϟ Parchemins : 37
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mar 20 Nov - 10:55

Bonjour !

Navré tout d'abord, j'en ai parlé à Ciri et Yennefer mais j'ai oublié de prévenir ici : j'ai rencontré quelques problèmes de santé, qui se règlent lentement mais ont quelque peu retardé mon processus d'écriture.

En l'état, j'ai presque terminé, et ai envoyé ce qui est déjà écrit aux deux concernées pour m'assurer que cela corresponde à leur attentes pour le personnage. Je mettrai le tout en ligne dès que j'en aurai confirmation (ou aurai ajusté conformément à leurs éventuelles remarques).

Désolé pour l'attente !

Du reste, merci à tous pour votre accueil !


People like to invent monsters and monstrosities.
Then they seem less monstrous themselves.
Voir le profil de l'utilisateur
— Personnel
Geralt z Rivii
ϟ Œuvre : Le Sorceleur
ϟ Parchemins : 37
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mar 20 Nov - 10:57

Bonjour !

Navré tout d'abord, j'en ai parlé à Ciri et Yennefer mais j'ai oublié de prévenir ici : j'ai rencontré quelques problèmes de santé, qui se règlent lentement mais ont quelque peu retardé mon processus d'écriture.

En l'état, j'ai presque terminé, et ai envoyé ce qui est déjà écrit aux deux concernées pour m'assurer que cela corresponde à leur attentes pour le personnage. Je mettrai le tout en ligne dès que j'en aurai confirmation (ou aurai ajusté conformément à leurs éventuelles remarques).
Toutes mes excuses pour l'attente et le manque de nouvelles.

Du reste, merci à tous pour votre accueil !


People like to invent monsters and monstrosities.
Then they seem less monstrous themselves.
Voir le profil de l'utilisateur
Cirilla De Cintra
ϟ Œuvre : Le Sorceleur
ϟ Parchemins : 175
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mar 20 Nov - 16:34

Hey je viens de me rendre compte que je t'avais jamais souhaité officiellement la bienvenue ici!

Bienvenue à toi!! J'ai trop hâte de pouvoir jouer avec mon Papa, mais t'inquiète prends le temps qu'il te faut hein, le but c'est pas que tu décèdes en écrivant ta fiche XD
Voir le profil de l'utilisateur
— Ursirre
Lance McClain

ϟ Œuvre : Voltron : Legendary Defender
ϟ Parchemins : 151
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mar 20 Nov - 20:15

Bonsoir !

merci d'avoir prévenu, nous avons bien pris en compte ce que tu viens de nous annoncer et donc, nous te laissons une semaine de plus ! Même s'il ne reste plus grand chose, ça peut te permettre de revoir les détails ;)


I have two homes, like someone who leaves their hometown and then establishes a life elsewhere. They might say that they're going home when they return, but then they go home as well when they go to where they live now. Varadero is home, Ilukaan is home.@Alyna pour l'image


Spoiler:
 
Merci Gabe pour ce magnifique dessin
Voir le profil de l'utilisateur
— Personnel
Geralt z Rivii
ϟ Œuvre : Le Sorceleur
ϟ Parchemins : 37
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mer 21 Nov - 13:07

Merci de votre compréhension, je me mets en ordre le plus vite possible !


People like to invent monsters and monstrosities.
Then they seem less monstrous themselves.
Voir le profil de l'utilisateur
— Personnel
Daria Morgendorffer
ϟ Œuvre : Daria
ϟ Parchemins : 179
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mer 21 Nov - 17:42

Monsieur sait se faire attendre! blobaww Hâte de lire la suite !!
Voir le profil de l'utilisateur
— Personnel
Geralt z Rivii
ϟ Œuvre : Le Sorceleur
ϟ Parchemins : 37
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Lun 26 Nov - 1:47

Merci pour votre patience !

Je pense en avoir terminé, et soumets donc mon humble fiche à votre jugement.

En vous souhaitant une agréable lecture.


People like to invent monsters and monstrosities.
Then they seem less monstrous themselves.
Voir le profil de l'utilisateur
— Ursirre
Lance McClain

ϟ Œuvre : Voltron : Legendary Defender
ϟ Parchemins : 151
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mer 28 Nov - 18:27

Bonsoir !

Lance au rapport, je viens de finir de lire ta fiche, et avant de te valider il va falloir régler certains détails !

> Que l'on soit d'accord, l'hippogriffe de Geralt est en Pologne. Le règlement pour les animaux est le même pour les profs et pour les élèves. Du coup, il ne peut pas être à Ilukaan !
> Alors, les yeux "jaunes", ce n'est pas trop possible. Ambre, ce serait mieux !
> En ce qui concerne le port d'arme : Geralt n'a pas d'autorisation, là aussi le règlement reste le même : port d'arme blanche interdit. Il est dans une école, et il a sa magie. C'est suffisant. Il n'y a pas de "rares personnes", étant donné que personne n'a d'arme blanche / à feu !
> J'aimerais plus d'explications sur l'effet de la potion. Pourquoi Geralt a dû la prendre. Sachant ue ça lui a apparemment donné les cheveux blanc et même rendu stérile, j'ai l'impression qu'il s'agit d'une sorte de drogue, et ça ne risque pas d'être possible si c'est bien le cas. Si ça ne l'est pas, c'est tant mieux ! Mais voilà, une explication supplémentaire est la bienvenue !

Bon courage pour les changements à effectuer c:


I have two homes, like someone who leaves their hometown and then establishes a life elsewhere. They might say that they're going home when they return, but then they go home as well when they go to where they live now. Varadero is home, Ilukaan is home.@Alyna pour l'image


Spoiler:
 
Merci Gabe pour ce magnifique dessin
Voir le profil de l'utilisateur
— Personnel
Geralt z Rivii
ϟ Œuvre : Le Sorceleur
ϟ Parchemins : 37
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mer 28 Nov - 19:05

Bonsoir et merci pour ta réponse !

→ Je te confirme que la bestiole n'a jamais mis les pieds... Pattes... Serres... Enfin, on se comprend, sur les terres Ilukaan.

→ C'est changé pour les yeux !

→ Concernant les armes, c'est peut-être moi qui n'ai pas été clair - auquel cas désolé - mais il n'a jamais été question de les garder sur lui, tout au plus « à portée » (accrochées au mur, rangées sous quelque protection magique, ...).
Le règlement intérieur disant que c'était envisageable à condition que ce soit autorisé par l'institut, je me suis donc permis de proposer ça (mais j'ai peut-être mal compris ?). Quoi qu'il en soit, j'éditerai si tu me confirmes que c'est mort, ce n'est pas grave.

→ Non, ce n'est pas une drogue ; je conçois plutôt ça comme une « potion de renforcement » ou quelque chose dans ce goût-là, servant à s'assurer qu'un enfant ait une bonne croissance, un bon développement musculaire, ...
Un peu comme une sorte de cocktail vitaminé magique, si je peux dire (très concrètement, c'est juste un pastiche des trucs consommés pour entraîner une transformation en Sorcelleur, on va pas se mentir). Mais à trop jouer avec les dosages, ça n'a pas donné que du positif.
Je suis resté assez flou parce que j'ignore s'il existe déjà un quelconque équivalent (pas que je me rappelle en tout cas), mais c'est (tel que je l'entends) tout à fait légal, et c'est au pire assez anecdotique là encore.

Merci d'avance pour ton prochain passage !


People like to invent monsters and monstrosities.
Then they seem less monstrous themselves.


Dernière édition par Geralt z Rivii le Mer 28 Nov - 19:27, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
— Ursirre
Lance McClain

ϟ Œuvre : Voltron : Legendary Defender
ϟ Parchemins : 151
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mer 28 Nov - 19:22

> Très bien pour les armes tant qu'elles ne sont pas utilisées ! Elles doivent être là pour le décor, pas pour l'utilisation.

> Très bien aussi pour la potion, mais j'aimerais que ce soit précisé sur la fiche directement s'il te plait ;) tant que ce n'est pas quelque chose de trop dangereux, c'est tout bon !


I have two homes, like someone who leaves their hometown and then establishes a life elsewhere. They might say that they're going home when they return, but then they go home as well when they go to where they live now. Varadero is home, Ilukaan is home.@Alyna pour l'image


Spoiler:
 
Merci Gabe pour ce magnifique dessin
Voir le profil de l'utilisateur
— Personnel
Geralt z Rivii
ϟ Œuvre : Le Sorceleur
ϟ Parchemins : 37
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Mer 28 Nov - 19:37

Pas de problème, j'ai édité en ce sens :

Dans mes headcanons, il y a écrit:
Il a consommé de trop forte doses d'une potion de renforcement étant enfant, ce serait l'origine de sa stérilité et de la blancheur de ses cheveux.

Dans mon histoire, il y a écrit:
Avant de partir, il veillait à leur laisser des réserves de cette mixture infâme qu'il leur faisait avaler tous les jours. On dit souvent aux enfants de bien manger tout ce qu'on leur donne s'ils veulent devenir grands et forts ; dans le cas présent, c'était vrai - aussi vrai que le goût en était abject, bien que ce soit là encore le propre de tous les médicaments. Et les humains ordinaires croyaient pénible de prendre leurs vitamines...
De toutes les préparations que l'on peut trouver dans les grimoires d'un maître des potions digne de ce nom, celle-ci était, sans aucun doute, parmi les plus indigestes. En particulier pour Geralt, qui, pour des raisons connues de Vesemir seul, avait pour consigne d'en prendre une double-ration. S'il lui arrivait d'y rechigner, il était suffisamment convaincu des bonnes intentions de son père pour ne pas lui désobéir - d'autant qu'ayant déjà décidé à l'époque de marcher dans ses traces, il aurait besoin de toute la vigueur qu'il pourrait trouver.

En espérant que cela convienne.

Et parfait pour les épées, c'est bien comme ça que je le voyais !

Merci encore !


People like to invent monsters and monstrosities.
Then they seem less monstrous themselves.
Voir le profil de l'utilisateur
— Monsieur le Directeur
Vincent Leroy

ϟ Œuvre : OC
ϟ Parchemins : 406
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi." Jeu 29 Nov - 20:23

Lance au rapport ! Merci pour les changements effectués ! Sache que j'ai beaucoup aimé ta manière d'écrire le caractère et le physique - j'aime ton style d'écriture en général, très agréable à lire. Aussi, c'est parfois d'avoir pu voir avec Ciri & Yen' l'histoire. Ayant suivi ces deux fiches, je n'ai pas repéré de différences donc vraiment nickel. J'ai hâte de voir cette petite famille rp sur le forum !

Message du staff
Validation
—> Te voilà validé, tu peux désormais poster dans tous les recoins du forum, RP-Post ainsi que RPCB.
—> Crée dès maintenant un topic pour récapituler les relations de ton personnage. Tu peux également acquérir un portable ou bien créer un blog.
—> N'hésite pas à faire une demande de RP pour trouver un partenaire d'écriture !
—> Enfin, amuse-toi bien sur le forum,  n'hésite pas à en parler autour de toi et à voter régulièrement aux TS !

welcome!

Ab origine fidelis, ex fortitudine scientia.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi."

Geralt Z Rivii - "les épées blessent, et tuent" "la vie aussi."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Des jugements qui blessent
» Geralt de Riv
» Geralt de Riv, guerrier divin d'Alpha [Terminée]
» Les hommes sont comme les débris de verre, au loin ils brillent et de trop près ils blessent.
» [416] Geralt Oxlene Rosebury - TERMINEE [PHYLLALI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Inscriptions :: Dossiers validés-
Sauter vers: