Derniers sujets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
"Comment séduire un japonais en dix leçons." [03/07/18] [EN COURS]
 :: Hors jeu :: Archives :: Anciens RP
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: "Comment séduire un japonais en dix leçons." [03/07/18] [EN COURS]
Mar 3 Juil - 11:16
                    
"Comment séduire un japonais en dix leçons."
[Ft. Jesse Mccree]

03/07/18
17:41

S'il y avait bien une chose que Genji Shimada aimait durant l'été, c'était bien les longues vacances que cette saison offrait. Et même s'il n'aimait pas la chaleur excessive qui accompagnait souvent cette période, il n'allait certainement pas cracher sur ces deux mois de repos. Alors certes, on ne peut pas dire qu'il s'était foulé niveau révisions cette année non plus, mais les faits étaient là : le japonais était épuisé par tous ces cours plus ou moins intéressants dans lesquels il devait faire appel à toute sa concentration pour ne pas se laisser trop déborder. La réussite n'était pas toujours au rendez-vous bien sûr. Son hyperactivité était un réel handicap parfois. Mais tout cela serait différent l'an prochain, quand les examens de cinquième année et la pression que le corps professoral (et son cher grand frère) pèseront sur lui. Néanmoins, l'heure n'était pas encore venue pour cette angoisse inutile.

Affalé sur le canapé de sa salle commune, le garçon profitait de la fraîcheur ambiante. Lui qui n'aimait pas tellement être cloîtré préférait tout de même cela à la chaleur excessive de cette après-midi de juillet. Même si, entre la peste et le choléra, le choix restait compliqué. Regardant l'heure sur son téléphone portable, l'épéiste se demanda quoi faire en attendant sa rencontre avec son ami, Jesse Mccree. Le jeune homme à l'allure de cow-boy lui avait fait part de son souhait d'apprendre le japonais. Il n'avait pas donné de motif à cette soudaine envie, mais Genji avait sa petite idée et ça l'amusait terriblement. Sans compter qu'il adorait passer du temps avec l'américain qu'il trouvait réellement sympathique. Cela avait tout de suite accroché entre eux, malgré les trois années de différence.

Revigoré par l'idée que cette journée n'était pas si perdue que ce qu'il pensait, le japonais se redressa d'un bond, se dépêchant de quitter la pièce principale du dortoir des Strixyst. Il savait exactement quoi faire avant de voir le brun, en espérant juste qu'il ne soit pas en retard à leur rendez-vous. Dans les couloirs, il ne croisa pas grand monde, tous étant sûrement occupé à profiter dignement de la période post examens qui avait été une véritable épreuve pour la plupart des élèves concernés. Genji se rappela l'état de son partenaire de farces, Luciel, qui s'était transformé en véritable loque humaine. Un frisson d'effroi le prit alors qu'il anticipait son propre état dans trois ans. Fort heureusement, il arriva finalement à destination, coupant ses réflexions à la limité de la morosité. Quelle idée de se prendre la tête pour quelque chose qui n'était pas prêt d'arriver.

Poussant les portes des cuisines de l'école, le cadet des Shimada n'hésita pas la moindre seconde avant de rejoindre un coin particulier dans la pièce où tout ce dont il avait besoin se trouver, saluant au passage les elfes de maison occupés à préparer le repas. Ils avaient l'habitude de le trouver ici et savaient que le garçon ne les gênerait pas. Genji savait se faire discret quand il le voulait, et il ne voulait surtout pas embêter ces êtres qui se démenaient toujours pour leur faire de bons repas. La nourriture, c'était sacré pour lui.

Les mains fraîchement lavées, le sorcier s’attela à préparer un repas que l'américain et lui partageraient pendant la leçon. Il n'avait pas énormément de temps devant lui malheureusement, mais suffisamment pour remplir deux boîtes à bentos de bonnes choses. Le riz eut le temps de cuire tranquillement pendant que le japonais, armé de baguettes en inox, battait les œufs tout en y ajoutant quelques condiments pour la rendre meilleure. L'omelette nippone était la meilleure de toutes, son estomac en grognait d'avance.

Une heure suffit pour tout préparer, fort heureusement car Jesse allait bientôt se pointer au lieu de rendez-vous. Ne désirant surtout pas faire attendre son ami, le garçon aux cheveux verts disposa rapidement, mais dans uns disposition frisant la perfection, les différents aliments dans les boîtes à bento. Le riz d'un côté dans lequel se trouvaient quelques prunes salées et du sésame noir, tandis que l'omelette, les petites saucisses et la salade de concombre occupaient l'autre compartiment. Satisfait, le jeune homme se permit même de prendre une photo de son chef d'oeuvre, comme à chaque fois.

A le voir comme ça, si remuant et farceur, il était difficile d'imaginer que derrière les fourneaux, Genji était un véritable modèle de concentration et d'efficacité. D'autant plus qu'il adorait véritablement cuisiner, même si rares étaient les personnes ayant goûté à ses plats. A vrai dire, Jesse serait le premier. En espérant juste qu'il n'en parle pas à Hanzo. Dieu seul sait comment il réagirait. Grimaçant à l'éventualité d'un nouveau sermon made in Shimada, le strixyst se dépêcha de ranger les deux boîtes dans un sac en toile avant de quitter les cuisines à vive allure.

Se retenant de courir pour ne pas abîmer le fruit de son travail, le japonais ne put s'empêcher de soupirer de soulagement une fois à l'extérieur de l'école : la chaleur étouffante de l'après-midi avait laissé place à une température plus douce, les rayons du soleil se faisant moins puissants à mesure que l'astre descendait dans le ciel. Mais Genji ne s'arrêta pas pour profiter de ce temps qu'il jugeait idéal, continuant son chemin en direction de terrain de Quidditch qui se trouvait déjà en vue. Ainsi quelques minutes supplémentaires suffirent pour qu'il y parvienne, rejoignant les gradins où se trouvait déjà Jesse. Oups.

- J'espère que tu n'as pas trop attendu. J'étais occupé à préparer le repas, déclara-t'il en souriant de toutes ses dents alors qu'il sortait les boîtes à bento du sac en toile. Ta-da~ !

A vrai dire, il ignorait si l'américain avait déjà mangé, pire, cela ne lui vint même pas à l'idée. Après tout, il n'était que dix-neuf heures à peine passées. Alors, tout fier, le japonais ouvrit l'une des boîtes, une légère vapeur signalant que les aliments étaient encore chauds s'en échappant, puis tendit l'autre à son ami, accompagnée d'une paire de baguettes en inox.

- Je me suis dit que ce serait plus simple pour toi d'apprendre en ayant le ventre plein, poursuivit-il en s'asseyant près du cow-boy. Itadakimasu~!
            
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Re: "Comment séduire un japonais en dix leçons." [03/07/18] [EN COURS]
Lun 9 Juil - 17:47
                    

"Comment séduire un japonais en dix leçons." [03/07/18] [EN COURS] 0KvXRh0X

Comment séduire un japonais en dix leçons.

Les souffles du vent venaient à lui manquer. Qui aurait cru que la brise fraîche si bien connue du pays parviendrait un jour à narguer de son absence le natif des terres de l'Ouest ?

Tout ce beau monde présent à Ilukaan n'aurait pu contester la lourdeur soudaine de l'atmosphère avec l'arrivée de la saison estivale - et quand bien même l'on appréciait le fait que la période scolaire soit achevée, certains ne pouvaient s'empêcher de maugréer à propos de la chaleur particulièrement étouffante des environs. Entre autres, ceux qui ne passaient pas cette année leurs examens les plus importants, bien souvent - à coup sûr Jesse ne prenait pas réellement la peine de se prononcer sur les élévations de la température, mais il n'en pensait pas moins. Il était cependant certain qu'il favorisait en règle générale le beau temps aux jours pluvieux ou neigeux - deviner qu'il était en provenance d'une terre baignée par l'astre solaire n'était pas difficile et ne relevait pas du génie; il suffisait, en somme, d'apposer un regard sur la carnation du Lupy pour conclure qu'il ne venait pas d'une quelconque contrée du Nord.

Or, toute patience devient plus pénible lorsque les rayons s'acharnent sur vous; et pour cause.

Installé de façon nonchalante dans un coin annexe des gradins du terrain de Quidditch, le membre de la maison du Lupy passait son temps à lorgner avec un flegme nouveau les sprotifs qui lui paraissaient comme de courageux voltigeurs sur leurs balais. Un soupir lui quitta les narines brièvement lorsqu'une vision de lui-même vêtu de l'uniforme de l'équipe de la brigade à l'écusson rougeâtre s'illustra dans les limbes de son esprit. Non pas que l'accoutrement du sport sorcier ne lui siait pas - mais ... c'est qu'il avait la carrure bien trop robuste pour se permettre de faire des acrobaties sur l'outil volant. Quoiqu'il aurait peut-être eu sa place en tant que batteur ou gardien ... ? À l'évidence il ne s'était jamais intéressé à un quelconque sport en particulier, et il était davantage probable de le croiser parmi les spectateurs d'un match qu'à cheval sur son balai. Il avait beau être un habitué de l'équitation, les activités extra-scolaires sorcières ne lui parlaient pas tant que ça - et un balai magique ne valait pas les prouesses de son cheval favori, resté au ranch. Il était bien dommage de ne pouvoir emmener un canasson avec soi en tant qu'animal de compagnie, à l'académie.

Ses iris prirent l'initiative de dériver à sa droite, en contrebas - et s'évertuèrent à toiser avec latence la silhouette qui lui faisait dos. C'est en remarquant la présence de son sac - et notamment d'un porte-clé à l'effigie d'une chouette, attaché à sa lanière, qu'il fronça les sourcils; ses épaules d'autre part s'affaissèrent, alors qu'il pencha un brin le buste vers l'arrière pour se permettre d'aviser l'entrée du terrain. Décidément - lui qui n'était pas particulièrement le plus ponctuel des élèves, il fallait avouer que Genji mettait du temps .. ou alors, peut-être était-ce sa faute ? Il était sans doute arrivé plus tôt que prévu. Les horaires du rendez-vous n'avaient pas réellement été précisées par son ami Strixyst.  

Inévitablement, il se mit à repenser au motif de leur rencontre du jour. A quoi avait-il bien pu penser lorsque l'idée saugrenue d'une leçon de dialecte avec son cadet lui était venue en tête ? Si le projet lui avait paru amusant et dément dans un premier temps, il n'était pas dupe; Genji Shimada n'était clairement pas l'étudiant le plus posé qu'il ait été donné de croiser dans les couloirs. C'est d'ailleurs avec une surprise non dissimulée qu'il creusait de jour en jour le fossé qui le séparait de son aîné; pour tout avouer, il peinait de temps à autres à faire la confirmation du lien fraternel qui liait Hanzo et Genji. La nuit et le jour - l'hiver et l'été. Combien de fois s'était-il efforcé de garder ses lèvres closes à l'entente d'une dispute familiale entre eux ? Ils n'en connaissait cependant pas les raisons - mais le plus âgé du duo lui avait avoué un jour qu'on attendait beaucoup de lui. Son empathie et son sens de la compassion avait soufflé au cowboy la volonté de lui rétorquer quelques propos qui s'étaient voulus rassurants - ainsi Jesse avait dit à Hanzo de ne pas craindre de se comporter comme il le souhaitait avec lui, en dépit du rôle plus que sérieux qu'on attendait sûrement qu'il endôsse.

Encore une fois, il s'était heurté à un véritable refus. En y repensant, son index vint couvrir sa pommette de grattouilles songeuses. Avait-il été trop gentil pour son bien ? Ou, au contraire, avait-il été trop impoli de tenter - par mégarde - de se mêler ainsi des conflits familiaux des Shimada ? ...

En pleine immersion de rêverie profonde, il n'entendit ainsi pas l'arrivée du plus petit. Ses bras s'étaient d'ores et déjà croisés sur son buste et ses sourcils s'étaient froncés sous l'assaut de ses pensées qui revenaient au galop, lui faisant contre son gré arborer une attitude que l'on aurait volontiers qualifiée de mécontente. La venue et la prise de parole brusque de la canaille à la tignasse verdoyante eut pour effet immédiat de le faire relever le nez vers son nouvel interlocuteur.

Chose étonnante ou non, lorsque Jesse McCree se plongeait dans une réflexion intense, il était compliqué pour lui de se faire une idée du temps passant. De bonnes et longues minutes s'étaient écoulées depuis son arrivée dans les gradins .. et aussi fut-il surpris de la nouvelle douceur du temps. La chaleur s'était plus ou moins évaporée, au profit d'un climat bien plus doucereux. L'ambiance idéale pour une conversation en plein air, en somme. Du moins ... c'est ce qu'il pensait.

"J'espère que tu n'as pas trop attendu. J'étais occupé à préparer le repas. Ta-da~ !"

Il lui fallut un certain temps avant d'assimiler ses dires à ses gestes tandis que Genji s'affairait à dévoiler ce que dissimulait l'étoffe dudit sac apporté avec lui. Un peu pris au dépourvu, il abaissa les prunelles sur sa montre. Dix-neuf heures et quelques .. ?! Déjà-?

Il s'empressa de répliquer, alors que son ... cuisinier personnel témoignait de sa gratitude en lui proposant de s'emparer l'un des paniers repas préparés par ses soins. Ses paumes prirent doucement possession du contenant qui lui était visiblement dédié, avec un sourire satisfait.

"Hey, Gengen ! T'en fais pas, je suis arrivé assez tôt, mais j'étais tellement plongé dans mes pensées que j'ai pas vu le temps passer, donc ... je considère que t'es à l'heure. Tu t'es même donné la peine de me préparer un en-cas ? On peut toujours compter sur toi, à c'que j'vois. J'suppose que ça t'a pris pas mal de temps .. merci beaucoup !"

... Il détailla du regard l'intérieur de sa gamelle, particulièrement admiratif. Mais lorsqu'on lui proposa d'utiliser lesdites baguettes, des souvenirs pénibles de la cafétéria lui revinrent en tête. Ah. Ces couverts traditionnels ... ils faisaient partie de sa liste d'ennemis. La courtoisie le poussa cependant à s'en saisir, tandis qu'il rassemblait en sa mémoire les conseils donnés par son ami Luciel quant à la gestuelle à adopter avec ce genre d'outils.

"Je me suis dit que ce serait plus simple pour toi d'apprendre en ayant le ventre plein. Itadakimasu~!"

Le garçon de ferme hocha la tête fermement. Décidément, il adorait les idées de Genji. Le dernier mot le poussa cependant à hausser un sourcil alors que ses lèvres gratifièrent son nouveau voisin d'un sourire amusé.

"C'est un bon appétit dans votre langue, ça, j'imagine. Faut pas être devin pour l'deviner. Allez ! Itada..kiii..masu !" répliqua-t-il, dans toute sa bonne volonté, avant de poursuivre. "Par quoi on commence, mon p'tit Genji ? T'as des phrases à m'enseigner ? C'est que j'veux vous impressionner, toi et ton frangin !"

... Dans quoi s'embarquait-il, exactement ? Ne regrettait-il pas tout à l'heure ce cours de japonais ? ...
            
Sauter vers: