Derniers sujets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[18 juin 2018] Encore une question m'sieur ! | Elliott
 :: Hors jeu :: Archives :: Anciens RP
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: [18 juin 2018] Encore une question m'sieur ! | Elliott
Mar 19 Juin - 1:15
                    
  • Elliott Greenygreen
  • Luciel Choi
Alihotsy
 

Perdu dans les ténèbres de sa chambre, seulement ébloui par la faible luminosité qui oscillait au bout de sa baguette, Luciel déchiffre mot à mot les écrits d'un vieux grimoire. Marmonnant dans l’inexistence de sa barbe, quelques propos intelligible qui l'auraient très certainement fait passer pour un fou auprès de ses colocataires. Heureusement, il n'en avait pas.
Continuant donc son assidue lecture du recueil de Libatius Borage, illustre potionniste, le rouquin finit par refermer sèchement les pages de « Fiesta en bouteille ! ». Comme si une idée absolument brillante venait de lui traverser l'esprit. Cela faisait bien trop longtemps qu'il était resté dans l'ombre. Il fallait qu'il s'entraîne, s'il souhaitait un jour réussir à entrer dans la Très Extraordinaire Société des Potionnistes.

Ainsi débordant de détermination, le jeune sorcier enfile rapidement son sweat, avant de rejoindre l'extérieur du campus. A peine surpris par la pluie, qui tintinnabulait pourtant sans pitié sur sa tête. Mouillé ou non, tant qu'une idée guidait son esprit, il était indéroutable.
Mais pour où commencer ?
En cette fin d'après-midi, les cours devaient très certainement être déjà finis. Il avait lui même suivi les siens avec assiduité tout au cours de la journée, notant et griffonnant tant et si bien que le bout de ses doigts restaient désespérément couverts d'encre. Enfaîte, sa soif de savoir n'avait d'égale que son désir grandissant pour la malice. Piégeant ou entourloupant ses camarades, le plus généralement grâce à son don de métamorphomage. Bien sûr, tout cela restait bon enfant, et les complices ne se faisaient pas rare.

Mais aujourd'hui était un autre jour. Il allait lier l'utile à l'agréable. Un plan quasi parfait qui fleurissait minute après minute, comme la plus grandiose des farces qu'il ait pu faire jusqu'à présent. Il lui fallait juste fabriquer quelques potions somme toute inoffensives. Et pour cela, Luciel avait besoin de renseignement.

Laissant donc ses pieds le guider de flaque en flaque, sans se préoccuper de l'état de ses chaussures boueuses, le rouquin arrive rapidement devant les imposantes serres d'Ilukaan. Ah, la botanique. Très certainement sa seconde matière favorite, si l'on prenait en compte que les potions et elle étaient étroitement liées. On ne fabriquait pas de baume de chien-dent étoilé sans chien-dent étoilé, après tout.
C'est donc bien décidé à noyer un certain professeur sous sa nuée de questions, que le sorcier s'avance au centre de toutes ces plantes aux odeurs étourdissantes. Il faisait chaud pour une fin de printemps, et la buée gouttait d'ors et déjà le long des vitres. Englobant un presque silence agréable, brouillé bien évidemment par la pluie extérieure qui frappait les carreaux.

- Professeur Greenygreen ? Vous êtes là ? Car s'il avait un chance de le trouver, c'était bien ici. Entouré de ses fidèles sujets. J'ai quelques questions à vous poser, notamment au sujet de l'alihotsy !
le chouchou
            
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Re: [18 juin 2018] Encore une question m'sieur ! | Elliott
Dim 24 Juin - 15:53
                    
Luciel
& Elliott
Maudite pluie !

Ah, enfin finie ! La journée a été longue, malgré qu'Elliott n'ait eu qu'à dispenser 2 cours entre 9h du matin et 17h. Ce qui l'a rendue si longue, ce sont ces cours avec les premières et deuxièmes années. Oh ils ne sont pas spécialement dissipés... Ils sont juste... Empotés.

Enfin bref, qui dit fin des cours, dit pause clope. Elliott passe dans son bureau, au fond de la serre, histoire de choper son paquet et un briquet, et ressort en coup de vent, direction la zone fumeur.

* PLOC *

Il s'arrête net. « Ploc » ? Comment ça « Ploc » ?

* PLOC *

Encore ? Tel un hibou, sa tête se tourne dans tous les sens sans que son corps ne bouge d'un pouce, à l’affût de quoi que ce soit qui pourrait indiquer d'où vient cet étrange bruit. Il tend l'oreille... Mais ce n'est pas qu'un ploc, en fait. C'en est des centaines et des centaines !

Il pleut !

Ses épaules s'affaissent. Puisqu'il pleut, la perspective charmante d'une pause cigarette s'envole à tire d'aile. Demi-tour, direction son bureau, pour prendre le blouson qu'il a toujours de rangé, au cas où, avant de rentrer au bâtiment principal. Pas de clope, certes, mais il ne va pas pour autant abandonner l'idée d'un café.

Alors qu'il traîne les pieds, il entend un « ploc » plus fort que le battement incessant de la pluie auquel il n'a donné que peu d'importance jusqu'à maintenant... Celui-là, de ploc, il vient de sa droite. Il jette un coup d'oeil machinal, oh c'est la partie de la serre qui reproduit l'environnement désertique, et c'est juste une flaque qu'il voit dans cet endroit.

Oh mais... ! Une flaque !! Dans la partie désertique !! Il tilte soudain, et court à toutes jambes pour aller voir l'étendue des dégâts. Il enfonce la porte entrouverte d'un coup d'épaule, et s'arrête net juste derrière : une grosse flaque s'est formée dans la terre sèche, proche du sable qu'il a répandu au sol pour délimiter la zone de sécurité de son cher pimentier de feu, et menace d'ailleurs de contaminer de son humidité cette fameuse safe-zone. Un coup d’œil vers le plafond de la serre lui permet de comprendre d'où vient cette foutue flaque : une des fenêtres basculante du toit n'est pas bien fermée et fuit. Une belle grosse fuite, qui met en danger tout cette reproduction d'un biome désertique qu'il chérit tant.

« Fucking fuckidy fuck, » s'écrit-il, furieux d'avoir mis en danger ses plantes chéries, alors même qu'une voix l'appelant se fait entendre par la porte qu'il ouverte.

Il sort, les sourcils tellement froncés qu'on pourrait skater dessus, et tombe nez à nez avec Luciel Choi, un des élèves qu'il apprécie le plus, en raison de son assiduité et de son sérieux en cours. Ce n'est pas le plus brillant, mais il se débrouille bien et se donne du mal, alors Elliott l'aime bien. Il ne prend pas le temps de lui demander ce qu'il fait là, et le prend sans attendre par le bras, l'entraînant vers la pièce désertique.

« Ah, mister Choi ! Vous tombez bien, j'ai besoin d'aide. Une fuite dans la partie désert. Aidez-moi à sauver ce qui peut l'être, et je vous récompenserai, » lâche-t-il d'une traite, alors que le sujet de la botanique n'est même pas encore soulevé.

Ceci dit, à ses yeux, la situation est déjà très grave. Il faut vite arranger tout ça.
            
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Re: [18 juin 2018] Encore une question m'sieur ! | Elliott
Sam 30 Juin - 15:55
                    
  • Elliott Greenygreen
  • Luciel Choi
Alihotsy
 

La pluie offrait à l'atmosphère une mélodie des plus reposante, tandis que Luciel avançait pas à pas dans l’immensité des serres. Essayant de ne pas se perdre entre deux plantes. Certes, le jeunot avait régulièrement cours ici, mais son sens de l'orientation... était bien des plus déplorables. Pourtant l'endroit ne ressemblait en rien à un quelconque labyrinthe.
S'apprêtant à rire de sa propre bêtise, Choi voit toutefois son amusement s'étrangler au fond de sa gorge, alors que le professeur Greenygreen faisait irruption devant lui ; manquant de le faire sursauter. Pourquoi avait-il l'air si paniqué ?  

- Ah, mister Choi ! Vous tombez bien, j'ai besoin d'aide. Une fuite dans la partie désert. Aidez-moi à sauver ce qui peut l'être, et je vous récompenserai.


Une fuite ? Luciel lève les yeux pour observer rapidement la verrière embuée de pluie. Si l'eau touchait en effet la partie désertique, il ne fallait pas être un génie pour comprendre la gravité de la chose, et le danger que cela représentait pour les espèces qui y poussaient. Laissant donc de côté ses questions théoriques, c'est avec entrain qu'il répond ;

- Je vous suis !

Espérant grandement ne pas se tromper de chemin lorsqu'il s'élance, le rouquin presse le pas jusqu'à la zone désertique. La porte était d'ailleurs grande ouverte... Sur une flaque, qui semblait pouvoir s'étendre de minute en minute vers les précieuses du professeur. Comment faire ? Il était trop tard pour qu'il puisse préparer une potion ayant le potentiel de les aider, et lancer un sortilège... Non. Luciel n'avait pas assez confiance en lui, même pour un simple Evanesco.
Il fallait pourtant trouver une solution, et vite.

- Professeur, est-ce que vous avez votre baguette sur vous ? Peut-être que pour commencer, vous pourriez utiliser le sortilège Reparo sur le toit, pour que la pluie cesse de tomber. Pendant ce temps, moi, je vais essayer de sauver vos plantes.

Déterminé, et le cerveau en ébullition, Luciel s'accroupit devant la flaque, sans avoir peur un seul instant de se salir les mains. Pour lui, qui travaillait presque tous les jours ses potions, il avait bien l'habitude de les voir recouvertes de substances plus ou moins agréables. Enfin. Là n'était pas le problème.
Oh et puis, pourquoi ne pas utiliser le sortilège de disparition... ?
Hésitant, et plein de doute, le sorcier n'ose pas sortir sa baguette. S'il se trompait dans sa formule, ou dans ses gestes, il craignait de faire disparaître les plantes désertiques du professeur. Chose qu'il ne pourrait jamais se pardonner.
Mais d'un côté, s'il ne faisait rien, la situation risquait de s’aggraver.
Ah, tout cela lui donnait mal à la tête !  
le chouchou
            
Invité
Invité
Anonymous
Sujet: Re: [18 juin 2018] Encore une question m'sieur ! | Elliott
Jeu 19 Juil - 17:44
                    
Luciel
& Elliott
Maudite pluie !

Le gamin le suivit jusque dans la partie désignée. En à peines 30 secondes, la flaque avait encore progressé vers ses petites chéries et menaçait à tout moment de réduire à néant son travail sur les plantes désertiques.

Bon, en soit, pas vraiment. Il avait toujours ses écrits consignés sur un ordinateur portable. Mais perdre ses bébés, ses douces plantes, là ce serait un problème ! Ce serait comme un échec en tant que parent.

Et en plus il faudrait les racheter. Et ça risquait de coûter cher tout ce bazar.

Luciel lui conseilla d'user d'un sortilège de réparation sur le toit histoire d'endiguer cette fuite. Eh, pas bête le petiot ! Elliott sortit hâtivement sa baguette de sa poche arrière de pantalon. Il était tout fiévreux à l'idée de perdre des plantes, et tremblait des mains. Il souffla un coup histoire de se calmer, et, même si ça n'eut pas vraiment d'effet, il pointa sa baguette vers le toit.

Problème. Le toit n'était pas cassé. La fenêtre était juste mal fermée, et le barbu ne connaissait pas de sort pour fermer les fenêtres. Pétrifié face à cette fatalité insurmontable, Elliott sentait sur ses épaules un poids énorme qui s'installait. Celui de la culpabilité et de la honte, celui des erreurs irréversibles et de la douleur, des nuits passées à pleurer et des reproches, du regard mauvais des autres et des regrets... Il commençait déjà à s'enfoncer dans une spirale qui n'en finissait pas, car chaque fois qu'il apercevait le bout de la spirale, une autre apparaissait et l'emportait inexorablement.

Soudain, la lumière. Un simple mot apparut dans sa tête, au début tout petit, entouré de doutes et de questionnements. Puis le mot prit de l'ampleur, pour finalement lui donner une claque mentale et prendre le contrôle de son bras. Il agit instinctivement :

« Collaporta ! » cria-t-il, sûrement un peu trop fort et trop passionnément pour la situation, en pointant sa baguette vers la maudite fenêtre.

Il n'était pas sûr que ça suffirait. Après tout, c'était un sort pour sceller les portes, à la base. Et puis, même si ça réussissait, sceller la fenêtre à tout jamais n'était peut-être pas une bonne idée... Le directeur le disputerait probablement...

À sa grande surprise, la fenêtre se ferma, coupant court à ses questions anxieuses et surtout à la fuite. Il n'y avait plus qu'à s'occuper de cette flaque.

Il se tourna vers Luciel, mais fut immédiatement prit de vertige. Luciel était un témoin. Il l'avait vu et surtout entendu sceller la fenêtre, il pourrait en parler au directeur. Elliott venait de risquer sa place, là. Il allait probablement se faire convoquer pour ce non respect des infrastructures proposées à sa disposition. Il avait dégradé les serres. Il risquait de se prendre un blâme, ou pire, de se faire expulser.

Peut-être même que le directeur allait en parler à d'autres directeurs d'écoles pour l'empêcher de retrouver un travail ? Personne ne voudrait d'un professeur qui dégrade les bâtiments de l'école dans laquelle il enseigne. Il allait devoir vivre en paria à compter de ce jour...

Non. Il devait absolument convaincre Luciel de ne rien dévoiler. De ne rien dire à qui que ce soit. Il trouverait lui-même un moyen de desceller la fenêtre, et de la rendre imperméable par la suite. Oui, il pourrait demander à faire un sort d'imperméabilité sur le toit des serres ! Comme ça, il éviterait ce genre de désagrément, à l'avenir ! C'était parfait. Tout ce qu'il lui restait à faire, c'était de se mettre l'élève dans la poche.

« D-d-dites, Mi... Mister Choi... » commença-t-il d'une voix aussi détachée que possible, oubliant déjà l'existence de la flaque. « Je... Ahem... peux vous... Vous... Vous... aider ? Peut-être ? Vous... Euh... vouliez q-q-quelque chose ? Un café... Humhum... Un t-thé... Des petites... Hmmm... Oui... Petites... Indication? Pour le prochain... Euh... Devoir ? »
            
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [18 juin 2018] Encore une question m'sieur ! | Elliott
                    
            
Sauter vers: