Derniers sujets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.
Jeu 28 Juin - 21:06
                    
Abarai Renji | Bleach
MAISON : Lupy.
ANNEES: 8e année.
CURSUS :  Sports et jeux magiques
MOTIVATION : /
ANIMAL DE COMPAGNIE : /
BAGUETTE : Cornouiller, poil de Nue (la chimère japonaise. Je t'ai vu toi.), 28 cm, rigide.
PATRONUS : Avec son talent en magie, vous pensez qu’il arrivera un jour à le lancer ? Ha. Non, ça restera éternellement inconnu.
ODEUR DE L'AMORTENTIA : Les taïyakis et le thé. La troisième ? Ca te regarde ?
REFLET DANS LE MIROIR DU RISÉD : Il se voit avec sa mère, dans un bel appart de Chicago. Il porte une médaille d'or autour du cou.
ÉPOUVANTARD : Il voit un Chappy (ce lapin que Rukia aime tant dessiner partout) taille humaine. Il en fait des cauchemars. No joke.
FAMILLE : Personne à l'école.
MATIÈRE FAVORITE : Vol&Sports magiques. Plus sport que vol. Et que magiques.
MATIÈRE LA MOINS AIMÉE : Toutes les matières qui impliquent l'utilisation régulière de la baguette. Parce que bon sang qu'il est mauvais.
Renji Abarai

— Bleach

18 ansNé-molduMasculinAméricain
« Petite citation qui va bien, pas trop longue, si possible... »

NOM : Abarai
PRÉNOM : Renji
SURNOM : /
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 31/08/2000 à Gary, dans l’Indiana, aux Etats-Unis.
LANGUES PARLÉES: Anglais (oral/écrit), japonais (oral)
DON : /
YEUX : Marrons.
CHEVEUX : Naturellement noirs, teints en rouge très régulièrement.
TAILLE : 1m88
POIDS : 79kg

Liste des headcanons
-Renji est très très mauvais quant à l’utilisation de la magie. Une fois sur trois, ça lui pète à la figure.
-Il trouve que Amour, Gloire et Magie ça craint à mort. Arrêtez les gars.
-Il est fasciné par les serpents. Il rêve d'en avoir un à lui.
-Ne touchez pas à ses cheveux. Jamais.
-D’ailleurs, ne le touchez pas du tout, c’est très bien aussi.
-Son parfum, c’est Spicebomb de Viktor&Rolf.
-Renji pratique deux arts-martiaux : le kendo et le taekwondo.
-Il est 2e dan de kendo, et est passé ceinture noire de taekwondo dans l’année. (je rappelle, au cas où, qu'il n'existe pas de ceinture au kendo, ce sont les dans directement. Il est possible de passer la première dès 14 ans, la seconde un an plus tard, etc. Cependant, Renji privilégie ses entraînements au taekwondo, d'où un certain retard -il devrait être 3e dan depuis presque un an, sinon).
-Il fait aussi de l'aïkido, mais c'est plus "dans son temps libre" : il ne s'entraîne pas plus que ça, et ne cherche pas à devenir très bon. C'est plutôt pour connaître quelques techniques très efficaces de self-défense.
-Bref, vous ne voulez pas avoir à vous battre à mains nues contre lui, il va vous mettre par terre en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.
-Par contre en duel magique, n’importe qui l’éclate. Vraiment n’importe qui.
-Il fait du foot aussi. Il adore ça. D’ailleurs, il s’occupe du club de l’école avec Luciano.
-Oui, en gros Renji c’est tout dans les muscles et… Pas grand chose dans la tête.
-Sinon il adore les taïyakis, il pourrait en manger toute sa vie.
-Il est toujours en rad de thunes. Toujours.
-Il a eu ses premiers tatouages à 15 ans, par un tatoueur plus intéressé par l’argent que l’âge de ses clients. Il en a jusqu’au front, malgré ses 17 ans. Leur signification est bien particulière, mais il ne l’a jamais donnée à personne. Un jour, peut-être.
-Il fait des paris sportif. Il y met toute sa thune : parfois il gagne… Parfois il perd.
-Il est capable de s'endormir partout, dans toutes les positions. Vraiment il n'a aucun mal à trouver le sommeil. Cependant, celui-ci est léger. Un rien est susceptible de le réveiller.

Côté invité
PSEUDO : Tam
AVATAR : /
COMMENT AS-TU TROUVÉ LE FORUM ? : j’sais ap
UN PETIT MOT : Ouais, un autre roux tatoué ouais. Ouais. J’ai pas honte.
CODE DU RÈGLEMENT : Un truc genre “Aly répare des iPhone” je crois.
Physique
Taille : 1m88

Poids : 79kg. Que du muscle, et peu de gras.

Cheveux : Renji porte les cheveux longs. Très longs même. Détachés, ils lui arrivent facilement au milieu du dos, mais Renji préfère les avoir attachés en une queue de cheval haute la majeure partie du temps. Ils sont naturellement noirs, mais il les teints en rouges depuis plusieurs années déjà.

Peau : Blanche. Pas pâle, pas naturellement hâlée non plus. On notera cela dit qu’il bronze avec facilité, donc il n’a pas tellement de raison de se plaindre. Dû à ses tatouages, il y apporte un soin tout particulier.

Visage : Il possède un visage peu harmonieux, mais qui en même temps possède un certain charme. Plutôt long et qui se finit sur un menton presque pointu, ses traits ne sont pas excessivement marqués. A vrai dire, si ce n’est pour sa mâchoire carrée, son visage est même plutôt lisse : ses pommettes, bien que hautes, ne sont pas vraiment visibles. Ses joues ne sont ni rondes, ni creusées, et son nez est simplement droit et pointu. Ses lèvres ne sont ni pleines ni charnues, je dirais même plutôt fines, et elles cachent deux rangées de dents blanches et droites. Ses yeux bridés sont bruns et c’est là qu’on en vient à la particularité du visage de Renji. De son corps même. Si ce n’est pour ces pattes qui encadrent son visage, ce sont sans le moindre doute ses sourcils qui attirent le regard : les siens sont tatoués à l’encre noire. Le tatouage, tribal, s’étale sur son front et même sur le haut de sa tête. On notera cependant que la majorité du temps, cette particularité est cachée sous un bandana dont la couleur ou le motif changent en fonction de son humeur au réveil.

Style vestimentaire : Simple. Pas prise de tête. Un jean, un t-shirt, des basket et basta. Non parce que quand il essaye de s’habiller bien, Renji s’habille extrêmement mal. Que quelqu’un lui vienne en aide.

Détails : Le haut de son corps est couvert de tatouages tribaux. Il en a dans le dos, sur les bras, les épaules, la nuque, le torse et, comme dit précédemment, jusqu’au front.

Le petit plus qui va bien : Renji est SOUPLE. On dirait vraiment pas comme ça, tout grand et tout musclé qu’il est, mais son corps, c’est du chewing-gum, on peut le tordre dans tous les sens. Il est aussi très très agile.


Caractère
Abarai Renji, y en a des choses à dire sur lui, hein ?

Mais avant de parler de lui directement, parlons un peu de la façon dont il est perçu par les autres. On le dit imprudent, on le dit gentil, on le dit naïf, génial, trop bruyant, trop violent, passionné. Si l’on s’arrête un peu pour l’observer, on verra tantôt un homme sérieux et attentif à sa tâche, tantôt un homme prompt à rire et se détendre une coupe de saké à la main avec n’importe qui.
Et si l’on s’arrête un peu pour observer comment les autres sont avec lui, on verra facilement qu’il est apprécié de ses camarades, amis, et professeurs.

Nul doute que c’est un homme particulier, mais essayons d’explorer un peu plus en profondeur sa psyché, au lieu de s’arrêter aux a priori. Parce qu’on pourrait presque croire que c’est un homme parfait, mais Renji en est très très très loin. Il l’admettra lui-même, tout le monde a ses forces et ses faiblesses, hein ?

Commençons par le fait que Renji soit quelqu’un d’accessible. Sa place au sein de l’école ne l’a pas rendu particulièrement présomptueux ou arrogant (quoi que parfois ça lui échappe assez lourdement), et il est clair qu’il n’est pas près d’oublier ses racines. Naturellement gentil, il sait se rende serviable pour qui en aurait besoin.

Renji est quelqu’un qui, malgré les apparences, prend ses études très au sérieux. Bien qu’il soit évident que les journées passées assis sur une chaise à écouter des cours soient sa hantise (notamment dû au fait que Renji soit du genre actif), il s’y plie. Il se montre même plutôt efficace, même s’il est clairement plus à l’aise à l’entraînement. Il le fait, hein, mais avant la fin de la journée, il finit juste par gesticuler sur sa chaise en grognant.

Evidemment, Renji est plus qu’un étudiant. En dehors de ses études, il possède des passe-temps qui ne sortent pas vraiment de l’ordinaire, si ce n’est pour sa collection de lunettes (qui lui coûtent toutes un bras). Il va se relaxer dans sa chambre, s’entraîner (encore et toujours), ou, ce qu’il préfère, va passer du temps avec des proches. Que ce soit pour jouer au foot avec les membres du club, aller boire un verre, ou juste se poser et ne rien faire, il n’est pas bien difficile.

En dehors des salles de classe, il est évidemment plus détendu, quoique pas bien différent. On le verra rire et sourire aux pires blagues comme aux meilleures (surtout quand c’est lui qui les fait), ou taquiner le premier venu pour une raison ou pour une autre.
Plus détendu, c’est le terme.

Pour aller à présent dans la généralité, il faut savoir que Renji est quelqu’un de très familier, dans le sens où il ne s’encombre pas de l’étiquette. Il jure, grogne, il parle fort. Il tutoie d’office. Attention, ça ne veut pas dire que Renji est irrespectueux ! Il ne cherche pas à mettre l’autre mal à l’aise, et une fois les limites posées, il fera en sorte de les respecter… Tant qu’il le peut.

Car parlons-en, de ce défaut qui est aussi une de ses plus grandes qualités : Renji est franc. Parfois trop. C’est un côté qui plaît à certains, et qui en dérange d’autres, mais que Renji ne peut pas contrôler. C’est presque du « je dis exactement tout ce qui me traverse l’esprit et sans le moindre filtre bien sûr ». Il ne ment pas, il a ça et l’hypocrisie en horreur. Sans parler du fait qu’il est de toute façon incapable de mentir, quand il essaye c’est marqué en gros dans ses yeux, son expression faciale, sa voix soudainement hésitante, et sa gestuelle.
Que ça fasse plaisir ou non, il balance sa vérité (et la sienne, donc son propre avis, qui ne concorde pas toujours avec l’avis général) sec, et c’est une des choses auxquelles il faut s’habituer quand on est souvent en contact avec lui.

Renji est quelqu’un de brusque, qui ne fait pas vraiment dans la dentelle. Il n’a aucun tact et sa façon de réconforter les gens est parfois accompagnée de coup de poings. Il n’apprécie pas d’être sentimental, ce n’est clairement pas le genre d’ami affectueux qui vous prouvera à tout va qu’il tient à vous. D’ailleurs, aussi franc soit-il, Renji parle rarement de ce qu’il ressent vraiment.
Pas qu’il ne soit pas bavard, hein ! Pour parler de tout et de rien, y a du monde, mais quand ça devient plus personnel, sauf cas exceptionnel, y a plus personne.
Ce n’est simplement pas son genre, ça le met mal à l’aise, et il n’est pas très doué pour trouver les mots de toute façon.
Ceux qui le connaissent le mieux vous le diront, il ne parle pas beaucoup de ce qu’il ressent, comme je viens de le dire, mais avec lui, ce genre de choses ne passe pas par la parole : observez sa gestuelle, sa posture, ou son expression. Parce que bon sang que cet homme est expressif ! Vous pouvez tout lire comme ça. Sa colère, sa joie, sa frustration, son excitation, son ennui, sa douleur, ou quoi que ce soit d’autre. Tout, excepté l’affection. Là il est pas démonstratif. Mais à part ça, on peut lire en lui comme dans un livre ouvert, et pourtant c’est pas faute pour lui d’essayer de rester de marbre parfois.

Parlant de son affection d’ailleurs, quand il se préoccupe de quelqu’un, Renji le montre à sa manière, encore une fois : c’est très simple, on ne trouvera pas ami plus fidèle que lui. Ce n’est pas bien difficile d’entrer dans ses faveurs, et bien que ce soit un peu plus compliqué d’entrer dans ce cercle tout particulier, ce n’est pas non plus impossible. Et d’ailleurs, quand on y est, c’est très simple : on y reste. Renji n’accorde pas sa confiance à n’importe qui, mais quand elle est donnée, elle est rarement reprise. Il est quelqu’un qui, de plus, irait au bout du monde pour ceux auxquels il tient. Au bout du monde comme au front, d’ailleurs, car c’est en eux qu’il trouve sa raison de se battre, et ainsi sa force d’avancer.

Il est buté au point parfois d’en être stupide juste pour ne pas avoir à admettre qu’il n’en est pas capable ou qu’il ne sait pas, ce qui parfois donne vie à des situations cocasses, voir bêtes. C’en est parfois maladif, quoi que sa force de caractère puisse aussi impressionner. C’est d’autant plus vrai quand il se bat pour quelque chose en quoi il croit, ou se démène pour une cause qu’il pense juste, il sera alors impossible de lui faire changer d’avis ou de l’arrêter.
Et encore une fois, il est assez obstiné et patient pour pouvoir attendre des années et des années avant d’atteindre son but, mais ce genre de choses, croyez-moi, il ne les oublie pas.

Cela dit, et bien que Renji soit un homme d’honneur, il n’a pas peur de se « couvrir de honte » et de courber l’échine pour demander de l’aide quand il ne peut pas faire autrement. Il faut qu’il soit dans ses derniers retranchements pour en arriver à ce point-là, mais on peut au moins lui créditer le fait qu’il soit assez courageux pour le faire quand il admet qu’il ne pourra jamais y arriver seul. Sa fierté est importante pour lui, mais elle ne passera jamais avant tout.

Revenons un instant sur sa patience, simplement pour noter quelque chose d’important. Renji est patient quand il est question de quelque chose qui lui tient particulièrement à cœur. Devenir le meilleur dans sa discipline, ou avoir les moyens de sortir sa mère du coupe-gorge qu’est sa ville natale.
Mais sa patience a des limites, et surtout elle ne s’applique pas à tout. Vraiment pas. Comme je l’ai dit plus tôt, les tâches répétitives, longues et rébarbatives lui tapent rapidement sur les nerfs. Il peut s’agir de remplir de la paperasse, comme juste le simple fait s’attendre. Il est quelqu’un qui a besoin d’être constamment stimulé et occupé, sinon il s’ennuie. Et quand il s’ennuie, il est de mauvaise humeur.

Et quand il est de mauvaise humeur, il est insupportable. Heureusement pour tout le monde qu’il ne l’est pas souvent.

Ah, aussi : Renji est extrêmement facile à berner pour peu qu’on soit un peu malin. Lui n’est pas toujours très vif, et peut faire parfois preuve d’une innocente naïveté. Il n’est pas complètement stupide, il… Ne réfléchit juste pas toujours. Un homme d’action vous dis-je : Action réaction, mais très peu de réflexion.

Je pense avoir brossé un bon tableau de sa personnalité, mh ? Avant de conclure, j’ai, cela dit, deux dernières petites choses à ajouter.

La première est que, quelque part, Renji est quelqu’un d’anxieux. Evidemment, il a toujours l’air sûr de lui, et agit comme tel. Mais c’est quand il fait face aux pires moments que cette facette de lui ressort : il se rappelle qu’il n’est qu’un chien errant du ghetto, un pessimisme souvent soudain qui peut étonner ceux qui le connaissent le moins, bien qu’il préfère souvent garder ce genre de réflexions pour lui…

Et je finirai sur une note toute à son honneur. Aussi surprenant que cela puisse paraître, notamment à cause de ses origines, mais aussi à son comportement digne d’une brute quand il s’y met, Renji est quelqu’un qui traite les femmes avec égard. Il n’en a peut-être pas l’air ainsi, mais Renji est très attaché à ses principes, et ne fera d’ailleurs jamais rien qui ne va à l’encontre de ces derniers. C’est même pas la peine d’essayer.

Oh, attendez, vous ai-je parlé de son esprit de compétition à toute épreuve ? Non ? Maintenant vous êtes prévenus. Oui, 17 ans passés et il est toujours sensible au « t’es pas cap ». Toujours.

Mais c’est sa façon d’être, et pour lui, impossible de chasser le naturel, il revient toujours presque immédiatement au galop.

Histoire
Pour toi dans la vie, il y a toujours eu deux types de personnes. Les chanceux, et les autres.
Les riches, et les autres.

Quel dommage que tu aies toujours fait partie « des autres ».

Tu es né en début d’après-midi, une belle journée d’été. Ça aurait pu être un beau tableau si ça n’avait pas été à Gary, dans l’Indiana aux Etats-Unis.
Toi-même tu le dis, quand tu dois parler de ton enfance en une phrase, que tu es le fils d’une mère trop jeune et célibataire, né dans une ville qui pue la mort, le pire ghetto des US.

Tu n’avais pas de père. Ton géniteur était parti avant ta naissance, tu ne l’as jamais connu. De lui tu n’as jamais vu de photo, et ce dernier ne t’intéresse pas le moins du monde. Tu n’as jamais eu besoin de lui, et tu n’auras jamais besoin d’un pauvre type dans ce genre. D’ailleurs, quand on te pose des questions à son propos, tu te contentes de répondre que tu n’en as pas, et ça ne t’a jamais fait ni chaud ni froid de voir les autres enfants avec le leur.

Parlons plutôt de ta mère. Elle est la personne la plus importante dans ta vie, et tu sais combien elle a sacrifié pour t’offrir la meilleure vie possible, malgré les difficultés. Avoir un enfant la vingtaine à peine passée, sans diplôme, sans parent pour l’aider, et avec un travail qui ne payait qu’à peine.
Tu l’admires, ça ne fait aucun doute, car elle l’a fait, et ne t’a, dans ton enfance, jamais laissé apercevoir la moindre faiblesse. Elle avait toujours été souriante pour toi, toujours forte pour toi, elle a toujours fait de ton mieux pour toi, malgré le fait que tu aies parfois pu être un enfant difficile.

Tu détestais cette ville dans laquelle vous vivez, et à l’époque, tu ne comprenais pas pourquoi vous y restiez. La vérité est que tu étais un enfant constamment en colère, presque. Tout petit tu cherchais déjà la bagarre avec tes camarades de classe, et te canaliser fut difficile. Tu avais trop d’énergie, toi la racaille haute comme trois pommes, à la tête de ta bande d’amis. La terreur de la cour de récrée, c’était toi, et il ne fait aucun doute que ta mère s’est arraché les cheveux par ta faute. Elle aura tout essayé, jusqu’à finalement t’inscrire, à tes 6 ans, dans un dojo. Quitte à te dépenser, autant le faire bien, hein ? Puis, peut-être que ça te mettrait un peu de plomb dans le crâne, aussi.
Et bien qu’au début, tu n’y allais qu’à contre-cœur, la pratique des arts-martiaux devint vite ta passion. Une belle découverte, hein ? Qui parvint à te canaliser… Plus ou moins. Tu cherchais toujours la bagarre, mais au moins tu mettais au tapis ceux qui venaient te chercher. Tu étais craint, et non il n’y a AUCUNE raison de s’en vanter.

C’était bien mais pas parfait. Ça n’aurait jamais pu être parfait, hein ? Encore aujourd’hui, tu te souviens à la perfection des autres parents. Il ne s’agissait que d’adultes, alors tu baissais la tête et passais ton chemin sans rien dire, mais tu les entendais. Tu les entendais te critiquer, parce que tu étais un gosse du ghetto. Dire que tu n’avais rien à faire là, et d’autres horreurs encore gravées dans la mémoire.

Et d’ailleurs, tu te souviens très bien du jour de tes dix ans, où fou de rage, tu as fait exploser les vitres du dojo. Comment avais-tu fait ? Pas la moindre idée. Personne ne semblait avoir compris ce qui s’était passé, mais toi tu l’avais senti, n’est-ce pas ? Tu savais que c’était de ta faute.

La colère avait remplacé la panique, et tu cachas cet événement à ta mère. Elle t’aurait sûrement dit qu’il ne s’agissait que de bêtises insensées, de toute façon.

Pourtant, un dimanche où elle ne travaillait pas, pendant que tu jouais dans la rue avec des amis à toi, un drôle d’homme était venu frapper à la porte de cette petite maison dans laquelle vous viviez. Un homme qui visiblement, n’était pas d’ici d’ailleurs. Tous les indices possibles le trahissaient, et tu entras d’ailleurs à sa suite. Pas question de laisser ta mère seule, hein, il fallait bien quelqu’un pour la protéger, et ça c’était ton rôle. Auto-proclamé, évidemment.

Il se présenta comme un représentant… Du ministère de la magie. Ton sang ne fit qu’un tour. Il parla à ta mère de ce qui s’était passé au dojo. Te souviens-tu de la panique que tu avais alors ressentie ?

Les explications furent longues, et pourtant à aucun moment tu ne t’ennuyas. Quelque part, tu étais terrifié. Qu’est-ce que c’était que ces histoires de sorciers ? Non, non ce n’était pas possible, hein ?
Et si c’était vrai ? Tu regardais les flyers pour les différentes écoles qui étaient posées sur la table. Aucune n’était à proximité. Cela voulait dire qu’à la rentrée prochaine, juste après ton onzième anniversaire, tu quitterais cette ville, et surtout ta mère pour aller étudier, loin. Trop loin. En plus de ça, la seule école proposant des aides financières ne se trouvait même pas dans le même pays…

Tu détestais cette idée. Tu ne voulais pas partir. Et pourtant, elle décida de t’y envoyer.

Tu te souviens, comme tu lui en voulais au départ ?

Heureusement que ce n’est plus le cas hein. Maintenant tu t’y es habitué, et à vrai dire, tu es content d’avoir eu la chance d’être envoyé là-bas. Tu vois ça comme ta chance de t’en sortir, et surtout de prouver au monde à quel point il avait tort.

Le gamin du ghetto leur prouvera à tout ce qu’il vaut vraiment, n’est-ce pas ?
            
Personnel
Image du profil : I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.  HCPuGyp4XLTaxXmXWUCCPqDql-A
I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.  Tumblr_inline_mw4bk2vZyz1qdq729
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 23
Magnus Nordskov
Image du profil : I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.  HCPuGyp4XLTaxXmXWUCCPqDql-A
I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.  Tumblr_inline_mw4bk2vZyz1qdq729
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 23
Sujet: Re: I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.
Jeu 28 Juin - 23:07
                    
Coucou. J'ai trouvé cette horreur juste pour toi. ♥️

I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.  272136471_67847a3e
Voir le profil de l'utilisateur            http://norseporcelain.tumblr.com
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Re: I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.
Jeu 28 Juin - 23:46
                    
Oh no you didn't

aaaaaaaaah
            
Monsieur le Directeur
Image du profil : I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.  B7Xyh8tGLiSWQN-Jl_7twgxn3FI
I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.  67fa2229
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 611
Vincent Leroy
Image du profil : I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.  B7Xyh8tGLiSWQN-Jl_7twgxn3FI
I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.  67fa2229
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 611
Sujet: Re: I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.
Jeu 28 Juin - 23:48
                    
Message du staff
Validation
Accompagné par d'autres nouveaux élèves, tu es appelé par le directeur à t'avancer au centre du Dôme. Scruté par les élèves et étudiants, tu regardes alors ton reflet dans la fontaine qui va décider de ton sort. D'abord voyant ta sale tête dans l'eau, tu remarque que le reflet semble se changer peu à peu jusqu'à prendre la forme d'un loup.  Tu es d'autant plus surpris quand l'animal commence à pousser un cri dans toute la salle. Tout le monde se met soudainement à t'applaudir, tandis que le directeur s'approche de toi avec un rubis brut qu'il met autour de ton cou. "Bienvenu à Lupy !"

—> Te voilà validé, tu peux désormais poster dans tous les recoins du forum, RP-Post ainsi que RPCB.
—> N'hésite pas à voir la chambre qui t'a été attribuée.
—> Si ton personnage est en cursus universitaire, il peut postuler pour avoir un job d'étudiant.
—> Crée dès maintenant un topic pour récapituler les relations de ton personnage. Tu peux également acquérir un portable ou bien créer un blog.
—> N'hésite pas à faire une demande de RP pour trouver un partenaire d'écriture !
—> Enfin, amuse-toi bien sur le forum,  n'hésite pas à en parler autour de toi et à voter régulièrement aux TS !

welcome!

Ab origine fidelis, ex fortitudine scientia.

Voir le profil de l'utilisateur            http://ilukaan.forumactif.com
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: I bark at the moon, but I don't have the guts to jump and grab it.
                    
            
Sauter vers: