C’était le jour de la rentrée, déjà. Comme chaque année, les vacances étaient passées bien trop vite à ton goût, mais peu importe : aujourd’hui, tu venais de retourner à Ilukaan, ton école mais aussi ce qui était devenu avec le temps, ta deuxième maison. A vrai dire, tu étais presque nostalgique, aujourd’hui : tu débutais ta dernière année d’études. Quel sentiment étrange, de savoir que ce serait la dernière fois que tu assisterais à ce spectacle. Lire la suite
Aly
Admin
Tam
Admin
Sue
Modo
Alex
Modo
Gaumar
Modo
Forum multifandom ▲ Univers inspiré d'Harry Potter ▲ Avatars 200*320 illustrés/mangas ▲RPCB/RP-Post ▲ Tout public avec possibilité de R18 ▲ Forum au contexte évolutif ▲ Pas de minimum de mots



 

Partagez|

[19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse
 :: Campus d'Ilukaan :: Réfectoire :: Cafétaria

— Strixyst
avatar
ϟ Œuvre : Mystic Messenger
ϟ Parchemins : 38
[19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse Mar 19 Juin - 21:00

  • Jesse McCree
  • Luciel Choi
Ramen
 
Le pas vif, comme si la mort elle même le talonnait, Luciel s'engouffre dans les longs couloirs d'Ilukaan l'air tout bonnement bouleversé. Tenant au creux de ses bras deux pots de nouilles instantanées, à la manière d'un père protégeant ses petits.

La journée avait pourtant bien débutée ; un cours de potions, suivi par de la botanique. Deux domaines dans lesquels il excellait tout particulièrement, et qui le passionnaient de plus en plus, à mesure des années écoulées.
Comme d'habitude d'ailleurs, il avait passé la dernière heure de sa matinée à discuter avec le professeur Greenygreen. Notamment au sujet des gousses de Snargalouf et de leur potentiel magique en matière de défense. Ce n'est que lorsque son estomac se rappela à lui par quelques grondements protestataires, que le rouquin pris congé auprès de son mentor. Bien décidé à se remplir le ventre. Et pas avec n'importe quoi.
Ses pieds le guidèrent en effet jusqu'à sa chambre, qu'il ne partageait encore avec personne, pour qu'il puisse rapidement récupérer la marchandise que ses parents lui avaient envoyé la semaine précédente. Un carton plein de produits coréens ; notamment une bonne dizaine de sachets d'honey buddha chips, qu'il affectionnait tout particulièrement.
Lui qui devait manger avec Jesse ce midi, peut-être serait-ce là le moyen de lui faire goûter ces quelques merveilles ?
Bien décidé à en emporter, Luciel ouvrit rapidement la fameuse boite qu'il avait au préalable posée sur son lit, avant de se figer telle une statue de pierre. Foudroyé par le mauvais sort. Noyé de désespoir. Tout avait disparu. Son carton était désespérément vide, quand bien même il en fixait le fond en espérant un simple mirage.
Il était pourtant persuadé que ce matin, tout était en ordre avant son départ.
Pris d'une vive bouffée de panique, le sorcier se mit en tête de fouiller chaque recoin de sa chambre, sous le regard désabusé de son gros chat qui, avouons le, s'en fichait bien du malheur de son maître. Il était bientôt midi.
Et il refusait de laisser ce crime impuni.

Ouvrant donc à la va-vite son placard, Luciel s'empara des deux seuls pots de nouilles instantanées qui lui restaient de la livraison précédente, avant de s'élancer vers la cafétéria. S'il y avait bien une personne capable de l'aider, c'était bel et bien Jesse McCree ; le chérif  d'Ilukaan, et un de ses premiers amis.
Ainsi faiblement essoufflé, le rouquin entre dans la salle en essayant de ne pas trop lorgner vers les desserts mis à leur disposition. Un mystère non résolu comptait plus qu'une part de tarte à la mélasse. Où peut-être pouvait-il faire les deux ? Manger et enquêter ? Enfin là n'était pas la question.
Promenant son regard d'or sur les autres élèves présents, le sorcier ne tarde pas à repérer son ami ; reconnaissable entre mille de part son style du Far West si particulier.

- Jesse !

L’interpellant aussitôt, Luciel se fraye un chemin jusqu'à sa table. Pressé de lui faire part du crime odieux dont il était victime.

- Tu ne devineras jamais ce qu'il vient de m'arriver, il y a un truand au sein de l'école.

Reprenant de moitié sa respiration, le sorcier s’assoie rapidement face à son ami, tout en déposant un des bols de nouilles devant lui. Cela faisait un moment déjà qu'il avait envie de faire découvrir des produits de chez lui au brun, et voilà qu'on venait de tout lui voler. Ou presque.
votre meilleur adjoint


Dernière édition par Luciel Choi le Ven 22 Juin - 17:17, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
— Lupy
avatar

ϟ Œuvre : Overwatch
ϟ Parchemins : 54
Re: [19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse Jeu 21 Juin - 16:01


La faim sifflera trois fois.

Il avait depuis le début de la pause déjeuner la poigne particulièrement aigrie sur la fourchette que maintenait sa dextre. Le regardant tourner et faire sauter l'ustensile par le biais de mille pirouettes entre ses doigts agiles, une jeune fille de la table où il était installé s'offusqua un peu avant de lui rappeler qu'il n'était pas tout seul - et que s'amuser avec ledit couvert pouvait être dangereux autant pour lui que pour les autres. Il s'excusa avec un rictus, avant de ralentir considérablement les ascensions répétées de l'outil de fer.

La matinée qu'il venait de passer ne s'était pas déroulée tel que dans le plan qu'il s'était mentalement illustré - il avait trouvé ce test d'Histoire de la Magie particulièrement complexe et chargé de questions pièges et autres astuces de l'enseignant afin de, selon Jesse du moins, différencier aux abords de la fin de l'année scolaire les plus fins travailleurs des flemmards manquant de rigueur. Véritable miracle et heureux hasard - quand bien même cette médiocre évaluation n'avait pas été annoncée à l'avance, le sixième année avait jeté une brève œillade aux notes récupérées auprès de la tête de classe - il n'excellait absolument pas en cette matière, et il était plus commun de l'entrevoir piquer du nez que de le remarquer suivre assidûment le cours une heure durant.

Résultat des courses ? Il n'avait pas réussi - mais ne s'était pas pour autant trompé sur toute la ligne. La moitié de ses réponses et de ses écrits lui avaient rapporté la moitié des points au total; c'est toutefois ce dont il imaginait, les parchemins n'ayant pas été rendus aux étudiants.

Il haussa les épaules lorsque son voisin de table le questionnait avec coïncidence sur ledit contrôle. Visiblement, accorder un tant soit peu d'importance à ce qui s'était passé ce matin suffisait à tamiser son baratin habituel - quand bien même il n’avait personne avec qui échanger, à la cafétéria. Que fabriquait donc Luciel ?! C'est que le jeune américain s'impatientait - et lorsque le shérif n'a pas son adjoint à ses côtés lorsque ce dernier lui a fait la promesse de l'assister, surtout au déjeuner, avoir un acolyte n'a plus aucun intérêt !

C'est que le destin était chargé en étrangetés aujourd'hui - car dès l'instant où il se mit à accuser en silence l'absence prolongée du Strixyst, celui-ci fit irruption au sein du lieu de restauration. Il ne se fatigua nullement à hausser le ton pour se faire repérer - son couvre-chef singulier ferait le travail pour lui.

"Jesse !"

Il esquissa une risette, et l'emprise qu'il maintenait sur la fourchette finit par s'apaiser un brin. Il lui rétorqua par le biais d'un geste de main avenant. Il avait un peu de retard - du point de vue du campagnard, mais il était venu et c'était tout ce qui lui importait.

"Hey, Luciel ! J'ai gardé une place pour mon merveilleux adjoint - t'attends quoi, pour venir t'installer ?"

A ces mots il ôta ses pieds de la chaise qui trônait en face de lui, tandis que ses jambes étaient restées dissimulées sous la table depuis qu'il avait décidé d'attendre le rouquin envers et contre tout. Il n'eut pas le temps de le questionner que l'asiatique expliqua en partie la raison de sa respiration irrégulière. Ce dernier, dans toute sa générosité si bien connue, gratifia les environs de son assiette avec un récipient rempli de nouilles instantanées. Le membre de la maison de la Chouette comptait lui faire partager un en-cas de son pays d'origine ?

"-Tu ne devineras jamais ce qu'il vient de m'arriver, il y a un truand au sein de l'école.
-... Pardon ?"

Il haussa le nez afin d'avoir l'occasion de croiser le regard de son nouvel interlocuteur. Sourcils froncés, il fit échouer son bras derrière le dossier de sa chaise, alors que les doigts de la seconde s'attelaient à pianoter le table à un rythme particulièrement stressant.

"Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Qu'est-ce qui t'est arrivé ? C'est quoi cet air bouleversé ? C'est pour ça que t'as un peu traîné ? Qui a osé entourlouper l'adjoint de McCree ?"

Le sérieux ne manquait pas à son intonation - et pourtant il était aisé de saisir qu'il mettait tout en oeuvre pour tenter, dans un premier temps, de réduire le côté dramatique de l'incident. Avec un sang-froid à toute épreuve, régler les soucis était beaucoup plus facile - et rapide. Ses yeux s'abaissèrent avec empressement sur le bol qu'on venait de lui céder, puis sur le contenu de son assiette qu'il avait à peine touché. Il y avait beaucoup de nourriture - mais cela tombait bien, il avait le ventre particulièrement vide.

"Explique-moi tout. Et avec les détails, s'il te plaît ! Et merci pour ta donation, l'ami !"

Il ne manqua pas l'occasion de faire un commentaire sur le partage de nouilles - et échangea alors sa fourchette avec sa baguette. Le né-moldu usa d'un sortilège visant à chauffer l'eau de la carafe précieusement gardée pour l'usage entre le duo, sans toutefois chercher à se donner en spectacle; il avisa ensuite le contenant avec un air dubitatif. C'est qu'il ne voulait pas gâcher le cadeau mangeable du porteur de lunettes.

"... Mais avant, mangeons un peu, mh ? ... Je suis censé mettre l'eau, donc ? J'voudrais pas faire n'importe quoi."

Voir le profil de l'utilisateur
— Strixyst
avatar
ϟ Œuvre : Mystic Messenger
ϟ Parchemins : 38
Re: [19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse Sam 23 Juin - 20:36

  • Jesse McCree
  • Luciel Choi
???
 
A peine le brun avait-il énoncé sa proposition, que Luciel se trouvait assis face à lui ; loin de se faire prier. Oh bien sûr, il était sportif, un entraînement rigoureux toute les semaines l'obligeant à éliminer les graisses et le sucre qu'il absorbait en trop grande quantité. Était-ce de sa faute s'il préférait  un bon cheeseburger à une salade niçoise ? Que d’injustice.
Quoi qu'il en soit, actuellement, le souffle venait à lui manquer ; quand bien même il essayait de s'expliquer avec Jesse. Son cerveau lui, retraçant déjà un grand nombre de pistes plausibles, pour tenter d’élucider le crime dont il était la malheureuse victime.

- Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Qu'est-ce qui t'est arrivé ? C'est quoi cet air bouleversé ? C'est pour ça que t'as un peu traîné ? Qui a osé entourlouper l'adjoint de McCree ?

Cela pouvait paraître étrange, mais Luciel se sentait soulagé en constatant que son ami le prenait au sérieux. Il fallait dire que le rouquin était plutôt connu pour ses blagues récurrentes, ses artifices et ses entourloupes. Résultat, certains en venaient à ne plus le croire lorsqu'il adoptait un air plus dramatique. Pas le chérif.
S'autorisant une pause dans les affres de sa vie si mouvementée, le potionniste s'adosse enfin au dossier de sa chaise ; expiant son souffle en une tentative d'apaisement, avant d'accrocher le regard sombre de Jesse. L'ambiance active de la cafétéria, rythmé par le tambourinement de ses doigts contre le rebord de la table. Mais cela ne le dérangeait pas.

- Explique-moi tout. Et avec les détails, s'il te plaît ! Et merci pour ta donation, l'ami !

Quel terrible mystère que celui d'un vol au sein même d'un dortoir, inaccessible aux autres maisons. S'il s'agissait bien d'un vol, évidemment.
Seul les autres Strixyst avaient accès à sa chambre, et puisqu'il partageait toujours tout, personne n'aurait jamais eu l'idée de lui prendre quoi que ce soit sans lui demander avant. De toute façon, il faisait confiance à ses compagnons. Mais alors, qui ? Ou Quoi ?
Les questions se bousculaient dans la tête du roux sans qu'il puisse leurs offrir le moindre bout de réponse. Et c'était carrément frustrant. Il avait besoin de l'esprit vif et avisé de Jesse. De son self control, aussi.

- Au moins, il me restait ces ramens. Avec plaisir !

Retrouvant son sourire, qui de toute façon n'était jamais très loin, Luciel observe d'un œil intrigué son ami, alors qu'il usait de sa magie pour faire chauffer l'eau de la carafe. Enfaîte, le rouquin était assez doué pour les sortilèges, mais il avait toujours trouvé leur utilisation trop instable. Chose idiote, pour quelqu'un capable de mélanger deux potions ensemble, dans le seul but d'en voir les effets. Parfois catastrophiques. Combien de fois son mentor, l'excellente professeur Cram avait-elle dû user d'un Bézoard pour annuler les effets d'une préparation expérimentale de son jeune élève ? Trop souvent, sûrement.
Préférant donc de loin admirer les autres manier la baguette, c'est avec fascination que l'adjoint constate ce brusque changement de température.

- ... Mais avant, mangeons un peu, mh ? ... Je suis censé mettre l'eau, donc ? J'voudrais pas faire n'importe quoi.

- C'est ça, tu mets de l'eau jusqu'au petit trait, là, et après faut attendre trois minutes. Autant te dire que c'est mon repas de prédilection durant les révisions.

Expliquant le fonctionnement de ce repas avec le plus grand soin, Luciel en profite pou ôter de moitié leurs opercules. Laissant le soin au cow-boy d'ajouter l'eau. Simple, rapide, efficace. Et terriblement bon. Avec l'arrivée proche de ses ASPIC, il n'avait plus le temps de manger autre chose que ces merveilles. Naviguant entre ses cours, la serre et la salle de potions, comme un naufragé que les examens futurs bringuebalaient d'un point à un autre. D’où l'importance pour lui de retrouver le contenu de son si précieux colis.
En attendant donc que leurs repas soient prêts, le jeune sorcier prend enfin la parole. Expliquant au mieux la situation.

- Tu sais que mes parents m'envoient chaque fin de mois un carton plein de trucs de chez moi. De la nourriture principalement. Comme on devait manger ensemble ce midi, je me suis dit que j'allais te faire goûter quelques petites choses typiques coréennes. Il se redresse, l'air sombre, comme s'il s'apprêtait à confier un secret du ministère de la magie. Le soucis, c'est qu'en ouvrant ce fameux carton, il était totalement vide. Et je me souviens parfaitement qu'hier soir encore, tout était en place.

Comme si reparler de cet incident le rendait soucieux, Luciel sort de sa manche deux pairs de baguettes métalliques plates. En offrant une à Jesse, avant de jouer distraitement avec l'autre. Règle numéro une, toujours avoir de quoi manger sur soi.

- J'ai beau y réfléchir, je ne comprends pas. Et je ne pense pas qu'un élève ait pris la peine de venir me voler ce matin, on avait cours. J'ai vraiment besoin de ton aide sur ce coup, chérif.


votre meilleur adjoint
Voir le profil de l'utilisateur
— Lupy
avatar

ϟ Œuvre : Overwatch
ϟ Parchemins : 54
Re: [19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse Ven 29 Juin - 2:41


La faim sifflera trois fois.

-"C'est ça, tu mets de l'eau jusqu'au petit trait, là, et après faut attendre trois minutes. Autant te dire que c'est mon repas de prédilection durant les révisions."

C'est en silence qu'il entreprit d'appliquer, à la lettre, les indications émises par le voyageur spatial en devenir. La gestuelle dont il fut le maître durant l'ajout d'eau chaude dans les récipients avait de quoi marquer l'esprit; il tentait d'exécuter là la manoeuvre d'un professionnel - ainsi pouvait-on le confondre avec un véritable serveur quelques instants durant. Loin de lui l'idée de se spécialiser dans l'art de la restauration cependant - il n'aurait de toute façon pas la patience pour, et s'évertuerait à répliquer sans vergogne à la clientèle si celle-ci viendrait à faire une quelconque remarque sur la lenteur du service. Quoiqu'il avait une certaine facilité à imiter l'accent du pays natal de la pizza - et Jesse était particulièrement persuadé du supposé charisme de ladite intonation méditérranéenne. Le cliché des serveurs italiens.  

-"Tu sais que mes parents m'envoient chaque fin de mois un carton plein de trucs de chez moi. De la nourriture principalement. Comme on devait manger ensemble ce midi, je me suis dit que j'allais te faire goûter quelques petites choses typiques coréennes."

Ses lippes ne purent s'empêcher de s'épreindre d'une risette légère à l'entente des propos de son ami. C'est qu'il put, malgré le contexte délicat de la conversation, reconnaître en ses paroles toute la bonté naturelle de Luciel - et quand bien même il ne le montrait pas ouvertement, le garçon de ferme se sentit gratifié d'une petite flatterie. Ce n'était pas tous les jours qu'il avait l'occasion de tester les en-cas traditionnels de ses pairs - et encore moins des mets tout droit venus d'Asie de l'Est. Sa gentillesse le perdra sûrement un jour.

En dépit du rictus qu'il se mit à arborer sans véritablement s'en rendre compte, il prêta une oreille attentive à toutes ses explications - le binoclard eut donc l'occasion de souligner l'attention toute nouvelle que lui fournissait le membre de la maison du Loup. Dans un mutisme respectueux, il ne fit qu'opiner sans bruit, et attendit la suite.

-"Le soucis, c'est qu'en ouvrant ce fameux carton, il était totalement vide. Et je me souviens parfaitement qu'hier soir encore, tout était en place.
-... Un vol ? Un léger relevé de tête bref accompagna sa réponse. Néanmoins, pas une once de surprise ne pouvait s'entendre dans les nuances de son ton. Eh bah, dis donc. Voler le contenu d'un carton rempli de trucs typiques du pays natal de quelqu'un, ça m'traverserait même pas l'esprit."

Ses sourcils prirent la peine de se froncer alors que son visage perdait en sympathie. Un tel irrespect suffit à le faire souffler du nez - il était sûr qu'il ne pouvait se mettre à la place de la tornade rousse pour tenter de ressentir une anxiété pareille à la sienne. De toute évidence, si on lui ôtait la possession d'un produit envoyé par ses parents, il était certain qu'il dégenerait sans scrupule sa baguette pour mettre sa sentence à exécution.. si le coupable parvenait à être retrouvé, évidemment.

Il avait beau emprunter le rôle d'un shérif aux yeux du Strixyst, il n'était pas non plus le plus fin des inspecteurs - certes il appréciait rétablir l'ordre pour des causes lui tenant à cœur, mais se creuser les méninges afin de détailler et d'assembler une montagne d'indices afin de parvenir à s'illustrer le parcours d'un criminel ... il laissait ça aux professionnels.

Aussi s'autorisait-il l'espoir d'une affaire peu grandiose, en dépit de la panique momentanée du Violet. Il réceptionna au creux de sa paume ladite paire de baguettes que lui confia Luciel, avant de le laisser poursuivre.

-"J'ai beau y réfléchir, je ne comprends pas. Et je ne pense pas qu'un élève ait pris la peine de venir me voler ce matin, on avait cours. J'ai vraiment besoin de ton aide sur ce coup, chérif.

-On va régler ça. "Du mois, on va essayer", pensa-t-il. Reste calme, Luciel - c'est en s'maîtrisant qu'on arrive à régler les problèmes ... Enfin, du moins, c'est comme ça que ça marche pour moi."

Il lorgna un instant sur son amas de nouilles à lui, visiblement prêt à la consommation - et l'idée de toucher à l'assiette amenée plus tôt lui quitta l'esprit. Après tout, la caféteria était faite pour les casses-croûtes - et non pour les déjeuners.

-"J'suis presque navré de te dire ça - ça paraît plutôt simple comme réponse mais ... tu penses pas que c'est encore un coup de cet idiot de Genji ? Il est en quatrième année, toi en septième, j't'apprends rien. Qui te dit qu'il avait cours, ce matin ? Vous n'êtes pas censés avoir le même emploi du temps ... et si j'me trompe pas, il est dans la même chambre que toi. Quelque chose me dit aussi qu'il n'est pas hostile envers la bonne nourriture."

Tout était bon pour accuser sans méchanceté cette petite pile électrique. Le cadet des Shimada était en effet particulièrement connu pour son sens de l'humour parfois un peu puéril - du point de vue de l'américain, il était particulièrement susceptible d'endosser le rôle de coupable, et, plus largement, du premier suspect.



Voir le profil de l'utilisateur
— Strixyst
avatar
ϟ Œuvre : Mystic Messenger
ϟ Parchemins : 38
Re: [19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse Sam 30 Juin - 0:32

  • Jesse McCree
  • Luciel Choi
???
 

- Reste calme, Luciel - c'est en s'maîtrisant qu'on arrive à régler les problèmes ... Enfin, du moins, c'est comme ça que ça marche pour moi."

- Tu as sûrement raison.

L'or de son regard se perd dans la brume qui s'échappait de son repas. Volutes doucereuses, fières d'une odeur qui, en parvenant à son nez, ne pouvait que faire gronder sa faim. Rendant les minutes heures, malgré la situation.
Rester calme.
Jesse avait entièrement raison, paniquer ne servirait à rien, si ce n'est lui faire perdre ses moyens et sa capacité de réflexion. Il ne connaissait pas le voleur, aucune piste, aucun potentiel indice. Ils devaient enquêter intelligemment.

Les prémisses d'un doux sourire, et Luciel repose sa paire de baguette sur le bois usé de la table. Libérant ainsi ses paumes, qu'il vient délicatement plaquer contre son bol de nouilles fumant.
C'était chaud. A la limite du supportable, et pourtant, cela lui procura un pur sentiment de bien-être ; rappelant à sa mémoire les hivers gelés de Séoul, et les tasses de chocolat chaud que sa mère lui préparait, lorsqu'il venait les voir pour noël.

- J'suis presque navré de te dire ça - ça paraît plutôt simple comme réponse mais ... tu penses pas que c'est encore un coup de cet idiot de Genji ? Il est en quatrième année, toi en septième, j't'apprends rien. Qui te dit qu'il avait cours, ce matin ? Vous n'êtes pas censés avoir le même emploi du temps ... et si j'me trompe pas, il est dans la même chambre que toi. Quelque chose me dit aussi qu'il n'est pas hostile envers la bonne nourriture.

Genji. Son colocataire, mais surtout un de ses plus proches amis. Ils avaient certes quelques années de différences, et cela ne changeait rien. Le caractère malicieux et enjoué du Shimada, les avait poussé à une excellente entente. Basée principalement sur la réalisation bonne enfant de quelques farces, qu'ils aimaient à réaliser au sein même de leur dortoir.
La théorie de Jesse était donc parfaitement plausible.
Relâchant son bol, le rouquin dépose ses mains contre ses joues, pour qu'elles puissent profiter de leur chaleur. Tandis que son cerveau, lui, turbinait à toute vitesse.

- C'est très probable, maintenant que tu le dis. Il serait bien capable d'avoir dissimulé mes vivres quelque part au sein de l'école, juste pour le plaisir de m'offrir une chasse au trésor avant les examens.

Loin de lui en tenir rigueur, si c'était le cas, Luciel laisse plutôt son sourire devenir plus amusé. Il en venait même à espérer que le coupable soit bien Genji, puisqu'il savait pertinemment qu'il n'oserait jamais toucher à ses biens. D'une certaine manière. Et puis, il aurait bien l'occasion de se venger.
Quoi qu'il en soit, il devait lui demander. Le plus tôt possible, cela lui évitera quelques inquiétudes inutiles pré-examens, dont il se passerait bien. Ses ASPICs... Non, il ne voulait même pas y penser.

- Je vais lui envoyer un message. Si c'est bien lui, il me le dira pour me faire chercher. Sinon...

Une petite grimace, et le rouquin sort son cellulaire de sa poche. Tapotant rapidement son texto, avant de lui envoyer. A cette heure il devait flâner quelque part, occupé à faire dieu seul savait quoi. Luciel espérait juste recevoir une réponse rapide, dans la mesure du possible.

- Bien ! Je crois que notre repas est fin prêt.

Affublant Jesse d'un clin d'oeil complice, le jeune sorcier s'empare à nouveau de ses armes culinaires, avant de les plonger sans pitié dans son bol de nouilles. Remuant le tout avec dextérité, tandis que son regard se glissait jusqu'au repas de son Chérif. Comme pour vérifier que ses gestes étaient bien les bons.

- Jal meog-guess-seub-ni-da !

Soit un bon appétit dans sa langue natale, qu'il énonce d'un ton joyeux.
votre meilleur adjoint
Voir le profil de l'utilisateur
— Lupy
avatar

ϟ Œuvre : Overwatch
ϟ Parchemins : 54
Re: [19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse Jeu 5 Juil - 18:17


La faim sifflera trois fois.

Un souffle amusé quitta les narines du garçon à l'annonce un peu simple de Luciel - qui prétendait là n'avoir pas forcément pensé à une potentielle implication de son colocataire dans cette sombre affaire de vol. Il s'agissait là d'une petite faute d'inattention qui pouvait amplement être pardonnée - aussi Jesse avait-il le toupet de penser qu'il était béni par ses aïeux d'avoir été épargné d'une énigme dont il peinerait à résoudre. Une once de culpabilité lui traversa néanmoins l'esprit quand il se rappela que la victime de l'histoire n'était autre que son très loyal adjoint. D'un autre côté, il s'en serait terriblement voulu de laisser l'amouraché des astres dans le pétrin. Or les foudres du destin s'étaient apparemment toutes dirigées vers le Shimada que comptait la maison de la Chouette. Assurément, il se mit brièvement à penser que Luciel avait le pardon bien facile, en dépit de la farce puérile de la part de leur ami.

"-Je vais lui envoyer un message. Si c'est bien lui, il me le dira pour me faire chercher. Sinon...
-C'est pas la chose la plus sympathique à faire avant les épreuves des ASPICs, disons. Ca n'fait que redoubler ton stress - et tu n'en as clairement pas besoin."

Il lui fit cadeau d'un sourire qui se voulait conciliant.

"Par ailleurs, prêt pour les examens ? J'suis de toute évidence sûr et certain que t'arriveras à en venir à bout des évaluations, avec cet .. esprit brillant que tu as."

Il accompagna ses propos d'un signe de main évocateur - l'on aurait cru assister à une gestuelle illustrant un esprit fin et bien organisé. Depuis le temps qu'ils se connaissaient, nul doute n'était permis quant à la facilité du métamorphomage vis-à-vis des études. Sans parler de son excellence maîtrise de la théorie et de la pratique de la botanique - matière qui ne comptait absolument pas parmi les préférées de Jesse, si ce n'était pas celle qu'il détestait entre toutes. Disons qu'il avait, de son point de vue, bien mieux à faire qu'à empoter des mandragore dans leur terreau ou que de récolter les spores d'un quelconque champignon terriblement vénéneux.

Il n'aspirait pas non plus à devenir jardinier. Et encore moins professeur de botanique. Ainsi le problème était réglé.

Il n'en fallut pas plus à Jesse pour relever le regard lorsque la bienheureuse formule de l'asiatique fut exclamée à son égard - il ne fallait pas être un devin particulier pour deviner, à la vue claire des traits du brun, la confusion toute ressentie pour ce qu'il venait d'assimiler à du charabia coréen. Quand bien même il semblait à cet instant épris de perplexité, ses sourcils se froncèrent à nouveau, lui faisant alors adopter un air de concentration profond.

Le jargon de l'Est, bien que totalement inconnu au bataillon du point de vue du Lupy, eut cependant le mérite d'attirer intensément l'attention de ce dernier - il ne doutait pas de la traduction approximative de la phrase dite dans sa phrase natale; assimiler ceci à un "bon appétit" n'était pas une épreuve particulièrement difficile en soit, le contexte de la discussion aidant.

Le problème était la prononciation. Sitôt que Luciel délia la langue pour les confier ces quelques mots, le Rouge éprouva quelques complications à hacher les syllabes récemment écoutées pour se les remettre en mémoire.

"J.. al ... meogg-.. ? Seub. Da." répondit-il en retour.

Quelle doucereuse harmonie - inexistante - dans ses dires. Au moins l'effort se ressentait à travers le timbre de sa voix.

Et le regard que lui rivait l'adepte des illusions n’arrangeait hélas pas grand chose - oh, Jesse pouvait bien se vanter de sa dextérité quant à la maîtrise de son instrument magique; notamment lorsqu'il la faisait tourner entre ses phalanges à la manière d'un conquérant de l'Ouest. Mais les baguettes culinaires ... c'était une autre histoire. Il s'en empara avec une maladresse navrante, tandis que sa figure lui laissait arborer un air particulièrement déconcerté. Organiser ses doigts afin de parfaire l'utilisation manuelle d'un objet n'avait jamais été aussi complexe - épargnez-le des blagues salaces.

"... Tu m'en voudras pas, j'ai un peu d'mal."

L'une de ses commissures s'osa à s'élever un brin, crayonnant sur ses lippes un sourire en coin. Un mélange curieux d'amusement et de frustration.

".. Et sinon, à part ces p'tites péripéties, génie des potions ? Ta famille va bien, j'espère ?"

Dans de malheureux gestes, les extrémités des deux baguettes qui lui avaient été prêtées tentaient avec acharnement de saisir les nouilles instantanées. Jesse n'avait jamais autant râlé intérieurement pour de la nourriture, aussi bonne soit-elle - et pour couronner le tout, sa dextre laissa involontairement s'échapper les couverts traditionnels. Ils chutèrent sur ses cuisses - heureusement que sa position assise permettait d'empêcher la rencontre entre les objets et le sol de la caféteria.

"...Fuck." grogna-t-il entre deux serrages de dents.



Voir le profil de l'utilisateur
— Strixyst
avatar
ϟ Œuvre : Mystic Messenger
ϟ Parchemins : 38
Re: [19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse Sam 7 Juil - 17:56

  • Jesse McCree
  • Luciel Choi
???
 

Si Luciel connaissait le caractère malicieux de son colocataire, force était de constater qu'il n'en restait pas moins terriblement naïf ; ou peut-être pas assez lucide. Une telle solution aurait dû s'imposer à lui, comme la plus pure des évidences, et pourtant son esprit avait préféré opter pour quelques théories farfelues, ou il était question de créatures mystiques et de quêtes honorables. Pour quelques sachets de nourriture coréenne.

-C'est pas la chose la plus sympathique à faire avant les épreuves des ASPICs, disons. Ca n'fait que redoubler ton stress - et tu n'en as clairement pas besoin.

- C'est vrai. Mais Genji n'a pas d'examens importants cette année, je suppose qu'il ne doit pas vraiment se rendre compte. D'autant que j'essaye de ne pas paraître trop à cran devant lui.

Un demi-sourire dans sa réponse, et Luciel lit rapidement le message que son jeune ami venait de lui renvoyer. Confirmant ainsi la piste de Jesse. Au moins, celons ses écrits, tout était resté dans le bâtiments des Strixyst. Il n'aurait plus qu'à jouer à Chasse Trésor avant ses révisions de ce soir. Heureusement qu'il était patient et peu enclin aux reproches. Tant qu'il savait que ses affaires étaient en sécurité, il n'avait pas de raison de s'inquiéter outre-mesure.

-Par ailleurs, prêt pour les examens ? J'suis de toute évidence sûr et certain que t'arriveras à en venir à bout des évaluations, avec cet .. esprit brillant que tu as.

- Je pense que ça devrait le faire. J'ai tellement usé le labo ces dernières semaines, que mademoiselle Cram redoute le moment ou elle me trouvera endormi un matin, la tête dans mon chaudron.


Accompagnant sa révélation d'un rire, le rouquin se met à jouer avec ses baguettes métalliques, tandis que son regard se perdait dans la salle. Tout le monde semblait plus ou moins tendu ces derniers temps, et à juste titre. Personne n'aimait foirer ses exams de fin d'année.

- Et toi Jesse, ça s'annonce comment ? Tu sais que si t'as besoin d'un petit coup de pouce pour les matières que t'aimes pas, tu peux me demander.

Luciel connaissait son ami depuis assez longtemps pour savoir que la botanique, par exemple, n'était pas vraiment à son goût. Puis quelques révisions communes ne pouvaient pas leurs faire de mal, de toute façon.
Mais quoi qu'il en soit, et qu'importe cette foutue fin de trimestre, deux bols de nouilles bien chaudes les attendaient maintenant. Rappelant à Luciel les nuits blanches qu'il faisait lorsqu'il vivait encore à Séoul, occupé à magouiller... quelques secrets.

-J.. al ... meogg-.. ? Seub. Da.

… Surpris d'entendre le châtain tenter de se mettre à sa langue natale, Luciel sent ses lèvres s'étirer d'un large sourire. Réellement touché par les efforts du chérif.

- C'est pas trop mal pour un début, Cow-boy. Ça apporte un petit côté country à ma culture.

Taquin, il lui offre un petit clin d'oeil, avant de se mettre à manger. Grandement habitué aux baguettes, puisqu'il s'en servait depuis son enfance. Ce qui ne semblait pas du tout être le cas de Jesse.

- ... Tu m'en voudras pas, j'ai un peu d'mal... Et sinon, à part ces p'tites péripéties, génie des potions ? Ta famille va bien, j'espère ?

- Aucun soucis, ces trucs peuvent se révéler difficiles à apprivoiser.


Mais avant qu'il puisse répondre à ses questions, les baguettes argentées de Jesse s’échappèrent tout bonnement de ses mains. Laissant Luciel face à à un chérif grognon, qui semblait vraiment en difficulté. Il ne pouvait pas, ne pas l'aider.
C'est donc avec conciliance que le rouquin se redresse un peu, pour venir montrer à son ami la bonne manière de tenir ces fameux couverts. Lui expliquant avec les siens.

- Attends, regarde. Il suffit de caler le bout de celle-là, sur la première phalange de ton majeur... Et après tu glisses l'autre contre le creux entre ton pouce et ton index. Comme ça.


Puis, en preuve de ses méthodes, il plonge ses instruments dans son bol de nouilles, afin d'en ressortir une bonne partie encore fumantes. Qu'il ne tarde pas à enfourner dans sa bouche. Ah, un véritable délice. Si seulement il pouvait accompagner le tout d'un peu de kimchi, il serait vraiment aux anges. D'ailleurs, tout cela lui rappelait énormément son foyer... sa famille lui manquait terriblement.
Déglutissant donc rapidement, Luciel s'amuse un instant à faire tourner ses nouilles restantes dans son bouillon, tout en ajoutant.

- Ils vont bien. Mes parents, je veux dire. La boutique tourne bien, et ils sont en bonne santé. C'est tout ce qui importe.
Un sourire un peu nostalgique, avant qu'il reprenne. Et toi Jesse ? Tu comptes rentrer chez toi ces vacances ?
votre meilleur adjoint
Voir le profil de l'utilisateur
— Lupy
avatar

ϟ Œuvre : Overwatch
ϟ Parchemins : 54
Re: [19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse Lun 9 Juil - 23:56


La faim sifflera trois fois.

Il avait pris au passage le soin de grommeler une première fois ses quelconques petits accrochages entre lui et la matière dont les cours se déroulaient dans les serres à la question du septième année; dans un second temps il haussa les épaules avec mollesse quand il le félicita pour sa pseudo-prononciation - les mots avaient beau être majoritairement positifs à son égard, il n'était pas si crédule à tel point d'embellir son accent coréen - et encore, si on pouvait qualifier ça d'accent. Le clin d'oeil qu'on lui confia confirma ses pensées quant à la potentielle espiéglerie dissimulée sous les louanges de son locuteur.

Il s'empressa de reposer à nouveau les baguettes sur le bois de la table, attentif aux futures explications du Strixyst. En dépit de l'aversion qu'il manifestait lorsqu'on tentait de lui donner une leçon, il savait pertinemment celles de celui à la chevelure flamboyante emplies de bienveillance et de simplicité. C'est en lui prêtant une oreille attentive qu'il tenta néanmoins d'appliquer les gestes que son regard détaillait du côté du porteur de lunettes.

"-Attends, regarde. Il suffit de caler le bout de celle-là, sur la première phalange de ton majeur... Et après tu glisses l'autre contre le creux entre ton pouce et ton index. Comme ça.
-... Euh. Ouaiiis.. Ouais."

La curiosité envers la conduite à arborer avec ces couverts qui lui était méconnus l'invita à redresser un peu le buste - voire à ôter son postérieur de sa chaise afin d'accentuer et de parachever l'angle de vue qu'il pouvait obtenir sur la démonstration improvisée de son comparse. Coudes apposés contre le meuble, il lorgna un bon moment sur la gesticulation des doigts du jeune homme, avant de finalement s'enfoncer à nouveau sur son siège. Il mit apparemment tout son coeur dans la tentative de saisie des objets jumellés, et, un certain miracle aidant, l'occasion de voir le Lupy tenir plus ou moins bien les bâtons au sein de sa paume était donnée au changeur d'apparence.

Sa dextre, bien que tremblante au départ - il avait peur de mal faire, eut enfin l'audace de s'aventurer dans le contenant qui lui avait été offert; il réussit toutefois, par on-ne-sait quel coup de chance, à ôter de son bol une bonne partie des nouilles de la ration partagée. Il porta cette dernière à ses lèvres bien vite après y avoir déposé un souffle désireux d'apaiser leurs chaleurs.

Et l'affamé goûta enfin.

Si c'était le genre de chose que l'on mangeait en période de révisions chez Luciel, force était pour lui de constater que faire un voyage en Corée du Sud dans sa vie future ne le dérangerait absolument pas.

Il témoigna de son appréciation du plat par un pouce levé. Il comprenait désormais pourquoi l'amateur de potions tenait à lui faire goûter ce genre d'en-cas - et il ne regrettait absolument pas de s'être prêté au jeu de tentative de domination des baguettes. Après l'effort, le réconfort, comme on dit.

"Ils vont bien. Mes parents, je veux dire. La boutique tourne bien, et ils sont en bonne santé. C'est tout ce qui importe."

Jesse lui répondit un sourire bienheureux bien que discret, visiblement satisfait de savoir que la famille de son acolyte se portait bien et que tout allait pour le mieux pour le commerce de ces vendeurs de tendres petits luminaires. Il acquiesça doucement, prouvant qu'il partageait son bonheur, aussi simple soit-il.

"Et toi Jesse ? Tu comptes rentrer chez toi ces vacances ?"

L'interrogation lui fit un effet particulier. Si certains se seraient affairés à hocher la tête avec gaieté pour confirmer leur départ dans leurs terres natales, ou que d'autres se seraient montrés un peu chagrinés à l'annonce du contraire, Jesse lui ... se figea, terré dans un silence qui ne lui ressemblait pas.

Ses iris prirent la fuite. Concentré dans son désir d'éviter le regard de Luciel, il préféra balayer une nouvelle fois le sien dans la grande pièce conviviale. Si le silence avait été maître des lieux, à coup sûr le duo aurait été capable d'entendre l'organe palpitant du Loup. Son coeur, tambourinant au sein de son enveloppe de chair et de sang, invita le cowboy à arranger un peu sa position sur sa chaise. Qui sait, cela avait peut-être le mérite moindre de paraître un peu plus naturel ou ... un tantinet assuré.

Une inspiration lourde en vient à lui élever le buste. Dans une manœuvre presque machinale il s'attela à couvrir son poitrail d'une paume; son épiderme rencontra le tissu qui lui couvrait le torse dans une friction un peu abusive. Se doutant bien que son attitude aurait pu sembler plus que loufoque, interprétée par son vis-à-vis, son index vint jusqu'à atteindre la pilosité imposante qui lui gouvernait les traits de la mâchoire inférieure.

"... Euh, j'avais pensé à rentrer, mais .. je sais pas. J'pense que .." Il marqua une pause, avant de reprendre, après un toussotement presque contenu.

... Non. En vérité, il ne reprit pas contenance à la suspension de ses marques de supposition - ses mirettes dardèrent le plafond, dans une volonté simple d'y quérir ... l'inspiration, histoire d'avoir des mensonges et d'autres absurdités à débiter à quelqu'un - d'autant plus que son auditeur était l'un de ses amis les plus fidèles. Cette pensée le fit se sentir mal à nouveau. Pourtant il fit tout ce qui était en son pouvoir pour dissimuler son malaise momentané.

Ainsi porté par le désir de cachotteries, il priva son bol d'une bonne partie de son contenu, et s'appliqua à lui fournir une réponde avec l'intonation la plus naturelle qui soit.

"... Disons que j'pense encore manquer de rigueur aux examens, comme d'habitude. Mes parents s'en doutent bien - et comme l'année prochaine je passerai mes ASPICs à mon tour ... j'imagine qu'ils penseront que rester ici pendant l'été sera préférable pour moi."

Doucereuses calomnies confiées à un garçon pourtant si bon d'esprit.

La mélancolie lui prenait d'assaut les sens. C'est qu'il ne s'était jamais pensé aussi capable de délivrer avec autant d'aisance des mots qu'il ne pensait absolument pas.

La chaleur familière du Nouveau-Mexique lui manquait terriblement, autant que la vue des cactus à perte de vue; parfois il se souvenait des tartes aux pommes réconfortantes de sa mère, à l'instar de la mémoire des aboiements joyeux du chien de son ranch. Les senteurs de bois, de paille, de cuir; la délicate robe bicolore du bétail, quand ce n'était pas la crinière splendide des destriers de sa propriété. Et surtout ... sa pauvre petite Bessie qu'il n'avait pas revue depuis la rentrée scolaire.

Par tous les dieux, ce qu'il aimerait la retrouver ...

"... Ce sera bien fait pour moi, après tout, j'aurais dû étudier davantage. Y'en a qui sont bien plus studieux."

Il accompagna ses propos d'un sourire énigmatique. Lui-même s'étonna de la vitesse à laquelle il avait terminé ses nouilles instantanées, ainsi que de la maîtrise soudaine des baguettes qui paraissaient pourtant lui avoir donné tant de fil à retordre par le passé. Qui sait - peut-être que le sujet des vacances estivales l'avaient curieusement aidé à s'en servir.

Désireux de clore de lui-même le sujet, ses paumes s'échouèrent dans un bruit sourd sur la table occupée depuis son arrivée dans la salle.

"Bon ! Prêt à faire payer cette petite teigne de Genji, adjoint Choi ?"



Voir le profil de l'utilisateur
— Strixyst
avatar
ϟ Œuvre : Mystic Messenger
ϟ Parchemins : 38
Re: [19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse Mer 11 Juil - 14:32

  • Jesse McCree
  • Luciel Choi
???
 

Pas peu fier de constater que ses méthodes d'apprentissage pouvaient porter leurs fruits, Luciel encourage silencieusement Jesse, tandis qu'il s'essayait une seconde fois à l'usage des baguettes. Dans son pays, c'était un art qu'on apprenait aux enfants dès leur plus jeune âge, et le rouquin avait encore en souvenir ses propres difficultés, lorsque ses parents adoptifs le lui avait enseigné.
La nostalgie au fond des yeux.
Son beau pays lui manquait affreusement, alors que bien souvent, les souvenirs de sa capitale adorée lui revenaient en mémoire. Bien sûr, il passait le plus clair de ses vacances à aider sa famille. Gérant à ses côtés cette fameuse petite boutique artisanale, avec laquelle il avait grandi. Luciel ne pouvait d'ailleurs pas se souvenir du nombre de bêtises qu'il avait effectué en son sein... Beaucoup trop, sûrement. Mais il avait toujours été un enfant aventureux. Quand bien même sa mère lui avait inculquer discipline et respect.
En était-il de même pour son ami ? Le jeune métamorphomage en vint à se questionner sur son passif, et sur sa vie au Nouveau-Mexique. Il ne faisait aucun doute qu'elle avait dû être bien différente de la sienne. Ça le rendait presque rêveur.

-... Euh, j'avais pensé à rentrer, mais .. je sais pas. J'pense que ..

Mh ? Intrigué par l'hésitation de Jesse, Luciel relève les yeux pour pouvoir observer son faciès. Ils se connaissaient depuis quelques années déjà, et le rouquin savait combien son ami pouvait être attaché à sa famille. A ses origines. Son comportement somme toute étrange, ne lui inspirait guère confiance... et pourtant, après un bref toussotement, et quelques regards fugaces, voilà que le chérif poursuit. D'un air plutôt assuré.
S'était-il fait des films ?
Luciel décida de garder cela pour lui, par crainte de mettre Jesse mal à l'aise. Il n'était pas du genre à forcer le savoir.

-... Disons que j'pense encore manquer de rigueur aux examens, comme d'habitude. Mes parents s'en doutent bien - et comme l'année prochaine je passerai mes ASPICs à mon tour ... j'imagine
qu'ils penseront que rester ici pendant l'été sera préférable pour moi.


Alors il s'agissait d'une simple question de réussite scolaire ? Peut-être que le chérif n'avait tout simplement pas envie de décevoir sa famille. Chose qu'il pouvait parfaitement comprendre, puisqu'il était née dans un pays ou l'échec était vu comme le pire des déshonneurs.
Quoi qu'il en soit son ami devait vraiment beaucoup tenir à ses examens...

-.. Ce sera bien fait pour moi, après tout, j'aurais dû étudier davantage. Y'en a qui sont bien plus studieux.

- Peut-être, mais c'est un peu triste de se priver de ses proches pour une histoire de résultats... Tu aurais dû me le dire plus tôt, j'aurais pu t'aider dans tes révisions.

Pris de remords, Luciel offre un sourire amical à Jesse, avant de terminer son bol de nouilles en buvant rapidement le bouillon restant. Il espérait au moins que ce repas avait réussi à remonter le moral du chérif. Dans tous les cas il comptait lui envoyer quelques provisions durant ces vacances, afin d'être certain qu'il ne se laisse pas mourir de faim. A défaut de pouvoir lui tenir compagnie.
Vivre à Ilukaan toute une année, Jesse avait bien du courage...
Certes l'établissement était grandiose, et la ville assez animée pour ne pas risquer de s'y ennuyer... mais Luciel avait assez d'expérience pour savoir que rien ne valait son propre chez soi.

Ainsi pris dans le tourment de ses pensées, le rouquin sursaute à moitié en entendant le condamné frapper la table si énergiquement. Apparemment désireux d'en finir avec cette histoire de vol..

- Bon ! Prêt à faire payer cette petite teigne de Genji, adjoint Choi ?


Genji ! Comment avait-il pu oublier, ne serait-ce qu'un si fugace instant ?
Remonté à bloc, le coréen se relève, tout en reprenant ses précieuses baguettes ; qu'il enroule d'ailleurs dans une serviette, afin d'éviter qu'elles ne salissent l'intérieur de ses poches. Il irait les nettoyer plus tard. Ils devaient se dépêcher, s'ils voulaient trouver le Shimada avant la reprise des cours.
Rejoignant donc son partenaire, de l'autre côté de la table, Luciel lui tapote gentiment l'épaule avant de prendre un air pseudo-sérieux.

- Allons arrêter ce truand.  
votre meilleur adjoint
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: [19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse

[19 juin 2018] La faim sifflera trois fois | Jesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Murphy frappera trois fois... [PV Letha]
» [Tyrannia] La faim justifie les moyens
» le dix-neuf juin à seize heure et trois minutes
» [Undertaker] Le fossoyeur et la fille au coeur par trois fois brisé [PV: Undertaker & Calista Moon]
» Sourire trois fois par jour rend inutile tout médicament

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Campus d'Ilukaan :: Réfectoire :: Cafétaria-
Sauter vers: