Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Speed Dating [Amber/Alexander]
 :: Ailleurs :: Delirium :: Intraforum
Monsieur le Directeur
Image du profil : Speed Dating [Amber/Alexander] B7Xyh8tGLiSWQN-Jl_7twgxn3FI
Speed Dating [Amber/Alexander] 67fa2229
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 560
Vincent Leroy
Image du profil : Speed Dating [Amber/Alexander] B7Xyh8tGLiSWQN-Jl_7twgxn3FI
Speed Dating [Amber/Alexander] 67fa2229
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 560
Sujet: Speed Dating [Amber/Alexander]
Jeu 14 Fév - 22:09
                    
Amber & Alexander


Vous voilà adultes, mais aussi célibataires endurcis. Récemment, vos amis vous ont un peu pris en pitié, et ont fini par vous inscrire, un peu contre votre gré, à un speed dating. Et vous vous y êtes finalement rendus. Comment les choses se passent-elles ? Y rencontrerez-vous l'amour de votre vie ? A moins que la soirée soit, comme vous l'aviez imaginé, un véritable calvaire...
Voir le profil de l'utilisateur            http://ilukaan.forumactif.com
Lupy
Image du profil : Speed Dating [Amber/Alexander] Unknown
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 88
Alexander Stevenson
Image du profil : Speed Dating [Amber/Alexander] Unknown
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 88
Sujet: Re: Speed Dating [Amber/Alexander]
Dim 3 Mar - 16:03
                    

Speed Dating [Amber/Alexander] D1d76ee16f9165b3d6d56a960af714c0

Ce jour-là ...

Le salon dans lequel vous étiez installés avait quelque chose d’apaisant. Des tables en bois anciens et exotiques, une lumière tamisée et d’épais et moelleux fauteuils que tu n’étais pas contre ramener chez toi. Pour le coup, l’université n’avait pas fait les choses à moitié. Elle avait privatisé une partie de l’établissement pour accueillir les étudiants de tout bord à cette « rencontre pour trouver l’âme sœur ». Dans le cadre d’une recherche rémunéré, bien évidemment.

Autant dire que tu ne serais jamais venue de ton plein gré Alexander. Tes études d’astrophysique en alternance t’offraient un salaire suffisamment pour vivre convenablement. En effet, une fois ton master en poche, tu avais pu assez rapidement enchaîner sur un doctorat dans ce domaine-là. Ce choix de carrière avait surpris tes proches, parents comme amis, car tu avais clamé pendant longtemps ne pas vouloir faire de grandes études. Il n’y avait que les cons qui ne changeaient pas d’avis, leur répondais-tu d’un ton plutôt sec. Tu avais toujours eu cette indépendance assez jeune et malgré ton mauvais caractère, tu savais te rendre suffisamment affable pour obtenir ce que tu voulais et de manière générale, te mettre les gens dans la poche. Et puis, finalement, tout cela n’était qu’une facette que tu entretenais au quotidien. Une sorte de routine bien huilée.

En effet, partir du haut de tes dix-huit dans une des meilleures universités du pays avec comme seul argument de conquérir le monde, avait de quoi faire rire. Tu étais à cette époque non pas en pleine révolution contre ta famille mais juste en soif de découvertes. Tu voulais apprendre de nouvelles choses et après une filière somme toute classique dans le domaine littéraire et des langues, tu avais complètement bifurqué de voie. Comme un défi que tu lançais à toi-même et aux autres. Et après des premiers mois difficiles et une première année assez catastrophique que tu avais validée uniquement grâce aux langues (options très utiles mine de rien à défaut d’améliorer ton espagnol et ton russe) tu t’étais pris de passion pour ses calculs étranges, ses éléments visibles seulement à travers les lentilles des télescopes. Au sens propre du terme, tu avais maintenant la tête dans les étoiles.

Mais ses années souvent si propices aux rencontres, tu avais choisi de les passées la plupart du temps seul. Tu étais bien allée à quelques soirées, entraîné de force par tes amis de l’époque, mais tu étais plus à l’aise devant tes ordinateurs avec des calculs insolubles qu’en société. C’était un fait. Et pourtant, derrière l’étudiant et le chercheur râleur se cachait un bon orateur. Il t’arrivait parfois de devoir intervenir sur demande de ton maître de stage et formateur en amphithéâtre et petit à petit, tu te créais une renommée pour tes recherches osées. Ainsi que ton sale caractère. L’un n’allait pas sans l’autre après tout.

Et dans ta vie bien organisée où ton travail occupait une majeure partie de ton quotidien, il n’y avait pas place pour l’amour. Cette utopie que l’on te servait à toutes les sauces t’avaient rapidement dégoûté. Tu avais bien eu de coups d’un soir ou de quelques semaines, mais ses moments d’amours volatiles ne s’éternisaient guère. Tu ne voulais pas t’engager dans une relation stable. C’était trop difficile. Et d’un côté, beaucoup trop effrayant. Tu accueillais à bras ouvert les responsabilités mais jamais dans ta vie personnelle. Comme une certaine pudeur que tu n’arrivais pas à mettre de côté. Tes rares camarades de promotion qui avaient eu la motivation de te garder comme amis – et c’était chose rare car tu pouvais les compter sur les doigts d’une main- avaient des enfants pour certains, mariés pour d’autres ou avaient choisis de parcourir le monde à la recherche de nouvelles aventures.

Si certains rêvaient d’une existence à deux, pour toi, c’était tout le contraire. Autant dire que les deux prochaines heures allaient être une perte de temps pour toi et tes futurs partenaires. Tu n’avais que vingt-cinq ans. C’était encore jeune et tu avais toute la vie devant toi. Mais visiblement, c’était déjà trop vieux aux yeux de ta famille. Et par amour familial, ou plutôt à la suite de convaincants arguments de ta sœur et d’une de tes amies d’enfance, tu étais coincé dans ce salon de thé.

Pour le meilleur, mais surtout pour le pire.
Voir le profil de l'utilisateur            
Cervirald
Image du profil : Speed Dating [Amber/Alexander] Vshw
Speed Dating [Amber/Alexander] Lrpv
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 631
Amber J. Drayce
Image du profil : Speed Dating [Amber/Alexander] Vshw
Speed Dating [Amber/Alexander] Lrpv
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 631
Sujet: Re: Speed Dating [Amber/Alexander]
Sam 9 Mar - 17:52
                    

Drayce
Amber Juniper

Stevenson
Alexander

Ce jour-là…
L’horloge indique 16h10. Le rendez-vous était à 16h. Encore une fois, la demoiselle est en retard. Oh, comparé à d’habitude, dix petites minutes représentent un retard relativement petit, relevant même du miracle. La jeune femme avait fait quelques efforts étant donné la nature du rendez-vous. Malgré tout, ses multiples alertes sur sa montre n’ont pas eu raison de son besoin de faire plusieurs choses à la fois, quitte à oublier certaines en cours de route. Amber est consciente depuis des années que cette habitude lui jouera bien un jour des mauvais tours, qui lui sont par ailleurs déjà arrivés, mais jamais rien d’assez grave pour qu’elle réussisse vraiment à se débarrasser de ses mauvaises habitudes en dépit des moyens mis en place par ses soins.

La canadienne franchit donc la porte de l’établissement, légèrement essoufflée après sa course, espérant que son partenaire cobaye ne lui tienne pas compte de ce léger désagrément. Il n’y a pas à dire, la brune trouve les lieux splendides, constituant un cadre idéal pour le genre d’expérience qu’ils s’apprêtent à suivre. Elle regrette même un peu que cette salle ne soit pas décorée habituellement de cette manière, sans quoi elle pointerait le bout de son nez à l’université plus souvent. Au moins, à défaut de trouver « l’âme sœur » au cours de ce speed-dating, la brune savourerait un bon thé dans une ambiance des plus agréables.

La demoiselle n’était de toute façon pas venue dans l’optique de rencontrer l’amour de sa vie : elle avait besoin d’argent. En effet, après avoir suivi un cursus en Arts et Musiques approfondis, elle avait brillamment obtenu son diplôme et se trouvait prête à exercer le métier de musicien, métier qui passionne Amber depuis sa plus tendre enfance. Malheureusement, la réalité l’a vite rattrapée, et elle fut vite contrainte de reporter son projet, faute de moyens financiers et de postes vacants dans le milieu, quand ceux-ci n’étaient pas pris par des personnes pistonnées. Bien sûr, la jeune femme aurait pu demander l’aide de sa famille, plus qu’aisée, et faire partie de ces employés qui doivent leur poste à leurs relations. Elle aurait pu. Elle aurait même dû.

Mais les choses s’étaient passées autrement. Un jour, la jeune femme aux yeux d’émeraude en eut assez de subir la pression familiale. De décevoir en permanence sa mère malgré ses efforts pour lui plaire. De se forcer à rentrer dans des cases dans lesquelles elle ne se sentait pas à sa place. De devoir suivre un chemin tout tracé pour elle par d’autres. De perpétuer l’héritage de la famille. De devoir penser et agir comme ces humains qui n’ont d’humain que leur patrimoine génétique. Aussi, dès que la première occasion de les laisser derrière elle sans qu’ils puissent la poursuivre se présenta, c’est-à-dire lors de son entrée à l’université, elle la saisit et quitta le foyer, foyer qui lui apparaissait autrefois doux et chaleureux.

Elle n’avait toutefois pas coupé contact avec tous les membres de sa famille. Il lui arrive encore de correspondre par lettres avec sa sœur et son frère, tout deux ses cadets. La vie n’avait été par la suite pas des plus simples, la brune se retrouvait dans une nouvelle ville où elle ne connaissait personne : elle avait pour ainsi dire tout plaqué. Amber avait enchaîné les petits boulots à mi-temps, alternant ses journées entre les cours et le travail. La jeune femme n’eut aucun mal à se faire à sa nouvelle vie, ayant même réussi à trouver en un être qu’elle considère des plus gentils un père par adoption. C’était lui qui l’avait aidé pour remplir toutes les démarches administratives, à réussir à joindre les deux bouts, mais surtout, à ne jamais abandonner son rêve de musicienne, objectif que ses parents biologiques avaient essayé de lui ôter de la tête pendant des années, et à ne jamais renoncer malgré les difficultés que la vie pouvait lui mettre sur sa route. Cet homme a toujours été là pour elle depuis leur première rencontre, au cybercafé au coin de la rue. Même une fois son diplôme en poche, il continuait de l’aider du mieux qu’il pouvait.

C’est comme ça qu’elle s’est retrouvée à travailler en tant qu’assistante à la bibliothèque du centre-ville. Avec surprise, elle avait découvert que ce métier ne lui déplaisait pas, qu’il était même agréable à exercer. La brune pouvait flâner au milieu des livres toute la journée sans avoir à nécessairement payer pour les lire. Mais elle n’avait pas oublié son rêve, c’est pourquoi elle mettait de l’argent de côté. Et pourquoi elle était ici.

L’amour dans tout ça ? Eh bien, Amber n’y a jamais beaucoup pensé, elle n’a jamais vraiment eu le temps pour ça, aussi bien au sein du concon familial que dans sa vie étudiante. Enfin, ce n’est pas vrai, la demoiselle a bien eu deux ou trois histoires, chacune s’étant soldée par des échecs qui l’ont détournée de ses études parfois. Elle avait donc choisi de plus y repenser, sans pour autant être fermée à l’idée d’avoir un autre partenaire ; ce n’était juste pas le bon moment.

Et si, ce jour-là, après avoir fini d’étudier et être entrée dans la vie active, constituait enfin le bon moment pour la jeune femme ? C’est pourquoi elle n’avait trop rechigné lorsque ses amis lui avaient annoncé la nouvelle. Au pire, cela fait toujours une nouvelle rencontre autour d’un bon thé, avec de l’argent à la clé qui plus est. Que demander de plus ?

Ainsi, elle se dirige donc vers celui qu’elle présume être son partenaire d’un jour, lui tendant la main pour le saluer. La demoiselle a encore les joues rougies par le froid. Elle retire également son bonnet de sa tête, bonnet qui abritait sa chevelure de jais, qu’elle avait pris soin de mettre en ordre, bien que cela ne se voit pas forcément, quelques mèches rebelles fourchant ici et là. Ils n’étaient pas attachés, afin de maintenir le cou et les oreilles d’Amber au chaud, tout comme son attirail. Elle s’était vêtue d’un long manteau vermeil couvrant une robe longue d’hiver bleue, arrivant aux genoux de la canadienne, le tout porté par des bottes élégantes noirs montant jusqu’aux articulations des jambes. L’ensemble sied assez bien la canadienne, mettant en valeur ses couleurs.

« Bonjour, je suis Amber. Désolée pour le retard. »



 Amber vous casse les oreilles en #6666FF ~
Voir le profil de l'utilisateur            
Lupy
Image du profil : Speed Dating [Amber/Alexander] Unknown
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 88
Alexander Stevenson
Image du profil : Speed Dating [Amber/Alexander] Unknown
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 88
Sujet: Re: Speed Dating [Amber/Alexander]
Mer 17 Avr - 16:14
                    

Speed Dating [Amber/Alexander] D1d76ee16f9165b3d6d56a960af714c0

Ce jour-là ...

À ta droite, un premier couple était en train de faire connaissance, avec une maladresse qui rappelait celle des premiers émois dans les séries B qu’aimait tant regarder ta sœur il y a quelques années de cela. La jeune femme rougissait dans sa robe du dimanche tandis que son binôme, lui ne semblait pas être capable d’aligner une phrase sans bafouiller. Et malgré ton air bourru, il y avait quelque chose d’attachant à les voir ainsi.

Il n’y avait pas encore ce brouhaha dérangeant que tu haïssais tant, juste l’écho des voix qui se mélangent, des rires et d’une musique douce qui s’accordait l’ensemble. Aucun des visages ne trahissait une quelconque animosité envers l’autre. Tout était fluide, comme une partition sans fausse note.
Douce utopie brisée par le bruissement de l’horloge. La ponctualité ne semblait pas être le fort de la personne avec qui tu allais passer le restant de la journée. Qu’importe, tu avais un livre qui attendait bien sagement dans la veste sombre posée sur le dossier du fauteuil ou bien encore des notes de tes dernières expériences à trier dans la pochette à tes pieds. Le temps était précieux. Après tout, encore plus dans ton domaine : tout était une histoire de temps.

La tasse de thé soigneusement déposée à côté de toi exaltait son odeur de menthe fraîche. Valeur sûre quand tu cherchais une boisson qui était assez efficace pour te tenir éveillé à des heures où la plupart des gens de ce côté du monde se reposaient du sommeil du juste. Mais cette fois, ce n’était que gourmandise et chaleur. L’hiver était toujours aussi froid malgré les années et la neige qui avait accrochés tes boucles sombres en venant jusqu’ici avait fondue depuis bien longtemps. Le printemps n’était pas loin, mais il avait visiblement décidé de cacher le bout de son nez aujourd’hui.

Au fur et à mesure, le café se remplissait. Ce qui n’était qu’une expérience semblait avoir attiré bien plus de personnes que prévues. L’appât du gain, l’envie de vivre pour quelques heures un moment différents du quotidien ou tout simplement le souhait ultime de trouver la personne avec qui passer le restant de sa vie ? Tu secoues la tête. Est-ce que des gens croient encore à ces histoires de conte de fées ou aux coups de foudre ?

De ton côté Alexander, toutes tes illusions se sont envolées depuis longtemps. Tu es beaucoup trop ancré dans la réalité et tu as perdu ton âme d’enfant, préférant voiler ta joie derrière des remarques désagréables ou des marmonnements qui n’en finissent pas quand ce n’est pas un silence pesant que les gens obtiennent en retour. En quel honneur as-tu choisis de sacrifier ton bonheur ?

Cette question revient souvent et tu n’es pas résolu à apporter la réponse aux gens qui osent encore se le demander. Après tout, tu les laisses maître de leurs vies, qu’ils te laissent gérer la tienne comme ils le souhaitent. Aigris avant l’heure, comportement qui trouble autant qu’il surprend. Tout le monde veut être heureux aujourd’hui. Renvoyer une image parfaite de sa réalité. Porter un masque fait de sourire et de rires. Une image de ce qu’ils ne sont pas. Et ses faux-semblants, très peu pour toi.

La sonnette retentie une fois de plus, brisant pour quelques secondes la verve animée des différents protagonistes. Pas décidés, bottes féminines qui claquent sur le parquet de l’entrée, comme pour déposer les traces d’humidité de l’extérieur. Le reste est amorti par les tapis au sol et il faut que tu relèves les yeux pour voir qu’elle arrive dans ta direction. Après tout, il n’y guère que le siège en face de toi encore libre.

« Bonjour, je suis Amber. Désolée pour le retard. »

Tu la juges brièvement tandis qu’elle se présente à toi. Amber. Tu n’y prêtes guère attention car tu sais que tu auras oublié son patronyme sitôt la porte du café fermée. Aucun intérêt d’y accorder plus de temps. De toute manière, tu sais que tu ne la reverras pas par la suite.

« Bonjour. Je suis Alexander. » Lui réponds-tu en tendant à ton tour ta main, par défaut.

Et bien que tu ne sois guère sensible aux attraits des personnes qui t’entouraient, tu ne pouvais pas nier qu’Amber avait un certain charme. Une jolie robe, un air rêveur, d’artiste. Pour peu, elle pourrait presque te plaire. Mais il y avait néanmoins quelque chose qui te dérangeait grandement.

« Tu es en retard oui. »

Tu savais que ce n’était pas ce qu’elle attendait comme réponse mais qu’importe. Mais elle était bel et bien en retard.
Tu détestais ça.
Voir le profil de l'utilisateur            
Cervirald
Image du profil : Speed Dating [Amber/Alexander] Vshw
Speed Dating [Amber/Alexander] Lrpv
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 631
Amber J. Drayce
Image du profil : Speed Dating [Amber/Alexander] Vshw
Speed Dating [Amber/Alexander] Lrpv
ϟ Œuvre : Original Character
ϟ Parchemins : 631
Sujet: Re: Speed Dating [Amber/Alexander]
Dim 19 Mai - 14:55
                    

Drayce
Amber Juniper

Stevenson
Alexander

Ce jour-là…
 Au moins, il ne lui est pas désagréable à regarder. Grand, bien proportionné, une paire d’yeux verts sombre trônant au centre d’un visage anguleux, tout à fait le genre de la jeune femme. A l’exception de cet air grognon qui lui donne envie de lui saisir les joues pour lui faire faire un sourire, comme elle eut l’habitude de le faire à son jumeau quand ils étaient encore des enfants. Un sourire plus que forcé certes, mais cela resterait une risette qui amuserait beaucoup la canadienne. Tout comme le fait de passer sa main dans les boucles noires qui compose la chevelure d’Alexander, et ce, sans même vouloir essayer de mettre de l’ordre à cette crinière. Enfin, pour le moment, ce n’est qu’une fantaisie de la brune, qui a des chances assez faibles de se réaliser.

Qui plus est, il vient de lui confirmer son retard, ce qui, ajouté à son attitude bougonne, laisse penser Amber qu’il n’a pas apprécié : ça commence mal. Bon, elle n’est pas venue pour flirter mais si elle peut commencer son après-midi sur de bonnes bases, ce serait le mieux. Après tout, ce ne sont que 10 petites minutes de retard, ce n’est pas comme si elle l’avait fait attendre une heure, voire pire, lui poser un lapin. Même si l’intérêt de la musicienne aurait été perdu, vu qu’elle n’aurait par conséquent pas été rémunéré. Elle a fait des efforts qui plus est, bien que le jeune homme ne pouvait pas le savoir. Elle savait mieux que quiconque qu’elle est en retard, elle n’a pas besoin qu’on le rappelle encore une fois à sa conscience. Comme à chaque fois, une pointe de culpabilité l’effleure avant de s’effacer de son esprit. Elle s’était excusée et il n’y a pas mort d’homme, il n’y a par conséquent aucune raison d’être désagréable. Elle eut envie de lui répondre une remarque cinglante à ce propos en premier lieu, avant de se raviser, ce n’est pas que le début de leur conversation après tout. Elle prend donc sur elle et se contente de lui serrer la main d’une poigne plus ferme qu’il n’apparait aux premiers abords. Le travail de plusieurs années à perfectionner sa technique sur un instrument qui nécessite une certaine puissance sous-estimée dans les mains.

« Enchantée. »

Est-ce vraiment le cas ? Il est encore un peu tôt pour la musicienne puisse se prononcer là-dessus. Ce n’est qu’une formule de politesse qui a le mérite de donner une bonne image, à condition qu’elle soit prononcée avec la bonne intonation et un langage corporel qui suive. Sauver les apparences. Voilà ce à quoi avait été formé Amber dans sa jeunesse par sa mère, tout comme le reste de sa fratrie. Toujours renvoyer une bonne image de soi afin d’avoir les bons contacts, les bonnes opportunités, peu importe la situation. Si jamais elle se disputait avec son frère et qu’un collègue de leur génitrice venait leur rendre visite, ils devaient s’efforcer de faire comme s’il ne s’était rien passé, se comportant comme les enfants les plus proches du monde, de grands sourires ornant leurs visages. Toujours avoir le contrôle et l’air épanoui, mentir s’il le faut. Ne pas laisser entrevoir au monde ses faiblesses. Porter un masque. Voilà ce pourquoi elle avait cherché à s’émanciper en partie des siens, et de leur hypocrisie incessante. Elle ne voulait plus avoir à faire semblant quelque part. Même si la détentrice des yeux d’émeraude n’approuve pas toujours l’usage de ce masque, les habitudes issues de l’enfance ont la vie dure et il lui est encore difficile d’arracher cet accessoire. Aussi, elle ne cherche pas toujours à s’en défaire et s’en sert pour ses propres fins, comme dans le cas présent, ce qui n’est pas pour l’aider. Seuls ceux qui lui sont extrêmement proches ont la rare occasion de voir l’armure se fissurer, au prix d’efforts incommensurables venant des deux côtés.

« Est-ce que tu permets à ce que je puisse m’asseoir dans le fauteuil en face du tien ? »

Formule de politesse, encore une fois. Si ça ne tenait qu’à elle, elle serait déjà assise. De toute façon, la logique veut qu’il lui donne son autorisation, voire peut-être même lui prendre son manteau alors qu’elle s’assoit pour s’assurer qu’elle repose de manière non-froissée non loin d’eux. Enfin, c’est comme ça que doit se comporter un gentleman, selon son éducation. Toutefois, la brune a la sensation que son rendez-vous lui réserve encore bien des surprises, et qu’elle ne sera probablement pas déçue du voyage.


 Amber vous casse les oreilles en #6666FF ~
Voir le profil de l'utilisateur            
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Speed Dating [Amber/Alexander]
                    
            
Sauter vers: